Aux grands maux les grands remèdes!

La course au vaccin contre la COVID-19 nous permet d’apprécier l’évolution de l’industrie pharmaceutique. Alors que les médicaments sont aujourd’hui inventés dans des laboratoires hypersophistiqués, nos ancêtres travaillaient souvent dans des conditions tout à fait différentes.

Intérieur d’une pharmacie. Derrière le comptoir on voit possiblement Théophile Éthier de la Pharmacie Éthier située à Ottawa, [192-?]. BAnQ Gatineau (P133, S1, D33). Photographe non identifié.

Les archives regorgent de documents qui nous renseignent sur les remèdes qu’utilisaient nos aïeux. Cependant, il se peut fort bien que vous ayez à parcourir plusieurs documents avant de pouvoir rassembler votre livre de recettes.

À BAnQ Gatineau, on peut retrouver d’anciens médicaments dans une grande variété de documents, notamment dans les projets d’histoire orale. Parmi ces enregistrements, on retrouve une entrevue avec Lumina Guindon. Cette dernière décrit les remèdes que lui a enseignés son grand-père qui les aurait, pour sa part, appris des Anishinabeg avec qui il commerçait au début du 19e siècle. Ainsi, Mme Guindon explique que l’herbe à dinde (achillée millefeuille) bouillie ou séchée était utilisée pour faire tomber la fièvre et la haute pression. De même, le plantain bouilli servait de remède contre l’appendicite. Il suffisait d’en boire et de se coucher sur le dos, les jambes repliées contre le ventre. Enfin, le chiendent bouilli était très utile pour guérir les maux de vessie et de reins.

En dehors des enregistrements sonores, la correspondance de famille est aussi un excellent outil pour obtenir des informations sur les médicaments qu’utilisaient les habitants de l’Outaouais au 19e siècle. Parmi les anciens remèdes, il y avait notamment les mouches de moutarde qui sont connues encore aujourd’hui. Celles-ci étaient confectionnées à partir d’une pâte de moutarde en poudre et de farine posée sur un tissu mince. Posée sur la poitrine, la mouche servait à dégager les bronches. Toutefois, elle pouvait aussi donner lieu à quelques épisodes cocasses comme en témoigne cette lettre reçue par Madame Denis-Benjamin Papineau de la part de son fils. Ce dernier explique que sa petite fille essayait d’attraper des mouches pour les donner à sa grand-mère à qui cela faisait du bien.

Lettre d’un auteur non identifié à Madame D. B. Papineau, 1er octobre 1866. BAnQ Gatineau (P71, S1, D23).

Dans le fonds de la famille Papineau-McKay, composé essentiellement de correspondance entre les membres de la famille, Stephen McKay aime bien parler des remèdes utilisés pour guérir divers maux. Dans une lettre à son frère, il explique que sa mère a été saignée pour guérir une plaie à la cheville. Toutefois, c’est de l’onguent fabriqué à base d’épinette rouge qui réussit en fin de compte à guérir la plaie… même si une voisine a plutôt recommandé de tenir constamment un morceau de plomb de caisse à thé sur la cheville jusqu’à ce qu’elle guérisse…

Lettre de Stephen MacKay à François-Samuel MacKay, 9 avril 1851. BAnQ Gatineau (P17, S1, D2).

Finalement, on retrouve aussi dans les archives un carnet de recettes de la Pharmacie Farley située à Hull. Ce carnet contient des remèdes pour une panoplie de maux. Ils sont prescrits par des médecins ou inventés par le pharmacien. Sur la même page, une recette d’onguent contre les hémorroïdes est suivie d’une recette de produit pour nettoyer l’argenterie.

Extrait d’un carnet de recettes de la Pharmacie Farley, [1940]. BAnQ Gatineau (P39).

Plusieurs traitements proposés nous font sourire aujourd’hui. La recette contre le hoquet, par exemple, compte 20 gouttes de chloroforme. La pommade amaigrissante est faite d’iode, d’iodure de potasse, d’eau, d’eucérine et de vaseline… de quoi nous donner le goût de nous enduire. Enfin, ce carnet de recettes, qui date probablement des années 1940, propose même un médicament aphrodisiaque. Appel à tous les amateurs! Contactez le centre d’archives de Gatineau pour en obtenir la recette.

Extrait d’une publicité de la Pharmacie Farley. Toniques pour les enfants à l’étude, [env. 1940]. BAnQ Gatineau (P39).

Jacinthe Duval, archiviste-coordonnatrice – BAnQ Gatineau