Le racisme : le comprendre et le combattre

Les événements des dernières années ont suscité au sein de la population une prise de conscience du racisme vécu par les communautés culturelles et autochtones. Aux États-Unis, la mort de George Floyd aux mains de policiers en mai 2020 a fait réagir le monde entier. Des millions de personnes ont protesté contre le racisme. Au Québec, en septembre 2020, la mort brutale de Joyce Echaquan à l’hôpital de Joliette a exacerbé le sentiment d’un racisme continu envers les Premiers Peuples.

Pour s’opposer au racisme, il est important de bien le définir, et les tentatives de le faire engendrent bien des débats. Voici les définitions du site Web de Larousse :

  1. Idéologie fondée sur la croyance qu’il existe une hiérarchie entre les groupes humains, autrefois appelés « races »; comportement inspiré par cette idéologie.
  2. Attitude d’hostilité systématique à l’égard d’une catégorie déterminée de personnes : Racisme anti-jeunes.

Voici de nombreuses ressources pour vous renseigner sur de multiples facettes du racisme et contribuer à le combattre.

Avis : En raison des sujets abordés dans les ressources ci-dessous, certains termes pourraient offenser la personne qui les lit ou les entend.

La marche des privilèges

Avez-vous déjà entendu parler de l’expérience de la marche des privilèges? Le principe est que les participants sont positionnés sur une même ligne de départ. Des situations vécues sont ensuite mentionnées et en fonction de leur réalité personnelle, les personnes avancent ou reculent d’un pas à chaque énoncé. Une façon frappante de réaliser que nous ne vivons pas dans les mêmes conditions et de prendre conscience de nos privilèges. Certaines personnes rencontrent davantage d’obstacles pour arriver au même endroit que d’autres.

Vidéo illustrant la marche des privilèges.

L’organisme Expériences Canada propose une fiche d’activité qui permet de reproduire l’expérience en groupe.

Des ressources en ligne

Au Québec, le Groupe d’action contre le racisme avait pour mandat de déterminer quels secteurs cibler en priorité et de présenter des actions efficaces dans la lutte contre le racisme envers les minorités visibles et les communautés autochtones. En décembre 2020, le groupe a publié le rapport Le racisme au Québec : tolérance zéro, qui traite notamment de brutalité policière et de sensibilisation au racisme.

Une Trousse d’outils pour les alliées aux luttes autochtones offre des conseils pour s’informer sur le sujet et expose différentes façons de soutenir les organismes communautaires œuvrant pour les populations autochtones. Elle répond aussi aux questions souvent posées aux autochtones.

La Ligue des droits et libertés a produit un dépliant portant sur le racisme systémique.  Sous forme de questions et réponses, l’organisme présente notamment plusieurs solutions pour mettre fin aux comportements racistes.

Le site Web de Black Lives Matter propose de nombreuses ressources et informations sur différentes actions entreprises par l’organisation. Il existe aussi une version canadienne dans laquelle on trouve, entre autres, une section sur l’art et l’activisme avec des suggestions de lecture (en anglais).  

Le site de Black Lives Matter Canada.

Le Forum économique mondial a publié un billet intitulé 4 façons d’être un allié dans la lutte contre le racisme, une lecture très intéressante pour se renseigner sur la situation et sur les actions que nous pouvons entreprendre à l’échelle individuelle.

Plateforme offerte aux abonnés de BAnQ

La ressource Black Freedom Struggle in the United States contient plus de 1600 documents primaires sur l’histoire des Afro-Américains. Divisée en six grandes périodes historiques, du début de l’esclavage à aujourd’hui, cette base de données permet de mieux comprendre les injustices raciales aux États-Unis ainsi que la raison d’être de mouvements tels que Black Lives Matter. On y trouve aussi de multiples documents sur des événements marquants et des personnalités importantes.

Écran de la plateforme Black Freedom Struggle in the United States..

Balados

Laissez-nous raconter : l’histoire crochie

Ce balado donne la parole à de nombreuses personnes des Premiers Peuples. Animés par la poétesse innue Marie-Andrée Gill, les épisodes revisitent chacun un mot lourd de sens (découverte, sauvage, réserve, école, etc.) « pour décoloniser nos esprits, un mot à la fois ».

Cette création a reçu la médaille d’or aux Prix d’excellence en publication numérique 2021 dans la catégorie Balado – actualités et politique.

Oser s’en parler

Oser s’en parler est né d’une initiative citoyenne visant à favoriser la conversation entre des personnes autochtones et non autochtones sur le racisme, la décolonisation et la réconciliation. Des ressources audio, visuelles et écrites sont aussi proposées afin de poursuivre la réflexion.

1619

Ce balado est une réalisation du New York Times. Il porte sur l’esclavage et présente sous un angle nouveau les conséquences de cette sombre réalité sur la démocratie et l’économie américaines. Cette vision de l’histoire ne manque pas de susciter discussions et débats. L’animatrice est la journaliste d’investigation Nicole Hannah-Jones.

Des vidéos et films documentaires

Briser le code
Nicolas Houde-Sauvé

Dans ce film documentaire, plusieurs Québécois d’origines diverses dénoncent le racisme et les injustices qu’ils ont vécus. Le code, ce sont les attitudes, les gestes et les comportements que ces personnes doivent adopter pour éviter d’être discriminées, pour être « comme les autres ». Un documentaire dont le but est de sensibiliser la majorité, essentiel à voir pour continuer le dialogue sur le racisme présent au Québec.

En complément, des capsules expliquent des termes importants présents dans le documentaire. Du privilège blanc au racisme systémique en passant par les microagressions, ces courtes vidéos sont très accessibles.

Âme noire
Martine Chartrand

Ce court film d’animation nous entraîne dans l’histoire des ancêtres d’un jeune d’origine africaine, des royaumes d’Afrique en passant par l’esclavage et l’exil, jusqu’à la vie du garçon dans une ville enneigée de l’Amérique du Nord.  Les tableaux peints qui se succèdent sont d’une grande beauté et la musique, dans ce film sans paroles, est chargée d’émotions.

La réalisatrice Martine Chartrand a reçu en l’an 2000 le Jutra du meilleur film d’animation pour Âme noire.

Nous sommes tous Africains – Les tabous du… racisme 11.

Dans cet extrait de l’émission Les tabous du… racisme sur France 2, le paléoanthropologue Yves Coppens explique que tous les humains sont de la même race et ont des ancêtres africains. La couleur de la peau et les traits ont évolué et se sont diversifiés en fonction de l’environnement et du climat.

Pour en savoir plus : le livre Histoire de l’homme et changements climatiques, écrit par Yves Coppens.

Racisme, ses origines, son histoire
Texte d’Alexandre Dumas

L’historien Laurent Turcot présente, dans cet épisode de L’histoire nous le dira, un aperçu de la construction du racisme en Occident. D’abord motivé par des raisons religieuses, puis génétiques et biologiques, il l’est maintenant surtout par les différences culturelles. Près de 20 minutes de contenu dense, mais bien expliqué.

Jane Elliott à l’émission The Rock Newman Show

Dans cette vidéo où elle est invitée à l’émission The Rock Newman Show, l’activiste antiraciste Jane Elliott expose ses origines familiales, ses pensées, ses actions et leurs conséquences parfois positives, mais surtout désastreuses pour elle et sa famille. Son but fondamental est de montrer qu’il n’y a qu’une seule race sur la Terre, la race humaine, et elle livre un combat sans relâche contre le racisme.

Une femme de tête
réalisé par Mohammed Belhaj

Ce documentaire produit par l’Office national du film relate le parcours d’une femme d’origine marocaine qui fait face à de la discrimination dans sa recherche d’un emploi au Québec. Ce court métrage fait partie d’une série de films réalisés dans le cadre du projet La tête de l’emploi, visant à mettre fin au racisme et à la discrimination dans les milieux de travail au Canada.

Mentionnons aussi la capsule sur le racisme de la série Les recommandations des bibliothécaires, saison 2, diffusée sur Savoir média. Maryse Breton, bibliothécaire, présente des suggestions de livres et de films portant sur cet enjeu important. Aussi offert en version balado.

Des livres à explorer

Petit traité sur le racisme 
Dany Laferrière

Succession de faits divers et d’anecdotes qui dépeignent un portrait saisissant des États-Unis d’hier et d’aujourd’hui. Ce court essai de Dany Laferrière aborde le racisme avec un ton juste.

La pensée blanche  
Lilian Thuram

Dans ce livre riche en informations historiques pertinentes, l’auteur (ex-joueur de soccer d’origine guadeloupéenne) effectue un tour d’horizon de l’histoire des Noirs. Mentionnons entre autres les conquêtes coloniales, l’esclavage, le Code noir, l’instrumentalisation de la science et de la religion, le pillage des ressources naturelles, le vol du patrimoine africain ainsi que l’accueil des joueurs de soccer noirs par des cris de singes, les discriminations à l’embauche, les contrôles policiers, etc.

Il examine minutieusement les mécanismes intellectuels invisibles qui assoient la domination des Blancs. C’est un livre essentiel pour comprendre le passé et le présent de la population noire dans le monde.

Noire n’est pas mon métier
Aïssa Maïga

Témoignages de 16 femmes noires qui exposent les difficultés, les peines et les abus qu’elles vivent en France dans le monde artistique à cause de la couleur de leur peau.

Le corps noir    
Jean-Claude Charles

Plusieurs mots et expressions retentissent dans les esprits : corps noir, code noir, esclavage, race, racisme, etc. Jean-Claude Charles ouvre de singulières perspectives en interrogeant le mythe du corps noir.  Un livre indispensable pour mieux comprendre la condition noire.

« Racisme et discrimination systémiques dans le Québec contemporain » (dossier),  Nouvelles pratiques sociales, vol. 31, no 2, automne 2020, p. 34-251.

Sous la direction de Myrlande Pierre et de Pierre Bosset, ce numéro de la revue Nouvelles pratiques sociales expose diverses formes de racisme et de discrimination vécues au Québec par des populations issues des Premiers peuples ou des diverses communautés culturelles.

Des romans, des bandes dessinées et de la poésie

La haine qu’on donne (traduction française disponible en version audionumérique; texte original anglais disponible en versions numérique et audionumérique)
Angie Thomas

Dans ce roman destiné à un lectorat adolescent et jeune adulte, la vie de Starr Carter, jeune Afro-Américaine de 16 ans, bascule lorsqu’elle est témoin de la mort de son ami d’enfance Khalil. Ce dernier, également Afro-Américain, a été abattu par un policier pendant un banal contrôle routier alors qu’il n’était pas armé. Le drame forcera Starr à considérer son appartenance — et son allégeance — aux deux mondes qu’elle habite et que tout oppose en apparence : elle vit dans un quartier miné par la violence de gangs, mais fréquente une école privée dans un quartier huppé majoritairement blanc. Si elle est d’abord réticente à s’exprimer, Starr constate, devant l’injustice dont Khalil a été victime et la colère du quartier qui gronde, qu’elle doit briser le silence.

« C’est le Québec qui est né dans mon pays! » : carnet de rencontres, d’Ani Kuni à Kiuna
Emanuelle Dufour

Cette bande dessinée tire son origine de la honte qu’a ressentie l’autrice lorsqu’elle a constaté qu’elle ignorait presque tout des Premiers Peuples du Québec et du Canada, alors qu’elle a côtoyé des peuples autochtones ailleurs dans le monde. Elle entame alors un parcours d’éducation, de découverte et de cheminement vers l’autre, dont elle rend compte dans ce mémoire graphique. Elle y effectue une radiographie des rapports qu’entretient une Québécoise non autochtone moyenne avec les peuples autochtones, tributaires des représentations réductrices et stéréotypées sur lesquelles s’est construit l’imaginaire collectif. En contrepoint de sa propre expérience, Emanuelle Dufour recueille les témoignages de différents collaborateurs, autochtones ou pas, qui mettent en lumière des angles morts de notre histoire et des plaies encore vives.

Ces deux suggestions ont également été insérées dans la série de balados Les Inédits de Metropolis bleu, en ligne à compter du 31 mars.

Noire, la vie méconnue de Claudette Colvin
Émilie Plateau

Alabama, 1955. Neuf mois avant Rosa Parks, Claudette Colvin, une jeune fille noire de 15 ans, contrevient à la loi en ne cédant pas sa place à une personne blanche dans l’autobus et est jetée en prison.

Cette bande dessinée en noir et blanc accentuée de jaune et de brun cuivré plonge le lecteur au cœur de cet épisode peu connu du mouvement des droits civiques aux États-Unis, et touche par sa simplicité, ses planches épurées, son réalisme et sa sensibilité. La douceur des traits côtoie la dureté du propos alors que l’utilisation des couleurs, tout particulièrement le noir, amplifie le choc de certains passages. Cette histoire vous habitera longtemps après sa lecture.

L’ouvrage de Tania de Montaigne à l’origine de la BD est également disponible en format numérique.

La femme cent couleurs
Lorrie Jean-Louis

Lauréate du Prix des libraires du Québec 2021, Lorrie Jean-Louis offre avec ce recueil de poésie une perspective de l’Amérique qu’elle voudrait différente, plus inclusive, avec mille et une origines, comme autant de couleurs qu’il en existe. À cela s’ajoute une volonté de rejoindre toutes les femmes, « ces sœurs qui ne peuvent s’asseoir sans mourir », de les représenter sous une même teinte unificatrice.

Tanite nene etutamin nitassi? / Qu’as-tu fait de mon pays?
An Antane Kapesh

Première auteure innue publiée au Québec, An Antane Kapesh raconte ici, à partir du point de vue d’un enfant, l’histoire de la colonisation des peuples autochtones et ses conséquences désastreuses. D’être libre vivant paisiblement dans la forêt après avoir reçu les enseignements de son grand-père, l’enfant devient dépossédé de sa culture, de sa langue et de son territoire quand des personnages étranges débarquent chez lui et se mettent à contrôler tous les aspects de sa vie.  Un texte important qui fait comprendre les origines du racisme; une démonstration puissante de la nécessité de rendre possible une autre histoire.

Vous trouverez d’autres ouvrages pour alimenter votre réflexion dans les sélections diffusées sur nos plateformes numériques à l’occasion du Mois de l’histoire des Noirs en février : PRETNUMERIQUE.CA, OverDrive, OverDrive (adolescents), Hoopla (bandes dessinées).

À venir au mois d’avril 2022

Le roman The break / Ligne brisée de l’autrice métisse Katherena Vermette, qui traite de violences faites aux femmes autochtones, sera mis à l’honneur au mois d’avril dans le cadre de l’initiative Un livrel Canada du Conseil des bibliothèques urbaines du Canada. À cette occasion, des bibliothèques des quatre coins du pays inviteront leurs usagers à se réunir autour d’une expérience de lecture numérique commune. Du 1er au 30 avril 2022, BAnQ offrira donc à ses abonnés un accès gratuit et illimité au livre en version numérique. Joignez-vous au groupe Facebook bilingue pour échanger avec des lectrices et lecteurs passionnés d’un océan à l’autre!

Manon Beauchemin, Renée Beaumier, Esther Laforce, Lidia Merola, Wissal Ouardani,
 Marie-Ève Plamondon, Maude Pumont et Dolly Tawil, bibliothécaires
Grande Bibliothèque

Pour utiliser les ressources numériques de BAnQ, il faut être abonné à BAnQ et s’authentifier.
Abonnez-vous.