Portail BAnQ Nétiquette
Instantané, le blogue des archivistes.

Archives

Les rails nous tombent sur la tête !


Lettre du 16 novembre 1918. BAnQ Vieux-Montréal (CLG72).

Olivar Asselin est depuis peu de retour sur le front alors que l’armistice est signé le 11 novembre 1918. Cependant, il demeure tout de même en Belgique quelques semaines avant d’être renvoyé à Paris, et ultimement au Canada en 1919. Dans cette lettre adressée à son fils Pierre, il lui raconte quelques anecdotes sur son passage récent en France.   « Tu sais que nous sommes en route pour l’Allemagne. Les sales Boches ont tout volé dans les parties de… Lire la suite
 

La fin de la guerre est proche!


  Après avoir passé la majeure partie de l’année 1918 en Angleterre, Olivar Asselin se prépare à retourner sur le front. À l’automne (probablement en octobre), il envoie une lettre à son fils cadet Pierre au sujet de son départ imminent et de son éventuel retour au Canada. L’extrait choisi concerne principalement les passages témoignant du sentiment anti-allemand entretenu par les pays de la Triple Entente et des blessures de guerre subies par les soldats.     « Moi je… Lire la suite
 

Malbrough Asselin s’en-va-t-en guerre!


Le major Olivar Asselin arrive en France au mois de mars 1917. Le journaliste et officier décrit à son fils cadet Pierre l’équipement du soldat britannique lors de son arrivée aux tranchées.     « Quand on part d’Angleterre pour le front, on se charge comme un mulet de toute sorte de machins qui ne vous serviront de rien. Moi, à mon arrivée, j’avais l’air de ceci.     Tout de suite, je me suis mis à jeter du lest…. Lire la suite
 




© Bibliothèque et Archives nationales du Québec