Portail BAnQ Nétiquette

Les gens sont des énigmes – 5

10 décembre 2015 par Gilbert Turp | Catégorie(s) : Non classé

la_journee_dans_le_corps

La journée dans le corps

 

 

17h30, l’heure affairée.

Un souffle et une rumeur sonore enflent, soulevés par le rythme des pas et l’intensité de la circulation. Les gens s’arrêtent en chemin vers la maison après le travail pour remettre les livres lus et en prendre de nouveaux, qu’ils ont souvent déjà réservés.

Puis cet état de transit se calme après quinze, vingt minutes et une nouvelle vague de visiteurs arrive. Ceux-là viennent seuls ou deux par deux, la démarche souvent un peu lasse d’avoir leur journée dans le corps. Une fois à l’intérieur, la pression du jour se relâche : ils ralentissent. Leur respiration ne tarde pas à s’apaiser. Le temps qui leur échappe à journée longue semble se suspendre un moment, et ce moment leur appartient.

Ces gens ne viennent pas chercher que des livres. Ils viennent se « désaffairer », se reposer, se recentrer, se ressaisir, dessiner, flâner, rêvasser. Ils écoutent de la musique, consultent les ordinateurs, farfouillent parmi les références, feuillettent des ouvrages aux images attirantes. Géographie, beauté humaine, étrangetés et inventions. Ils créent souvent dans mes allées une atmosphère de rêve. Peut-être que leurs esprits se déploient et flottent comme des aura ?

Quoi qu’il en soit, personne n’a les yeux vides ou l’humeur distraite ici. Tous sont habités de quelque chose qui les anime, leur foyer est chaud, leur attention à l’affût. Je sens presque l’odeur de leur monde intérieur comme je sens celle qui émane des livres aux pages noircies de mots, imbibées d’encre.
J’aimerais bien que le don que j’ai de saisir le contenu des documents s’étende aussi au contenu de leur esprit. Mais il est bon que les gens restent des énigmes, et que le mystère humain fasse surface un moment pour m’atteindre de sa précieuse et insaisissable présence.

Les commentaires sont fermés.




© Bibliothèque et Archives nationales du Québec