Souvenirs de voyage en trois temps. Edmond Joly de Lotbinière aux quatre coins du globe (premier article d’une série de trois)

Les Archives nationales vous invitent à découvrir des journaux de voyage d’une autre époque. Vous suivrez ainsi Edmond Joly de Lotbinière aux quatre coins du globe, Anne-Marie Palardy dans un tour de France en automobile en 1909 et le jeune Jacques Parizeau en autostop vers la Gaspésie.

Pérégrinations d’un jeune militaire

Dans le fonds Famille Joly de Lotbinière, une petite série de documents permet aux chercheurs de vivre un voyage autour du monde au milieu du XIXe siècle. Ce modeste ensemble regroupe la correspondance et le journal personnel rédigés par Edmond Joly de Lotbinière (1832-1857) à partir de 1847.

Gravure de T. Picken intitulée Distant View of Lord Raglan’s Head Quarters Before Sebastopol, 1855. Archives nationales à Québec, Collection initiale (P600, S5, PLC65).

Fils de Pierre-Gustave Joly de Lotbinière, qui a lui-même écrit des journaux de voyage au cours de ses séjours en Europe et en Orient, et frère d’Henri-Gustave, futur premier ministre du Québec, Edmond s’enrôle à l’âge de 17 ans dans l’armée britannique.


Les documents qu’a laissés ce jeune officier retracent son parcours lors de séjours en Inde et en Europe, notamment à Londres et à Paris, où il fréquente la cour de l’empereur Napoléon III. Ses écrits offrent aussi un témoignage émouvant sur sa participation au siège de Sébastopol pendant la guerre de Crimée, sur la férocité des combats et sur la vie des soldats.

Lettre d’Edmond Joly à son père, Pierre-Gustave-Gaspard Joly, 2 juillet 1855, p. 1. Archives nationales à Québec, fonds Famille Joly de Lotbinière (P351, S5, P619).

Une fin tragique

Outre le regard que jette Edmond sur les différentes cultures qu’il découvre au fil des milliers de kilomètres qu’il parcourt, ses écrits révèlent des conditions de voyage difficiles et périlleuses. Ses pérégrinations prennent brutalement fin à Lucknow, en Inde, en 1857, lors d’un affrontement au cours duquel il est blessé mortellement. En feuilletant les documents laissés par ce jeune Canadien français, on découvre un monde d’échanges et de contacts culturels que l’on ne soupçonne pas spontanément lorsqu’on songe au Québec des années 1840-1850.

Les écrits de voyage constituent une source de savoir unique et représentent une richesse à explorer dans les fonds d’archives de BAnQ. Découvrez-en d’autres! À lire très bientôt sur le site de BAnQ : Anne-Marie Palardy, un tour de France en automobile en 1909, et Jacques Parizeau, des scouts en route vers la Gaspésie.

Cet article est une version révisée d’un texte paru dans la revue À rayons ouverts, publiée par BAnQ (no 109, hiver 2022, p. 16-19) sous le titre Souvenirs de voyage en trois temps.

Annie Bigaouette, technicienne en documentation, Archives nationales à Québec