Semaine québécoise de la déficience intellectuelle

Dans le cadre de la Semaine québécoise de la déficience intellectuelle* qui se déroule du 21 au 27 mars 2021, voici quelques suggestions pour en apprendre davantage sur la déficience intellectuelle.

Films

Les artisans de l’atelier
Daniel Léger

Depuis plus de 35 ans, l’atelier L’Artisan, situé au Nouveau-Brunswick, embauche des travailleurs ayant une déficience intellectuelle. Ce documentaire propose une incursion dans le quotidien de cet établissement aux ouvriers aussi vaillants que colorés. On sort inévitablement de cette présentation avec un sourire.

L’art fait du bien
Jean-Sébastien Ouellet

Réalisé par Jean-Sébastien Ouellet, ce film documentaire peint l’impact de l’art dans la vie des gens, de ses bienfaits, autant dans la pratique que dans la contemplation.

Dans le film, le réalisateur met en relief sept personnes à qui l’art fait du bien. En plus de présenter des personnes comme France, une femme vivant avec la trisomie, on y dévoile aussi plusieurs artistes dont Marc Séguin et Louise Archambault. L’affiche ainsi que le design graphique du film sont réalisés par l’artiste Lino. Pour ceux et celles qui ne le connaissent pas, en plus de ces romans graphiques, Lino a créé plusieurs affiches pour présenter des pièces de théâtre québécoises.
Pour découvrir des œuvres de Lino

John et Michael
Shira Avni

Ce court métrage de pâte à modeler sur table lumineuse réalisé par Shira Avni aborde de façon très touchante, la déficience, l’identité, la vie et la mort. Ce film transcende nos idées préconçues et c’est le rire du narrateur qui reste en tête à la fin de ce film.

Le poème de Petra
Shira Avni

L’artiste torontoise Petra Tolley, atteinte du syndrome de Down, interprète un poème qui résume sa vision du moi social. La réalisatrice Shira Avni utilise la rotoscopie, les techniques d’animation dessinées à la main et la 3D pour rendre ce documentaire très interactif. Ceci en fait un documentaire visuellement dynamique et très intéressant.

Gabrielle (disponible uniquement sur DVD à la Grande Bibliothèque)
Louise Archambault

L’actrice principale Gabrielle Marion Rivard est co-porte-parole de la Semaine québécoise de la déficience intellectuelle depuis plusieurs années. Pour ceux et celles qui ne l’ont pas déjà vue, il est possible de voir son talent artistique dans le film Gabrielle. Réalisé par Louise Archambault, ce film aborde les réalités et les combats d’une jeune femme amoureuse à qui l’on refuse de vivre cet amour. Atteinte du syndrome de Williams, Gabrielle fait tout pour prouver son autonomie et gagner son indépendance. Déterminée, elle devra affronter les préjugés et ses propres limites pour espérer vivre son histoire d’amour qui n’a rien d’ordinaire.

Romans

Les avenues
Jean-François Sénéchal

En suivant ce personnage hors du commun qu’est Chris, l’auteur aborde les défis quotidiens des adultes vivant avec une déficience, la famille, l’entraide et la résilience.

Il faut mentionner que le roman Les avenues conclut une trilogie. Il est préférable, pour votre plaisir, de commencer par Le boulevard et Au carrefour, tout aussi bouleversant. Ces deux derniers ne sont malheureusement pas disponibles en format numérique.

Le coup de la girafe
Camille Bouchard

En racontant l’histoire de Jacob, garçon de 15 ans qui a 6 ans dans sa tête, victime des railleries de ses camarades de classe Camille Bouchard aborde ici les thèmes de la différence, de l’intimidation et de l’adaptation dans un récit tout en non-dits. Ce récit coup de poing ne peut laisser indifférent et provoque, chez la personne qui le lit, de nombreuses réflexions.

Livres documentaires

L’AMDI, d’hier à aujourd’hui
Renaud Judic

Depuis 85 ans l’AMDI est présente pour les personnes en situation de handicap. Ce livre numérique retrace l’histoire de l’organisme et montre comment, au fil des ans, il tente de démystifier la déficience intellectuelle auprès de la société québécoise.

La déficience intellectuelle : concepts de base
Jean-François Martin

Simple et accessible, ce livre fournit les notions de base indispensables à la connaissance de la déficience intellectuelle. L’auteur y traite de sujets précis comme l’histoire de la déficience intellectuelle, l’intégration sociale, le vécu familial et la sexualité. Une filmographie est aussi proposée.

Voici deux livres qui se complètent merveilleusement et qui permettent d’aborder la déficience intellectuelle et l’art d’un même élan. Si vous avez la chance de les emprunter ne vous privez pas de ce plaisir.

Enferme-moi si tu peux
Anne-Caroline Pandolfo, Terkel Risbjerg

Cette bande dessinée nous raconte le parcours de six personnes, qu’on pourrait qualifier de hors-norme, qui deviendront des artistes emblématiques de l’art brut : Augustin Lesage, Madge Gill, le facteur Cheval, Aloïse, Marjan Gruzewski et Judith Scott. Sans formation artistique et portés par le besoin de créer, ils feront fi des préjugés et des mœurs de leur époque pour se réaliser dans l’art.

Inextricabilia (disponible uniquement en format papier à la Grande Bibliothèque)
Lucienne Peiry

Pour ceux et celles qui veulent en apprendre plus sur Judith Scott, un des personnages traités dans Enferme-moi si tu peux, voici un livre présentant quelques-unes de ses œuvres associées à l’Art Brut. Elles occupent une place centrale dans le livre Inextricabilia : enchevêtrements magiques : art brut, art sacré, art contemporain, art rituel africain. Sourde et née avec le syndrome de Down, Judith Scott (1943-2005)  a vécu dans des établissements pour adultes handicapés une grande partie de sa vie adulte. Son introduction à la création artistique a eu lieu à l’âge de 44 ans.  À partir d’objets récupérer (parapluie, magazine, roue de vélo, clés) elle va développer son style caractéristique d’emballages, de tissages et de reliures.

Pour aller plus loin

Le Devoir, Semaine québécoise de la déficience intellectuelle, 1986

Grâce à la numérisation des revues et des journaux québécois, il est possible de faire un retour dans le temps.

En 1986, Le Devoir publie un cahier spécial de 15 pages sur la première édition de la Semaine québécoise de la déficience intellectuelle.

Avec ce retour en 1986, il possible de constater que depuis 35 ans l’intégration, la différence, l’employabilité et l’autonomie des personnes vivant avec un handicap intellectuel sont des sujets qu’on aborde dans la société québécoise.

Exposition virtuelle D’un œil différent (17 au 28 mars 2021)

Depuis maintenant 16 ans, un regroupement d’organismes planifie l’exposition d’art visuel D’un œil différent. L’édition virtuelle de 2021 rassemble plus de 200 artistes multidisciplinaires ayant, ou non, une DI-TSA, et permet à ces artistes de présenter leurs œuvres. En plus de la programmation de 2021, vous pouvez accéder à l’album de l’édition 2020 sur le compte Flickr BAnQ.

* Depuis 1986, la Société québécoise de la déficience intellectuelle (SQDI) organise une semaine dédiée à la sensibilisation provinciale des personnes vivant avec une déficience intellectuelle. Cette semaine se veut une occasion de se rappeler l’importance des valeurs d’équité, de diversité et d’inclusion.

par David Choquette, bibliothécaire
Service de l’accueil et de l’accessibilité, Grande Bibliothèque

Pour utiliser les ressources numériques de BAnQ, il faut être abonné à BAnQ et s’authentifier.
Abonnez-vous.