Le Printemps érable, en quelques titres

Au printemps 2012, quelque 300 000 étudiants et étudiantes du Québec faisaient la grève pour protester contre la hausse des frais de scolarité. Le 22 mars, plus de la moitié ont marché dans les rues de Montréal, une manifestation dont on se souvient comme un des moments marquants de cette période mouvementée désignée désormais sous le nom de « Printemps érable ». Plusieurs livres documentaires et de fiction ont été inspirés par ces événements. Nous en avons sélectionné quelques-uns parmi nos collections numériques. Nous vous suggérons aussi des astuces de recherche pour trouver des articles de presse qui vous feront revivre cette période riche en émotions.

Manifestation à Montréal en mai 2012.
Source : Wikimedia Commons
(https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Protest-Montreal-22-May-2012-berri.jpg)
Licence CC BY-SA 3.0.

Retour sur les événements en quelques livres documentaires

Tenir tête
Gabriel Nadeau-Dubois

L’auteur de Tenir tête nous fait revivre la lutte étudiante de l’intérieur. Que ce soit lors d’assemblées générales d’associations étudiantes, d’entrevues avec des journalistes ou d’un interrogatoire mené par la Sûreté du Québec, il était aux premières loges en tant que porte-parole de la Coalition large de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE).

En 2014, il a reçu pour cet ouvrage le Prix littéraire du Gouverneur général dans la catégorie « Essais ».

Le printemps québécois : une anthologie
Sous la direction de Maude Bonenfant, Anthony Glinoer et Martine-Emmanuelle Lapointe

La réalisation de ce livre est visiblement le fruit d’un grand travail : on y trouve une chronologie détaillée des événements, de nombreuses photos, des lettres publiées dans les journaux et des discours. Il s’agit d’une véritable anthologie de ce printemps bien spécial.

La présentation physique du livre rappelle le carré rouge, symbole de la lutte et du mouvement social qu’elle a engendré.

Cet ouvrage a reçu le prix Alphonse-Desjardins 2013, décerné par l’Association des auteures et auteurs de l’Estrie.

Le printemps des carrés rouges : lutte étudiante, crise sociale, loi liberticide, démocratie de la rue
André Frappier, Richard Poulin et Bernard Rioux

Un court essai dans lequel les auteurs proposent une description du mouvement des « carrés rouges » depuis sa genèse, et examinent la lutte étudiante et la crise sociale qui ont secoué le Québec au printemps 2012. Entre piquets de grève, concerts de casseroles et manifestations massives, comment comprendre les causes de ce conflit et ses enjeux? Selon les auteurs, la contestation étudiante du modèle néolibéral de la hausse des droits de scolarité défend le principe voulant que l’éducation soit un droit pour tous. Par ailleurs, ils estiment que les centrales syndicales et les partis politiques ont, pour la plupart, manqué à leur devoir de faire front commun avec la communauté étudiante.

Le printemps québécois. Le mouvement étudiant de 2012
Pierre-André Tremblay, Michel Roche et Sabrina Tremblay

Publié sous la direction d’universitaires, cet ouvrage analyse le Printemps érable, l’un des mouvements de masse les plus importants de l’histoire récente du Québec. Pour ce faire, les auteurs font appel à différentes disciplines comme la philosophie, la sociologie, les sciences politiques, l’anthropologie et le travail social.

Un printemps rouge et noir : regards croisés sur la grève étudiante de 2012
Collectif sous la direction de Marcos Ancelovici et Francis Dupuis-Déri

Les nombreux collaborateurs de cet ouvrage abordent l’importante grève étudiante de 2012 selon différents angles : l’histoire du syndicalisme étudiant, les modes d’action utilisés, la démocratie directe, le militantisme féministe, les manifestations de casseroles, l’utilisation des médias sociaux, la répression judiciaire et policière, et bien plus. Ces analyses constituent autant de clés pour comprendre les événements du Printemps érable.

À lire également :

Quand la grève alimente l’imaginaire (fictions)

Une vie neuve
Alexandre Mc Cabe

Il y a Philippe qui observe les manifestations avec condescendance, Benoit qui vit sa peine d’amour sur le chemin de Compostelle, Jean qui dicte son testament après un AVC et Charles qui apprend la mort de la mère d’un ami. De ce roman divisé en quatre voix bien distinctes ressort une réflexion amère et fascinante sur la société québécoise et le soulèvement étudiant de 2012. Dès les premières lignes, le récit nous transporte dans les débats et les idéaux de l’époque. Un livre qui ne laisse pas indifférent.

Terre des cons
Patrick Nicol

Le roman de Patrick Nicol met en scène un professeur de littérature dans la quarantaine qui se trouve, par la grève étudiante, mis en face de son propre embourgeoisement et de son cynisme. Il est agacé autant par les manifestants que par les chroniqueurs ou les politiciens, et se découvre réactionnaire, enlisé dans son confort matériel et désabusé. Ce récit, d’un réalisme d’une grande justesse, présente une critique sociale grinçante à travers un narrateur désespéré par son vieillissement et la perte de ses idéaux et de son innocence.

Le parfum de la tubéreuse
Élise Turcotte

Le parfum de la tubéreuse est un roman à la fois politique et poétique. Après sa mort et la trahison d’une amie, Irène, professeure de littérature dans un collège de Montréal où se prépare une grève étudiante, se retrouve enfermée dans un bunker où elle doit continuer à enseigner à des élèves qui, comme elle, ont perdu la vie. En leur proposant dans son enseignement une lecture exigeante, Irène, et l’auteure à travers elle, défend la nécessité d’une littérature et d’une éducation qui apprennent à penser, c’est-à-dire, à résister.

Zoé
Olivier Choinière

Alors que ses collègues font la grève et manifestent, Zoé obtient une injonction obligeant le collège qu’elle fréquente à lui offrir les cours auxquels elle est inscrite. Son professeur de philosophie éthique et politique, Luc n’a pas d’autre choix que de l’accueillir dans son cours, où elle est la seule étudiante présente. Dans cette situation, les deux personnages éprouveront les limites de leur liberté et, au-delà de la confrontation d’idées, apprendront la nécessaire bienveillance qu’exige un véritable dialogue. Cette pièce de théâtre a été lauréate en 2021 du prix Marcel-Dubé, remis par l’Académie des lettres du Québec, et elle a été finaliste aux Prix littéraires du Gouverneur général en 2020.

À lire également :

Les étudiants et étudiantes font la une

Vous voulez encore plus de suggestions de lecture sur le Printemps érable? Consultez les journaux de l’époque pour saisir le fond des événements.

Le soulèvement étudiant qui a marqué l’année 2012 a été abondamment rapporté et discuté dans les médias. Trouvez des traces des répercussions sociales et culturelles de la grève grâce à BAnQ numérique et aux nombreux outils de recherche de revues et journaux qui y sont offerts.

En voici quelques-uns :

Revues et journaux québécois numérisés par BAnQ

Tapez les mots-clés dans la boîte de recherche en haut à droite de l’écran et utilisez les filtres pour raffiner votre recherche. Pour trouver des éditions de grands journaux datant de 2012, inscrivez d’abord leur titre dans la barre de recherche (La Presse, Le Devoir, etc.). Vous pourrez ensuite obtenir les éditions de l’année de la grève étudiante en cliquant sur l’onglet calendrier, à droite de l’écran, et en furetant dans les nouvelles de l’époque. Voici quelques numéros où le conflit étudiant était à la une :

La Presse, 15 février 2012, cahier A (début de la grève étudiante)

Le Devoir, 23 mars 2012, cahier A (manifestation du 22 mars 2012)

Le Soleil, 23 mai 2012 (manifestation du 22 mai 2012 marquant les 100 jours du conflit étudiant)

Consultez l’aide à la recherche pour plus de détails.    

Eureka

Écrivez des mots-clés comme « Printemps érable de 2012 » dans la barre de recherche et vous obtiendrez des résultats satisfaisants. La recherche avancée, quant à elle, permet la délimitation dans le temps (« Période ») et la sélection des journaux à consulter (« Nom de source »). Cet outil mène à une panoplie de quotidiens comme La Presse, Le Devoir et bien d’autres.

PressReader

Cliquez sur la loupe en haut à droite de l’écran pour que la barre de recherche s’affiche, puis tapez des mots-clés tels que « Printemps érable de 2012 ». Les résultats sont donnés sous forme d’articles cliquables. Il est possible d’affiner les résultats grâce à la recherche avancée (à gauche de l’écran), en cochant l’option « Classer par date »,par exemple. C’est un bel outil pour faire un tour d’horizon des périodiques, comme les quotidiens Le Devoir, La Tribune, Le Soleil, Le Nouvelliste, etc.

Nous vous souhaitons une exploration stimulante de ces événements qui ont marqué le Québec, grâce aux collections numériques de BAnQ!

Vous aimeriez obtenir des suggestions de lecture? Nous vous invitons à utiliser le service Quoilire.ca : des bibliothécaires de la Grande Bibliothèque vous proposeront des lectures personnalisées.

par Fatiha Alaoui, Manon Beauchemin,
Esther Laforce et Marie-Ève Plamondon,
bibliothécaires, Grande Bibliothèque

Pour utiliser les ressources numériques de BAnQ, il faut être abonné à BAnQ et s’authentifier.
Abonnez-vous.