Des films réalisés par des femmes à voir avant de mourir

par Éric Solitude, bibliothécaire
Musique et films, Grande Bibliothèque

À l’occasion du cinquième anniversaire du décès de la cinéaste belge Chantal Ackerman dont le film Jeanne Dielman (1975) fait partie des 1001 films à voir avant de mourir (livre en version imprimée seulement), découvrez quelques films des réalisatrices citées dans cet ouvrage sur nos plateformes en ligne. Si malheureusement aucun film de Chantal Ackermann n’est disponible sur nos plateformes, il est possible d’emprunter en numérique l’autobiographie de la cinéaste Ma mère rit* (2013).

4 films de l’ouvrage 1001 films à voir avant de mourir

Cléo de 5 à 7 (Cleo from 5 to 7)* (Agnes Varda, 1962, France)

Une jeune chanteuse qui attend le résultat d’un examen médical est obsédée par l’idée de la mort (Mediafilm).

7,9/10 sur IMDB et côté (2) sur Mediafilm

  • Agnès Varda est la réalisatrice la plus citée de l’ouvrage avec quatre films.

« Les plans de cette femme qui erre dans les rues de Paris sont éblouissants. Le réalisme d’Agnès  Varda génère une émotion incroyable. » (1001 films à voir avant de mourir)

The Bigamist* (Ida Lupino, 1953, États-Unis)

Un mari bigame voit son secret révélé lorsque sa femme et lui veulent adopter un enfant (Mediafilm).

6,8/10 sur IMDB et coté (5) sur Mediafilm

 « Ce film hanté est l’un des chefs-d’œuvre tournés par Ida Lupino. L’ambiguïté et l’intensité de la scène finale évoquent autant Carl Dreyer que Nicholas Ray. » (1001 films à voir avant de mourir)

Clueless* (Amy Heckerling, 1995, États-Unis)

Une adolescente à l’affût des dernières modes vestimentaires prend en charge une camarade de classe à l’allure négligée (Mediafilm).

6,8/10 sur IMDB et côté (5) sur Mediafilm

  • Le film est une adaptation libre du roman Emma* de Jane Austen.
  • La réalisatrice américaine est également citée dans l’ouvrage 1001 films à voir… pour son film Fast Times at Ridgemeont High (1982).

 « Un film drôle, émouvant et mordant. » (1001 films à voir avant de mourir)

La Souriante Madame Beudet* (Germaine Dulac, 1922, France)

Une femme malheureuse en amour se demande comment se débarrasser de son mari (IMDB).

6,7/10 sur IMDB

« En plus de dénoncer l’aliénation des femmes, Germaine Dulac utilise les moyens du cinéma pour en offrir au spectateur une vision féminine radicale et subjective. » (1001 films à voir avant de mourir)

8 films de réalisatrices citées dans l’ouvrage 1001 films à voir avant de mourir

Trouble Every Day* (Claire Denis, 2001, France)

June et Shane, deux jeunes mariés américains, sont en lune de miel à Paris, mais Shane souffre d’une maladie mystérieuse.

6 / 10 sur IMDB

The Forest for the Trees* (Maren Ade, 2003, Allemagne)

Les difficultés d’adaptation d’une enseignante timide dans une nouvelle ville, et ses tentatives maladroites pour se lier d’amitié avec sa voisine branchée. (Mediafilm)

7,2/10 sur IMDB et côté (4) sur Mediafilm

  • La réalisatrice allemande est citée dans l’ouvrage 1001 films à voir… pour son film Toni Erdman (2016).
Virgin Suicides* (Sofia Coppola, 2000, États-Unis)

Dans une banlieue cossue, des adolescents sont fascinés par leurs voisines, des beautés blondes surprotégées par leurs parents (Mediafilm).

7,2/10 sur IMDB et côté (3) sur Mediafilm

  • La réalisatrice américaine est citée dans l’ouvrage 1001 films à voir… pour son film Lost in Translation (2003).
  • Septième de la liste des dix meilleurs films de l’année 2000 des Cahiers du Cinéma
Selma* (Ava DuVernay, 2014, États-Unis)

En 1965, le pasteur Martin Luther King Jr. prend part à une marche pacifique en faveur du droit de vote sans restriction aux citoyens de race noire (Mediafilm).

7,5/10 sur IMDB et ôté (4) sur Mediafilm

  • La réalisatrice américaine est citée dans l’ouvrage 1001 films à voir… pour son film The 13th (2016).
  • Le film a obtenu l’Oscar de la meilleure chanson.
After Hours* (Jane Campion, 1984, Australie)

Court métrage sur une jeune employée de bureau qui après avoir dénoncé les abus sexuels de son employeur se fait renvoyer.

6,6/10 sur IMDB

  • La réalisatrice australienne est citée dans l’ouvrage 1001 films à voir… pour son film The Piano (1993).
  • Elle est à ce jour la seule femme à avoir obtenu la Palme d’or au Festival de Cannes.
Burning Bush* (Agnieszka Holland, 2014, République tchèque)

Minisérie de trois épisodes racontant cet évènement marquant de l’histoire de la République tchèque : le 16 janvier 1969, un étudiant, pour protester contre l’occupation soviétique, s’immole par le feu sur la place Venceslas de Prague et meurt quatre jours plus tard.

7,9/10 sur IMDB

  • La réalisatrice polonaise est citée dans l’ouvrage pour son film Europa, Europa (1990).
Antonia’s Line* (Marleen Gorris, 1995, Pays-Bas)

La vie d’une fermière qui vit entourée d’excentriques et qui transmet sa soif d’indépendance à sa descendance exclusivement féminine (Mediafilm).

7,4 sur IMDB et côté (4) sur Mediafilm

  • La réalisatrice néerlandaise est citée dans l’ouvrage 1001 films à voir… pour son film A Question of Silence (1982).
Harlequin* (Lotte Reiniger, 1931, Allemagne)

Court métrage d’animation produit avec des silhouettes.

Pour aller plus loin

Alice Guy-Blaché est la première réalisatrice de l’histoire du cinéma. Pourtant, elle a été longtemps oubliée. Redécouvrez-la dans ces deux documentaires  qui lui sont consacrés :

Deux documentaires sur les premières réalisatrices du cinéma :

 

* Pour utiliser ces ressources, il faut être abonné à BAnQ et s’authentifier.
Abonnez-vous.