Hull aux portes de l’enfer : le grand feu de 1900

La journée du jeudi 26 avril 1900 devait être une journée comme les autres pour la population de la ville de Hull. La majorité des ouvriers des usines se trouvaient fidèlement à leurs postes, les commerces étaient ouverts comme à l’habitude et les maisonnées étaient bien tenues comme à l’accoutumée. Toutefois, vers 11h, tout bascule lorsqu’un incendie de cheminée se déclare dans une résidence de la rue Chaudière.

Grand feu de Hull, le 26 avril 1900 : Commencement du désastre, reproduit vers 1950 (original créé en 1900). BAnQ Gatineau (P88,S1,D4). Photographe non identifié.

 

Incendie éclair

En moins de trois heures, le tiers de la ville de Hull est consumée. De nombreuses résidences et infrastructures municipales, construites en bois, sont détruites. Plusieurs usines sont la proie des flammes, notamment l’E.B. Eddy Company, l’usine de pâtes et papiers la plus importante de la ville et la manufacture d’allumettes et ses 20 000 caisses d’allumettes phosphorées. La population locale se serre les coudes pour combattre l’incendie. Toutefois, il devient rapidement évident que la population sera submergée par l’ampleur du désastre puisque les outils disponibles sont malheureusement insuffisants. Par exemple, le réseau de distribution d’eau possède des tuyaux dont la circonférence est trop petite. Par conséquent, le débit de l’eau s’avère trop faible.

Finalement, les flammes ne sont maîtrisées que vers minuit, soit un peu plus de douze heures après le début de l’incendie.

 

“E.B. Eddy’s factories. Apr. 27th 1900”, reproduit vers 1985 (original créé en 1900). BAnQ Gatineau (P79,S1,SS18,P1). Photographe non identifié.

 

Vue du pont de la Chaudière après le feu du 26 avril 1900, reproduit vers 1985 (original créé en 1900). BAnQ Gatineau (P79,S1,SS18,P2). Photographe non identifié.

 

“Main st. Hull. Apr. 27th 1900, Where the Presbyterian church was”, reproduit vers 1985 (original créé en 1900). BAnQ Gatineau (P79,S1,SS18,P3). Photographe non identifié.

 

Pertes et conséquences

Il faut près de trois jours pour mesurer l’ampleur des pertes subies lors du « Grand feu ». Au total, on compte un décès, environ 1 300 bâtiments réduits en cendres, près de 6 000 sans-abris et plus de 3 millions de dollars en dommages matériels. Géographiquement, c’est environ 40% du territoire de la ville de Hull qui est parti en fumée.

 

Plan 3 : Le grand feu de 1900, date inconnue. BAnQ Gatineau (P106,S2,D3).

 

Plus d’un siècle plus tard, cet événement se fait toujours sentir à Hull, aujourd’hui partie intégrante de la ville de Gatineau. De manière concrète, l’organisation municipale et son administration subissent de grandes modifications à la suite de cet incendie. La politique municipale qui interdit de construire des édifices en bois sur les artères principales devient plus rigoureuse. Le rôle de pompier est également valorisé auprès de la population.

Cet incendie a également entraîné la disparition des registres de l’état civil, des cadastres municipaux, des archives de comté ainsi que celles du greffier. La destruction du palais de justice et des nombreux bureaux de notaires et d’avocats a fait en sorte qu’une grande partie de l’histoire documentaire de la ville n’existe plus aujourd’hui et que les traces de milliers d’ancêtres se sont envolées en fumée. Nous retrouvons seulement quelques informations disparates pour raconter l’histoire de ce qui a précédé le feu. Malgré les générations qui se sont succédées, le souvenir de cet événement dévastateur est encore bien vivant dans les esprits.

 

 

Acte notarié no 18 727 du notaire Nérée Tétreau, 2 février 1900. BAnQ Gatineau (CN701,S18). Notez le bord détruit et noirci du document dû à l’incendie.

BAnQ Gatineau rend disponibles plusieurs fonds d’archives contenant certains documents relatifs à ce drame, notamment le fonds Wilfrid Sanche (P106) et la collection Pierre Louis Lapointe (P79). De plus, le centre de documentation est pourvu d’un ouvrage de M. Raymond Ouimet intitulé Une ville en flammes. Cet ouvrage retrace les différents incendies que la ville de Hull a subis au cours de son histoire. Un chapitre complet est consacré à celui du 26 avril 1900.

François Veillette, technicien en documentation – BAnQ Gatineau