Les films qui perdent le spectateur (20 ans de la sortie de Memento)

par Éric Solitude, bibliothécaire
Musique et films, Grande Bibliothèque

Sorti il y a 20 ans, le film Memento a révélé le réalisateur américain Christopher Nolan. La double temporalité du film a marqué les esprits (il se déroule à la fois à l’endroit et à l’envers) et, depuis, son réalisateur s’est fait une spécialité de perdre ses spectateurs dans des films en forme de casse-tête : Le Prestige (2006), Origine (2010) ou Tenet (2020).

Si vous aimez Nolan ou si vous aimez tout simplement vous perdre au cinéma, cette liste est faite pour vous! Intrigues tordues, personnages énigmatiques, boucles temporelles, rebondissements infinis : retrouvez dans cette sélection les meilleurs films qui vous font perdre le nord!

Les films noirs

Memento (Christopher Nolan, 2000, États-Unis)

Un homme qui recherche l’assassin de sa femme souffre d’une forme d’amnésie chronique effaçant de sa mémoire les choses vécues l’instant d’avant (Mediafilm).

8,4/10 sur IMDB et coté (3) sur Mediafilm

 « Memento est le fruit d’un périlleux exercice de style, de narratologie, de philosophie, et produit l’effet d’un tour de magie réussi. » (Le Devoir)

Chinatown (Roman Polanski, 1974, États-Unis)

Dans les années 1930, à Los Angeles, un détective privé engagé pour une filature découvre d’étranges agissements (Mediafilm).

8,1/10 sur IMDB et côté (1) sur Mediafilm

 « L’intrigue complexe compte toujours parmi les plus habiles jamais portées au grand écran. Un chef-d’œuvre à revoir ou à découvrir. » (Le Devoir)

The Conversation (Francis Ford Coppola, 1974, États-Unis)

Un homme se spécialise dans l’écoute électronique et loue ses services sans s’inquiéter des mobiles de ses clients (Mediafilm).

7,8/10 sur IMDB et côté (2) sur Mediafilm

 « Un suspense psychologique d’une rare intensité. L’intrigue se présente un peu comme un puzzle où l’ambiguïté de certains effets laisse place à une variété d’interprétations. » (Mediafilm)

Les films en forme de poupées russes

Millennium Actress (Satoshi Kon, 2001, Japon)

Deux journalistes recueillent les témoignages d’une actrice qui a vécu une vie professionnelle et amoureuse tumultueuse (Mediafilm).

7,9/10 sur IMDB et côté (3) sur Mediafilm

« Tout le travail du réalisateur Satoshi Kon consiste à fusionner des reflets, à marier la réalité au rêve et à plonger le spectateur dans les labyrinthes de la fiction. (Positif)

Mademoiselle / The Handmaiden (Park Chan-Wook, 2016, Corée du Sud)

Dans les années 1930 en Corée, une orpheline est envoyée dans un manoir isolé, avec pour mission de gagner la confiance d’une riche héritière afin qu’elle épouse son complice (Mediafilm).

8,1/10 sur IMDB et côté (3) sur Mediafilm

 « L’intrigue multiplie les retournements de situation. C’est un thriller sensuel dans sa première partie, un drame sentimental dans sa seconde puis le film révèle tous ses mystères dans la troisième. » (Le Devoir)

Les films métaphysiques

Solaris (Andrei Tarkovsky, 1972, Russie)

Un psychologue appelé à faire enquête sur une station orbitale est victime d’expériences bizarres (Mediafilm).

8,1/10 sur IMDB et côté (2) sur Mediafilm

« Un chef-d’œuvre du film de science-fiction, qui sans proposer d’effets spéciaux spectaculaires nous fait partager l’expérience d’un homme dont les fantasmes et la vie quotidienne tendent à fusionner. » (1001 films à voir avant de mourir)

Oncle Boonmee, celui qui se souvient de ses vies antérieures / Uncle Boonmee Who Can Recall His Past Lives (Apichatpong Weerasethakul, 2010, Thaïlande)

Après avoir reçu la visite du fantôme de sa femme, un apiculteur mourant revoit en songe l’une de ses vies antérieures (Mediafilm).

6,7/10 sur IMDB et côté (4) sur Mediafilm

« Le film constitue un enchantement poétique, une plongée dans des univers parallèles, où fantômes, animaux, humains cohabitent au milieu d’un Éden retrouvé. » (Le Devoir)

Les films modernes des années 1960

L’année dernière à Marienbad (Alain Resnais, 1961, France)

Dans un somptueux hôtel, un homme cherche à convaincre une femme qu’ils se sont déjà rencontrés.

7,8/10 sur IMDB et côté (1) sur Mediafilm

« Aucun autre film n’a aussi bien évoqué et exploré le processus mystérieux et labyrinthique de la mémoire et de la conscience. » (1001 films à voir avant de mourir)

L’Avventura (Michelangelo Antonioni, 1960, Italie)

À la recherche de sa maîtresse disparue, un architecte s’éprend d’une amie de celle-ci (Mediafilm).

7,9/10 sur IMDB et côté (1) sur Mediafilm

« La mise en scène est d’une essence nouvelle, où le message se transmet au spectateur dans une syntaxe inconnue, où l’on ne rationalise plus. À l’instar des personnages, le spectateur doit s’abandonner à l’aventure et vivre, comme les protagonistes, la brûlure du désir et la misère des sentiments. » (Positif)

Playtime (Jacques Tati, 1963, France)

Un homme s’égare dans les corridors d’un building ultramoderne et connaît diverses mésaventures (Mediafilm).

7,9/10 sur IMDB et côté (1) sur Mediafilm

« Playtime est un film qui ne ressemble à rien de ce qui existe déjà au cinéma. C’est un film qui vient d’une autre planète. » (François Truffaut)

Les films surréalistes

L’âge d’or (Luis Buñuel, 1930, France)

Variations surréalistes sur le thème de l’amour fou (Mediafilm).

7,3/10 sur IMDB et côté (1) sur Mediafilm

 « L’Âge d’or contient certaines des images les plus inoubliables du cinéma. C’est un film hors du temps qui a le pouvoir de remuer et de choquer bien au delà du 20e siècle. » (1001 films à voir avant de mourir)

La Montagne sacrée / Holy Mountain (Alejandro Jodorowsky, 1973, Mexique)

Un alchimiste introduit un vagabond dans un groupe de puissants de ce monde qui doivent prendre d’assaut la Montagne Sacrée pour conquérir l’immortalité (Mediafilm).

7,9/10 sur IMDB et côté (4) sur Mediafilm

« Une fable ésotérique et un film marqué par le goût de l’atroce qui déroule une suite d’images délirantes de style surréaliste où s’enchevêtrent les symboles abstrus et les effets-choc. » (Mediafilm)

Autres films

Diabolique (Henri-Georges Clouzot, 1955, France)
Enter the Void (Gaspard Noé, 2009, France)
Zodiac (David Fincher, 2007, États-Unis)
The Sacrifice (Andrei Tarkovsky, 1986, URSS)
Stalker (Andrei Tarkovsky, 1979, URSS)

 

* Pour utiliser ces ressources, il faut être abonné à BAnQ et s’authentifier.
Abonnez-vous.