Portail BAnQ Nétiquette
Instantané, le blogue des archivistes.

Des lettres de Victor Hugo à BAnQ Vieux-Montréal

12 septembre 2018 par Instantanés | Domaine(s) : Diffusion et mise en valeur

 

 

 

Victor Hugo, gravure, 1906. BAnQ Vieux-Montréal (P783,S2,SS9,SSS4,D1,P4). Artiste : J. Alphonse DeGuire.

 

 

 

En 1976, la Bibliothèque nationale du Québec a fait l’acquisition d’une collection de lettres appartenant à M. Pierre Coulombe (MSS212). Celle-ci contient 52 pièces parmi lesquelles on dénombre plusieurs perles documentaires provenant de la France et du Québec. On y trouve notamment de la correspondance de Victor Hugo, d’Alphonse de Lamartine, de Sir Frederick Haldimand, gouverneur de la province de Québec, et d’Aegidius Fauteux, journaliste et historien québécois.

 

La première lettre de Victor Hugo a été rédigée le 20 novembre 1862 à sa résidence de Hauteville House située sur l’île anglo-normande de Guernesey, dépendance de la Couronne britannique. Les différentes étampes et le texte que l’on trouve sur l’enveloppe nous indiquent que la lettre a passé par Londres avant de se rendre à sa destination finale, au bureau de la rédaction du « Journal universel » l’Illustration, au 60 rue Richelieu à Paris.

 

Voici une transcription approximative de cette lettre (les mots encadrés sont des propositions) :

 

Via London –  France

Monsieur [Ed.] Texier

Rédacteur de l’Illustration

60, rue Richelieu

Paris

 

Hauteville House, 20 nov. 1862

 

Cher monsieur Texier,

J’ai reçu, grâce à vous, sans doute, votre excellent et charmant article sur le [concentré de] nouvelles [6167a]. J’ai une occasion de vous remercier à nouveau, et je la saisis avec empressement. Seriez-vous assez bon pour communiquer au Siècle et à l’Illustration l’épreuve que vous trouverez sous le pli. Il s’agit d’une [grande] question, [la jeune] nouvelle. Je crains fort de sorte que ce que je vous envoie ne puisse être publié en France qu’avec de larges coupures. Il ne s’agit [pourtant] pas de [politique]. [De sorte], vous jugerez, [puis] déciderez, et ce que vous ferez sera bien fait.

 

Votre ami,

Victor Hugo

 

 

Lettre de Victor Hugo, 20 novembre 1862. BAnQ Vieux-Montréal (MSS212).

 

 

 

Cette lettre, probablement inédite, est dans un excellent état de conservation. Elle intéressera les chercheurs spécialisés dans l’étude de Victor Hugo.

 

Une deuxième lettre de Victor Hugo, fort courte, fait également partie de la collection Pierre Coulombe (MSS212). Cependant, elle ne comporte pas de date précise et l’écriture est plus brouillonne que sur la précédente.

 

 

 

Lettre de Victor Hugo, 2 janvier [18-?]. BAnQ Vieux-Montréal (MSS212).

 

H.H. 2 janvier

 

De tout mon cœur, cher monsieur Massenet.

Publiez avec votre musique les deux pièces Oh ! n’insultez

jamais, et S’il est un charmant gazon.

S’il y a profit pour l’éditeur ou pour d’autres sur la [votre],

fixez ma part au chiffre qui vous plaira, et donnez-la aux pauvres.

 

Votre travail m’est précieux et je vous envoie, avec tous mes vœux de succès, mon plus cordial serrement de main.

 

Victor Hugo

 

Enfin, on trouver une superbe gravure de Victor Hugo, attribuée à J. Alphonse DeGuire et datant de 1906, dans la collection Institut Notre-Dame du Bon-Conseil de Montréal (P783) conservée à BAnQ Vieux-Montréal.

 

Vincent Althot, stagiaire  – BAnQ Vieux-Montréal

Sous la supervision de Marie-Pierre Nault, archiviste – BAnQ Vieux-Montréal

 

Pour en connaître davantage sur l’histoire passionnante de ce personnage, voici quelques lectures complémentaires :

 

– LAURENT, Franck. Victor Hugo : Espace et politique jusqu’à l’exil (1823-1852). Rennes – Presses universitaires de Rennes, 2008, 288 p. Disponible en ligne : http://books.openedition.org/pur/29403 (consulté le 14 juin 2018).

 

– ROSA, Annette. Victor Hugo, l’éclat d’un siècle. Paris – Éditions Messidor, 1985, 219 p. Disponible en ligne : http://groupugo.div.jussieu.fr/Groupugo/Textes_et_documents/Eclat_d%27un_si%C3%A8cle.htm (consulté le 14 juin 2018).

 

– DECAUX, Alain. Victor Hugo. Paris – Perrin, 2011, 949 p. Disponible en ligne : http://iris.banq.qc.ca/alswww2.dll/APS_ZONES?fn=ViewNotice&Style=Portal3&q=5828784&Lang=FRE (consulté le 14 juin 2018).

4 commentaires pour “Des lettres de Victor Hugo à BAnQ Vieux-Montréal”

  1. Bonjour,

    J’ai trouvé quelques pistes pour compléter encore un peu plus votre transcription de la dernière lettre. Le passage « s’il […] [charmant] [gazon] » peut sans doute être complétée en « S’il est un charmant gazon », nom d’une pièce composée par Victor Hugo.

    Là où vous avez déchiffré « […] jamais », j’ai l’impression qu’il est écrit « Ah! n’insultez jamais » (à noter qu’un poème de Victor Hugo s’intitule « Oh n’insultez jamais une femme qui tombe! »).

    De même, « pour l’éditeur ou pour […] » peut probablement être complété en « pour l’éditeur ou par d’au-tres ».

    Voilà! Si ça peut vous aider, tant mieux! 🙂

  2. Merci beaucoup pour votre précieuse aide Monsieur Martin.

  3. Super! je vois avec plaisir que vous venez d’incorporer mes suggestions de transcriptions directement dans l’article. 🙂

    Je crois avoir trouvé un indice qui vous permettrait de trouver l’année de la deuxième lettre. Les initiales « H. H. » correspondent très probablement à la ville de Hambourg, en Allemagne, et le Massenet dont parle la lettre est presque sans aucun doute le compositeur Jules Massenet (1842-1912), qui avait prévu, sans jamais mener le projet à terme, de mettre en opéra le roman Notre-Dame de Paris d’Hugo. Or, on sait que Jules Massenet a justement été à Hambourg en janvier 1883 en vue de diriger l’Hérodiade, un de ses opéras (Anne Massenet, « Jules Massenet en toutes lettres », Fallois, 2001, p. 262). La lettre date donc probablement de 1883.

  4. Bonjour,
    Pour les lettres H.H., je pensais à Hauteville House, la maison de Victor Hugo à Guernesey, comme sur la précédente lettre. Nous sommes du même avis que vous pour Jules Massenet. Merci.

Laissez un commentaire




© Bibliothèque et Archives nationales du Québec