Les comédies musicales : 30e anniversaire du décès de Jacques Demy

par Éric Solitude, bibliothécaire
Musique et films, Grande Bibliothèque

En hommage à Jacques Demy, mort le 27 octobre 1990 et auteur d’une trilogie de films musicaux inoubliable (Les parapluies de Cherbourg, Les demoiselles de Rochefort et Peau d’âne), retrouvez une sélection de dix films musicaux disponibles sur nos plateformes de films en ligne. Le chef d’œuvre de Demy Les parapluies de Cherbourg en fait partie tout comme l’indémodable Brillantine. D’autres films musicaux moins connus ou plus récents complètent la sélection. Alors êtes-vous prêt à chanter et danser?

Les classiques

Les parapluies de Cherbourg / Umbrellas of Cherbourg* (Jacques Demy, 1964, France)

En 1957, une jeune fille s’éprend d’un garagiste qui doit bientôt la quitter pour aller faire la guerre en Algérie (Mediafilm).

7,8/10 sur IMDB et coté (1) sur Mediafilm

  • Palme d’or au Festival de Cannes

« Demy a réussi une histoire d’amour digne des légendes de Roméo et Juliette ou de Tristan et Iseult. » (Le Devoir)

Grease / Brillantine* (Randal Kleiser, 1978, États-Unis)

Les difficultés sentimentales de deux étudiants provenant de milieux différents.

7,2/10 sur IMDB et coté (5) sur Mediafilm

« Les amours de Danny et de Sandy et la bande sonore du film semblent imprégnées de soleil. Kitsch, mais culte. » (La Presse)

Les films musicaux originaux

Sita Sings the Blues* (Nina Paley, 2008, États-Unis)

7,6/10 sur IMDB

Une version animée du conte indien épique du Ramayana sur des chansons d’Annette Hanshaw, chanteuse jazz des années 1920 (IMDB).

  • Cristal du meilleur film au Festival international du film d’animation d’Annecy

« Le sens de l’humour de Nina Paley n’a d’égal que le foisonnement esthétique et libérateur de ses créations personnelles, originales et décalées. » (Première)

Jeannette, l’enfance de Jeanne d’Arc / Jeannette The Childhood of Joan of Arc* (Bruno Dumont, 2017, France)

Dans la Lorraine du XVe siècle, une bergère de huit ans entend des voix divines qui l’enjoignent de partir en mission pour sauver la France, sous le joug de l’ennemi anglais (Mediafilm).

5,7/10 sur IMDB et coté (4) sur Mediafilm

« Une Jeanne d’Arc apprêtée à la sauce « Death Metal » et « slam ». Une comédie musicale audacieuse et déroutante. » (Mediafilm)

Les films musicaux pop rock

Rainbow Around the Sun* (Kevin Ely, Beau Leland, 2008, États-Unis)

Zachary Blasto est un auteur-compositeur talentueux qui souffre d’une imagination beaucoup trop fertile. Chaque fois qu’il est confronté à une réalité désagréable, il se retire dans un monde fantastique élaboré où la musique est reine (IMDB).

7,4/10 sur IMDB

Sunshine on Leith* (Dexter Fletcher, 2013, Grande-Bretagne)

Deux soldats rentrent chez eux à Édimbourg et reprennent le cours de leur vie romantique et familiale (IMDB).

6,6/10 sur IMDB

  • Par le réalisateur de Rocketman (2019)

« Comme The Full Monty (Peter Cattaneo, 1996) ce film vous fera sauter dans la rue totalement euphorique et un peu ému. » (Daily Post).

God Help the Girl*(Stuart Murdoch, 2013, Grande-Bretagne)

À Glasgow, une jeune anorexique rêvant d’écrire des chansons forme un groupe avec un guitariste introverti et son élève, une fille de bonne famille (Mediafilm).

6,4/10 sur IMDB et coté (4) sur Mediafilm

  • Le réalisateur est le leader du groupe de pop écossais Belle and Sebastian

« Un film qui ressemble à une chambre de lycéenne, crayonnée de rose, laissant perler à travers les chansons pop une mélancolie inoffensive, mais charmante. » (Cahiers du cinéma)

Les films musicaux de l’âge d’or hollywoodien

Royal Wedding / Mariage royal* (Stanley Donen, 1951, États-Unis)

Deux danseurs, frère et sœur, sont engagés à Londres dans une revue musicale à l’occasion du mariage de la princesse héritière (Mediafilm).

6,7/10 sur IMDB et coté (4) sur Mediafilm

  • C’est dans ce film que l’on peut voir Fred Astaire danser au plafond.

« Des numéros de danse et de chant habilement exécutés avec un Fred Astaire en pleine forme. » (Mediafilm)

Flower Drum Song / Au rythme des tambours* (Henry Koster, 1961, États-Unis)

À son arrivée à San Francisco, une jeune femme de Hong Kong est promise en mariage à un propriétaire de cabaret chinois, qui lui préfère une danseuse de son établissement (Mediafilm).

7/10 sur IMDB et coté (4) sur Mediafilm

« Cette comédie musicale pleine de fantaisie se voit avec un réel plaisir. » (Mediafilm).

Young at Heart* (Gordon Douglas, 1954, États-Unis)

Deux musiciens se disputent l’amour d’une jeune provinciale.

6,8/10 sur IMDB et coté (4) sur Mediafilm

« Le réalisateur organise efficacement les évolutions des nombreux personnages et son usage de la couleur et les cadrages font parfois penser à Douglas Sirk. » (Positif)

Les trames sonores des films de Jacques Demy

Les parapluies de Cherbourg* (Michel Legrand, 1964)
Les demoiselles de Rochefort* (Michel Legrand, 1967)

Autres films

Lost in the stars* (Daniel Mann, 1974, États-Unis)
Big Fella* (J. Elder Wills, 1937, États-Unis)
Paradise in Harlem* (Joseph Seiden, États-Unis)
Spring Parade* (Henry Koster, 1940, États-Unis)
Sitting on the Moon* (Ralph Staub, 1936, États-Unis)
Oz* (Chris Lofven, 1976, Australie)
Jacques Brel Is Alive And Well And Living In Paris* (Denis Héroux, 1975, Canada)

Et un livre numérique

Gene Kelly* (Alain, Masson, 2012)

« Acteur, chanteur, danseur, chorégraphe et metteur en scène, Gene  Kelly (1912-1996) est l’auteur des plus célèbres comédies musicales de l’histoire du cinéma. Son exigence, son obstination et sa fantaisie ont bouleversé un genre cinématographique auquel il a contribué à donner sa forme classique en poursuivant un projet, celui de manifester l’universalité de la danse. » (quatrième de couverture)

* Pour utiliser ces ressources, il faut être abonné à BAnQ et s’authentifier.
Abonnez-vous.