Louis-Pierre Bougie, un artiste à jamais gravé dans notre mémoire

Par Céline Simonet, bibliothécaire
Direction de la recherche et de la diffusion des collections patrimoniales

 

Les collections de BAnQ recèlent plusieurs trésors signés Louis-Pierre Bougie, qui nous a quittés tout récemment. Nous vous proposons ici d’en découvrir quelques-uns et de retracer l’histoire d’une belle et longue complicité entre l’artiste et notre institution.

Au sein de nos collections

Louis-Pierre Bougie, Yeux rouges, 1974, eau-forte

Le 27 mars 1997, la Bibliothèque nationale du Québec acquiert pour la première fois 52 œuvres de Louis-Pierre Bougie. Aujourd’hui, notre collection comprend 310 estampes de cet artiste, dont 275 ont été numérisées et sont accessibles via BAnQ numérique, 13 livres d’artistes dont un, intitulé “Tass’sé zos” est numérisé, 11 affiches dont une numérisée, ainsi que deux publications gouvernementales. Ces œuvres et documents offrent un regard approfondi sur l’ensemble de sa carrière de dessinateur, peintre et graveur. En plus de plusieurs catalogues en lien avec ses expositions, un essai de Michaël La Chance, publié en 2013, lui rend également hommage.

Parmi nos expositions

Du 17 juillet au 18 novembre 2007, la Grande Bibliothèque accueillait en première montréalaise l’exposition Actualité de l’estampe au Québec. Les lauréats du prix de la Fondation Monique et Robert Parizeau, qui regroupait une centaine d’œuvres des artistes québécois Ludmila Armata, Elmyna Bouchard, Francine Simonin et Louis-Pierre Bougie, lauréats de 2002 à 2005 du prix de la Fondation Monique et Robert Parizeau. Cette exposition soulignait le travail considérable de Louis-Pierre Bougie dans le domaine des livres d’artistes :

« Louis-Pierre Bougie a consacré une belle partie de sa pratique de l’estampe à la production de livres d’artistes et, ainsi, à des collaborations avec maints auteurs, imprimeurs, typographes et relieurs d’ici et d’ailleurs. Dans ses livres, gravures et textes poétiques se répercutent l’un dans l’autre, de sorte que l’imagerie émane directement de la conjugaison de son travail d’estampe d’une extrême maîtrise avec les démarches d’écrivains tels Michael La Chance, Gaston Miron, Geneviève Letarte ou encore Michel Van Schendel, avec qui il a partagé l’«écriture» de son dernier livre et une remarquable affinité d’âme. »

Du 11 mai au 3 octobre 2010, l’exposition Ces artistes qui impriment – un regard sur l’estampe au Québec depuis 1980 présentée à la Grande Bibliothèque et au Centre d’archives de Montréal (aujourd’hui BAnQ Vieux-Montréal) mettait en valeur plus d’une centaine d’œuvres issues en partie de la collection patrimoniale d’estampes de BAnQ. Elle réunissait 88 artistes, dont Louis-Pierre Bougie, pour proposer « un éventail, en somme, de quelques-uns des artistes québécois les plus inventifs des 30 dernières années ».

Du 23 août 2013 au 16 février 2014, la salle Gilles-Hocquart du Centre d’archives de Montréal abritait l’exposition Louis-Pierre Bougie – 30 ans de livres d’artiste :

« Occasion unique de mesurer la qualité des livres de création artistique de Louis-Pierre Bougie et d’en apprécier les variables graphiques, cette exposition donne la pleine mesure de la force et de la poésie d’un art unanimement salué par la critique. »

Dans les revues et journaux québécois

Bien sûr, Louis-Pierre Bougie a exposé dans bien d’autres lieux au Québec. Il a également participé à l’illustration de la revue spécialisée Relations pour les publications datées de juillet-août 2004 et mars-avril 2014. Son parcours et ses œuvres se découvrent aisément grâce à BAnQ numérique.

Afin de lui rendre hommage, voici une sélection d’articles pour découvrir ou redécouvrir ce grand artiste. Bonne lecture !

« Le retour de Louis Pierre Bougie », Le Soleil, 7 mars 1981, cahier E, p. 5.

DAIGNEAULT, Gilles, « Louis-Pierre Bougie : vision de la Pologne », Le Devoir, 26 novembre 1983, p. 17.

LEPAGE, Jocelyne, « Corriveau, Bougie et Roy – Jamais deux sans trois », La Presse, 20 septembre 1986, F. Arts et spectacles, p. 1.

« Louis-Pierre Bougie, jardin secret », Le Soleil, 23 novembre 1996, cahier D.

BOIS, Michel, « Louis-Pierre Bougie – Voyage jusqu’à l’absence de bruit », Le Soleil, 17 septembre 2005, cahier C, p. 15.

DESLOGES, Josianne, « Louis-Pierre Bougie – Peuplades lovées sur l’horizon », Le Soleil, mardi 16 août 2011, p. 31.

DESLOGES, Josianne, « Les chorégraphies de Bougie », Le Soleil, samedi 22 novembre 2014, Arts magazine, p. 20.

TREMBLAY, Karine, « Louis-Pierre Bougie – Voyager, créer », Le Nouvelliste, 13-14 juin 2015, p. 8.

GIROUX, Yvon, « La Maison Hamel-Bureau reçoit les œuvres de Louis-Pierre Bougie, maître graveur », Le journal de Sillery – St-Louis-de-France, vol. 11, no 4, septembre 2020, p. 19.