Portail BAnQ Nétiquette
Instantané, le blogue des archivistes.

Archives

Malbrough Asselin s’en-va-t-en guerre!


Le major Olivar Asselin arrive en France au mois de mars 1917. Le journaliste et officier décrit à son fils cadet Pierre l’équipement du soldat britannique lors de son arrivée aux tranchées.     « Quand on part d’Angleterre pour le front, on se charge comme un mulet de toute sorte de machins qui ne vous serviront de rien. Moi, à mon arrivée, j’avais l’air de ceci.     Tout de suite, je me suis mis à jeter du lest…. Lire la suite
 

Jouons à cache-cache avec les Allemands!


Le major Olivar Asselin, au front français depuis des semaines, décrit à son ami et collègue journaliste, Jules Fournier, le portrait qui s’offre à lui dans les tranchées. Au printemps de 1917, la guerre semble s’éterniser : les hommes passent des semaines dans les tranchées sans voir leur ennemi et tirent vers le camp adverse sans penser faire un véritable gain tactique.   «J’ai déjà fait avec le 22e (auquel je suis attaché pour trois mois à fin d’instruction) j’ai déjà… Lire la suite
 

Prévisions météo dans les tranchées : ensoleillé, avec probabilités d’averses d’obus et de shrapnels d’avions.


Olivar Asselin, officier volontaire et créateur du 163e régiment, est envoyé sur le front avec le 22e bataillon pour fins d’instruction. Il est affecté aux tranchées du front français. Le 11 mars 1917, il raconte à son épouse Alice ses premiers jours dans les tranchées. Certains passages de la lettre ont été découpés et supprimés, victime de la censure militaire de l’époque.     «Je passe aujourd’hui mon premier dimanche dans les tranchées. […] J’ai fait mes après-midis avec le… Lire la suite
 

Ça coûte cher être officier dans l’armée britannique!


Au début de l’année 1917, Olivar Asselin est en Angleterre pour parfaire son entraînement et attendre son déploiement sur le front français. Le 5 mars, à la veille de son départ pour la France, il écrit à son épouse Alice. Il y mentionne les coûts associés à l’achat de son uniforme ainsi qu’à la vie d’officier, et il lui exprime ses regrets d’être un mauvais époux.   «Je pars demain pour la France […] Je serai bien désappointé si, en… Lire la suite
 

Gare à la baleine !


Le 26 novembre 1916, à la suite de l’entraînement du 163e régiment aux Bermudes et de sa traversée vers l’Europe, le major Olivar Asselin écrit à son plus jeune fils, Pierre. Depuis le déclenchement de la guerre, la stratégie allemande consiste à freiner le ravitaillement des Alliés du front de l’Ouest, notamment en exerçant un blocus autour de la Grande-Bretagne et en torpillant les navires circulant dans l’Atlantique susceptibles d’acheminer denrées, matériel et hommes au front.   « J’écris ceci… Lire la suite
 

« Chagall », chanson de Marcel Cabay et Herbert Ruff


En 1966, Marc Chagall reçoit le disque vinyle, aujourd’hui introuvable, de la chanson « Chagall », écrite par Marcel Cabay et mise en musique par Herbert Ruff. De sa villa « Les collines » de Vence, Marc Chagall écrit à Marcel Cabay une courte lettre dans laquelle il exprime sa «… reconnaissance pour la sympathie que vous me manifestez ainsi qu’à mon art. », précise qu’il a «… apprécié le timbre de voix et les sentiments exprimés. » et lui… Lire la suite
 

Avant la référence à distance… : La bibliothèque Saint-Sulpice et ses usagers


La correspondance conservée dans le fonds d’archives de la bibliothèque Saint-Sulpice (MSS125) témoigne de la grande portée de son action. On y trouve des demandes d’informations de chercheurs, de membres du clergé ou de simples citoyens, puis des échanges avec des bibliothécaires d’autres institutions. Bien entendu, la plupart des requêtes proviennent de Montréal ou des localités avoisinantes. On peut toutefois retrouver des lettres en provenance de l’Ontario, du Nouveau-Brunswick, et même des États-Unis. On y perçoit en quelque sorte l’embryon d’un… Lire la suite
 

Une brève correspondance de guerre: Le fonds d’archives de la famille Chassé


La correspondance de guerre nous en apprend beaucoup sur la vie de tous les jours sur les champs de bataille, des préoccupations des soldats, de leurs habitudes en temps de guerre, et parfois sur la météo ou le climat. Ces écrits sont une source intéressante à consulter pour quiconque s’intéresse à cette période noire de notre histoire. BAnQ possède le fonds P756 Famille Chassé. Ce petit fonds, à peine 30 cm linéaires de documents textuels et quelques centaines de photographies,… Lire la suite
 

Belgique-Liban-Québec, ou les aléas de la famille Eid


Au premier coup d’œil, les Eid sont une famille ordinaire, qui intéresse surtout par son expérience d’immigration au Québec. Cependant, en lisant la riche correspondance de Sabine Eid, contenue dans le fonds Souhail et Sabine Eid (P929) de BAnQ Vieux-Montréal, on est rapidement captivé par leur parcours atypique. Sabine Martens, une Belge, et Souhail Eid, un Libanais qui étudiait alors en ingénierie, se sont rencontrés à l’Université catholique de Louvain à la fin des années 1950. Le couple se marie… Lire la suite
 

De la correspondance en ordre alphabétique ou chronologique? Là est la question!


La correspondance est révélatrice des occupations, des prises de position et des valeurs de ses auteurs. Elle témoigne également d’une époque autant par les sujets abordés, les opinions et émotions exprimées que par le style littéraire employé. La correspondance est par conséquent un apport indéniable à tout fonds d’archives. Toutefois, quand vient le temps de l’organiser, comment devrait-on la classer pour en faciliter la consultation? Devrait-on favoriser l’ordre chronologique ou plutôt le classement alphabétique? L’archiviste qui se pose ces questions… Lire la suite
 




© Bibliothèque et Archives nationales du Québec