Portail BAnQ Nétiquette
Instantané, le blogue des archivistes.

Archives

La tension monte dans les colonies


En août 1837, David MacLaren, père du futur entrepreneur et industriel James MacLaren, se trouve à Québec pour affaires.     Pendant son séjour, il écrit régulièrement à sa femme Elizabeth Barnet pour s’informer de l’état de leur terre à Torbolton, dans la province du  Haut-Canada, et de la situation familiale ou encore pour lui décrire sa propre vie à Québec. Au même moment au Bas-Canada, la tension monte entre les partisans du Parti patriote et les loyalistes, alors que… Lire la suite
 

Mort tragique du patriote Amury Girod, le 19 décembre 1837


Dans les cas de mort violente ou soudaine par suite de causes inconnues ou suspectes, le coroner est chargé d’enquêter sur les circonstances entourant cette mort. À BAnQ Vieux-Montréal, nous possédons l’enquête du coroner J. A. Mondelet relative à la mort tragique du patriote d’origine suisse, Amury Girod, le 19 décembre 1837 à Longue-Pointe, ainsi que le rapport du médecin Daniel Arnoldi. Le verdict : Felo de se (suicide). Cette enquête porte le numéro 1255 et elle est conservée dans le… Lire la suite
 

Les Rébellions de 1837-38 et l’Irlande


À l’occasion de la Journée nationale des patriotes, 18 mai 2015 On sait que la sympathie pour le mouvement canadien-français dépasse les frontières « bas-canadiennes » ou canadiennes. Il reçoit des appuis non seulement des États-Unis, de la France, mais aussi de l’Irlande. Dans les documents d’archives conservés par BAnQ Québec, on retrouve d’ailleurs une lettre expédiée d’Irlande à Louis-Joseph Papineau d’un certain « Mich. Joseph O.B. Quin ». Dans cette lettre, possiblement de Micheal Joseph Quin, cofondateur du périodique Dublin Review (1836-1969), l’auteur irlandais… Lire la suite
 

Les Rébellions de 1837-38 et les autres « Patriotes »


À l’occasion de la Journée nationale des patriotes, 18 mai 2015   La journée consacrée aux patriotes fait l’objet de nombreux points de vue. Symbole par excellence de la lutte des « Canadiens français » contre les « Méchants Anglais », la période des Rébellions de 1837-38 est souvent perçue différemment selon nos origines ou convictions politiques. Les historiens savent par contre que ce mouvement de révolte est beaucoup plus complexe qu’une simple lutte entre la majorité francophone et la population d’origine britannique au… Lire la suite
 




© Bibliothèque et Archives nationales du Québec