Actualités archivistiques

Le blogue Convergence publie le travail de William Yoakim : Diffusion des archives et travail de mémoire; le cas libanais. En se basant principalement sur la théorie relative au travail de mémoire et à la fonction archivistique de diffusion, mais en analysant également des cas concrets d’exploitation de documents, ce travail a pour objectif général de penser l’usage des archives dans le travail de commémoration libanais d’après-guerre.
 

Une section de la Society of American Archivist est dédiée aux archivistes travaillant seuls dans leur organisation ou avec un personnel réduit. Celle-ci vient de publier dans son bulletin Solo une réflexion sur les stages non rémunérés.
 

Le 1er avril dernier, un segment de l’émission On Point, diffusée à partir de Boston, a été consacré à cette question : “By archiving our lives online, are we at risk of losing more than just data?” Le lien vous permet d’écouter la balado de 46 minutes et de lire quelques articles de journaux cités dans l’émission. Sur le même sujet, le quotidien Gulf Today a publié un texte de Rachael Krishna intitulé : Has the mass purge of sites like Myspace and The Pool destroyed vital records of cultural history?
 

Le site web d’Archiv-Histo, dans son volet publication, diffuse plusieurs ouvrages de Jean-Claude Dionne recensant des contrats notariés liant des personnes résidant sur l’Île d’Orléans.
 

Le Devoir a publié le 11 avril dernier un article sur la découverte par le professeur québécois Guy Lazure du catalogue de la bibliothèque de Fernand Colomb, le second fils de Christophe Colomb. Cette première phrase de l’article permet de mesurer l’ampleur de cette découverte. Dans le monde des érudits et des bibliophiles, c’est un peu comme si Guy Lazure avait découvert le plutonium par accident.
 

Si vous désirez en apprendre un peu plus sur la colonie française de Plaisance située à Terre-Neuve, on retrouve sur le blogue de Bibliothèque et Archives Canada un texte faisant état des archives conservées par l’institution pour cette colonie.
 

Les enregistrements sonores du Retour d’expé­rience sur la col­lecte et l’exploi­ta­tion d’archi­ves orales en entre­prise, afterwork de la section des archivistes d’entreprises et du secteur privé le 29 novembre 2018, à Paris, sont maintenant disponibles sur le site de l’Association des archivistes français. Au total, ce sont deux heures d’enregistrement, divisées en six blocs d’environ vingt minutes que vous pourrez écouter.
 

Vous pouvez maintenant visionner les vidéos des présentations faites lors de la séance sur la gestion des sinistres de la première édition des rencontres professionnelles autour de la restauration d’archives. Cette activité a été organisée en décembre dernier par l’atelier de restauration des Archives nationales de France et le Service interministériel des Archives de France. Pour accéder aux différentes présentations, vous devez cliquer sur le lien En savoir plus sous le résumé des présentations.
 

Lors d’une recherche pour un client, le site des données météorologiques historiques d’Environnement Canada a été repéré. Il est porté à votre connaissance. Qui sait? Il vous sera peut-être utile un jour ou l’autre.
 

On retrouve sur le blogue ALMA un compte rendu du troisième forum des archivistes organisé par l’Association des archivistes français qui s’est tenu du 2 au 5 avril dernier. La thématique de la transparence fut déclinée sous différents aspects : freins à l’accès aux archives, entre contraintes métier et régulations sociales où l’on interroge le rôle social de l’archiviste; la position et les partis pris des archivistes professionnels à l’aune de demandes sociales spécifiques, mais aussi les malentendus existants, pour réfléchir aux conséquences sur leur cadre référentiel et leurs pratiques en matière d’archives féministes et LGBTQI+; sur les modalités du partage des archives au moment de la décolonisation avec une communication intitulée Quand la transparence n’était pas à l’ordre du jour : l’opacité du rapatriement des archives coloniales.
 

Jonathan David publie sur le blogue Convergence l’entrevue qu’il a réalisée avec les auteures Hélène Bourdeloie et Christine Chevret-Castellani. Elles viennent de publier aux éditions Le bord de l’eau le titre, L’impossible patrimoine numérique? Mémoire et traces dont le but est de faire la lumière sur ces nombreuses lacunes dans la gestion de notre patrimoine numérique. Les enjeux de sélection pertinente et de conservation pérenne se font de plus en plus sentir, et l’analyse offerte dans ce livre permet de mesurer la grandeur de notre laxisme en la matière.
 

Le site Philacanada.com présente, par décennies, la presque entièreté des timbres-poste canadiens. Ce site peut être utile pour dater une carte postale ou une lettre.
 

Depuis de nombreuses années, les Archives d’État de Genève proposent un cours de deux jours, deux fois par année, aux collaborateurs de l’État qui s’y inscrivent (à raison d’une vingtaine de participants par session). L’objectif est de présenter cette organisation et de sensibiliser les participants à l’importance de la gestion documentaire. Lors de la dernière révision de ce cours, le Service de formation de l’administration nous a proposé de réaliser un e-learning sur les archives, qui fonctionnerait comme un préalable à la formation en présentiel. L’archiviste Anouk Dunant Gonzenbach nous présente la genèse du projet. On retrouve aussi à la fin de son blogue le lien vers ce cours de 30 minutes.
 

Le blogue Convergence de l’Association des archivistes du Québec propose sous la plume de François Cartier un texte qui vous choquera probablement. Le titre lui-même est provocateur : Débat: le gestionnaire de documents, une bullsh*t job?. Ce texte fait suite à la lecture par l’auteur d’un article paru dans Le Monde ayant pour titre « Absurdes et vides de sens : ces jobs d’enfer ». Dans ce texte, l’auteure présente un concept relativement nouveau du monde du travail : les bullshit jobs (que l’auteure traduit non moins prosaïquement par « jobs à la con »).
 

Le 18 avril dernier, l’Association des archivistes du Québec a publié un communiqué annonçant l’envoi d’une lettre à la ministre de la Culture et des Communications, Madame Nathalie Roy, concernant la nécessité de réviser la Loi sur les archives.
 

À Terre-Neuve, le Memorial University of Newfoundland Folklore and Language Archives (MUNFLA) vient de lancer un projet d’identification des femmes ayant contribué à documenter la vie dans la province. Généralement identifier au nom de leur mari (Mrs Bill Adams par exemple), les deux archivistes veulent leur redonner leur nom et ainsi leur contribution à ce patrimoine. Chaque lundi, elle publie sur leur compte Twitter les renseignements qu’elles détiennent sur une informatrice. Voici l’exemple d’un projet collaboratif qui nécessite peu d’investissements.
 

Aux États-Unis, la version bêta de l’outil embARC (Metadata Embedded for Archival Content) est mise à la disposition du public par l’Audio-Visual Working Group de l’agence Federal Agencies Digital Guidelines Initiative. Le code source d’embARC est ouvert. Le logiciel permet l’incorporation et la validation de métadonnées.
 

On retrouve sur le portail France Archives le compte rendu de la journée professionnelle Archives et Éducation artistique et culturelle (EAC) tenue le 13 décembre dernier. Les objectifs de cette formation : un apport théorique le matin, avec un point sur les démarches et enjeux de l’EAC et des exemples de réalisations; une réalisation pratique l’après-midi, avec la construction d’un projet EAC à partir d’un corpus de documents. Ce faisant, elle visait à éclaircir le positionnement des archives et à montrer que la rencontre des élèves avec les archives repose bien sur les trois piliers de l’EAC : acquisition de connaissances, pratique, fréquentation des œuvres et des professionnels.
 

Le blogue Modernisation et archives nous propose un bilan du projet français AD-Essor destiné à l’accompagnement des collectivités territoriales dans leurs travaux de développement de l’archivage électronique. Ce bilan a été dressé à la suite de la rencontre tenue le 16 avril dernier et réunissant plus d’une quarantaine de personnes dans les locaux de la DINSIC. Les Archives de France ont été accompagnées pour cet événement des membres du programme DCANT, dans la continuité de la coopération engagée depuis plusieurs années avec la DINSIC sur le sujet de l’archivage électronique.
 

Curieux quant à l’arrivée dans le vocabulaire du verbe « to archive » dans la langue anglaise? L’article intitulé When and how did “archive” become a verb? répond à la question!
 

Le 1er mai, la publication Parametric Press a diffusé un texte sur les dessous de la compression des images en JPEG : Unraveling the JPEG. Vous pouvez même faire des essais de compression sur une image et voir que certaines données peuvent être grandement compressées et d’autres non.
 
Note : les textes en italique sont copiés des nouvelles consultées.
 
Annie Labrecque
Technicienne en documentation, BAnQ