Portail BAnQ Nétiquette

Si son histoire était un roman, quel en serait le titre ?

6 janvier 2016 par Gilbert Turp | Catégorie(s) : Non classé

Au deuxième, un jeune homme un peu perdu parle trop fort, la main crispée sur son téléphone portable. Il piétine en demandant avec insistance à la téléphoniste qu’on le mette en communication avec une personne-ressource d’un service juridique quelconque. Son appel mène visiblement à un cul-de-sac qui l’exaspère. Fatigué, il éteint et se laisse tomber dans un fauteuil où, une minute après, il dort tout affalé.
Quinze minutes plus tard, il se réveille en sursaut et se lève lentement, indécis et les membres ankylosés. Il rajuste ses vêtements, l’air plus calme maintenant même si ses ennuis ne sont pas réglés. Puis il quitte en jetant un coup d’œil aux ouvrages qui traînent sur les longues tablées qu’il longe en gagnant l’escalier.
Son bref passage chez moi pourrait servir de point de départ à l’histoire d’un jeune bohème dans un roman français du dix-neuvième, ou dans un polar nordique d’aujourd’hui, dans une nouvelle noire américaine des années 1980-90, ou encore dans une bande dessinée pour adultes au trait gris de style vaguement existentialiste néo-apocalyptique post-cinématographique.
Mais son histoire sans titre s’échappe avec lui, ne laissant plus qu’un relent dans son sillage. La musique en rendrait mieux l’incertitude, sans doute, que n’importe quel récit. Et puis, peut-être qu’il ne la destinait qu’à la personne qui n’a pas pu ou su répondre à son appel.

Les commentaires sont fermés.




© Bibliothèque et Archives nationales du Québec