Portail BAnQ Nétiquette

Les gens sont des énigmes – 7

18 mars 2016 par Gilbert Turp | Catégorie(s) : Non classé

ecrire_le_matin

 

Une promeneuse s’arrête un instant, deux ou trois bouquins sous le bras, et sourit. Elle a vu, déposé sur une de mes tables, quelque chose de poétique : un dessin aux couleurs soudain frappées par le reflet d’un trait de lumière oblique, hasard du soleil montant par mes fenêtres.

La femme sourit car elle adore la poésie. Il est difficile de savoir ce que les gens entendent exactement par poésie, mais pour elle, la poésie est une échouée qui se cache dans la ville, où elle s’égare sans crainte et arpente les rues à la recherche d’un mystère. Mais la poésie ne pose ses pénates ici et là qu’un instant, et quand notre promeneuse la découvre, le cœur battant, c’est comme de découvrir l’amour quand tout parait perdu.

Je la regarde s’éloigner vers le comptoir, ses bouquins sous le bras, et soudain c’est elle que je trouve poétique. Elle laisse dans son sillage une bouffée de tendresse, un de ces moments de vie que l’on saisit sans qu’il soit nécessaire de le comprendre. Je ne me lasse pas d’entrevoir la vérité des êtres humains quand ils ne se sentent pas tenus de signifier.

Les commentaires sont fermés.




© Bibliothèque et Archives nationales du Québec