Les Archives nationales du Québec et la transformation numérique des informations judiciaires

Au cours des prochaines années, le ministère de la Justice et les tribunaux poursuivront la transformation du système de justice québécois vers le numérique. Ce chantier d’envergure modifiera en profondeur la façon de créer et de gérer l’information judiciaire. Il s’agit d’un véritable changement de culture qui interpelle les Archives nationales du Québec dans leur rôle d’aide-conseil auprès des organismes publics en matière de gestion de l’information.

Les enjeux de cette transformation sont majeurs, en voici quelques exemples :

  • L’interprétation de la notion de propriété de l’information dans un contexte où les mêmes données sont réutilisées dans une multitude de processus et par divers organismes;

  • La gestion efficace d’une masse d’informations créées de manière très décentralisée, à la fois analogiques, nées numériques et migrées;

  • L’identification adéquate des informations ayant le plus de valeur pour y mettre plus de ressources;

  • Le maintien de l’intégrité et de l’authenticité des informations nées numériques devant être migrées de format à court, moyen et long terme;

  • Les profils de métadonnées notamment pour maintenir un lien compréhensible entre les informations créées et pouvoir les gérer efficacement dans le continuum de leur existence.

La transformation numérique en cours modifie le paradigme de gestion des informations judiciaires et interpelle une plus grande diversité d’acteurs, de connaissances et compétences. Les Archives nationales du Québec participent, comme plusieurs autres experts d’horizons divers, à ces réflexions auprès des créateurs et gestionnaires des informations judiciaires. En plus de favoriser une gestion plus efficace et de collaborer à rendre la justice plus accessible aux citoyens, ces travaux contribuent à mettre en place les conditions permettant la constitution de la mémoire judiciaire pour les générations futures.

Sophie Côté
Archiviste, BAnQ