Portail BAnQ Nétiquette
Instantané, le blogue des archivistes.

Revendications territoriales – D’hier à aujourd’hui

7 février 2018 par Instantanés | Domaine(s) : Diffusion et mise en valeur

 

Le fonds de la Mission des Pères Capucins de Sainte-Anne-de-Ristigouche (P9), conservé à BAnQ Rimouski, est une véritable mine d’archives sous-exploitée. Afin de mettre en lumière la richesse de ce fonds, nous vous présentons un rapport concernant le réarpentage de la réserve indienne de Ristigouche, réalisé par l’arpenteur-géomètre François-Xavier Fafard en 1899.

 

Le travail d’un arpenteur-géomètre n’est pas toujours de tout repos. Ce rapport en est un excellent exemple. En novembre 1898, le secrétaire du département des Affaires indiennes à Ottawa, monsieur J. D. McLean, contacte l’arpenteur-géomètre François-Xavier Fafard afin de procéder au réarpentage de la réserve de Ristigouche et ainsi répondre aux demandes répétées des Micmacs de la Baie-des-Chaleurs. Le 7 décembre 1899, l’arpenteur Fafard quitte la ville de Québec pour arriver le lendemain à Ristigouche.

 

Rapidement, il se voit confronté aux différents intéressés. D’une part, les héritiers Fraser et Busteed, propriétaires d’immenses terrains bornant la réserve à l’est et à l’ouest, craignent de voir leurs propriétés amputées. Ils refusent donc de laisser l’arpenteur consulter leurs titres légaux et lui interdisent même l’accès à leurs propriétés. D’autre part, les Micmacs, persuadés de l’immense pouvoir de l’envoyé d’Ottawa, exigent le rétablissement immédiat et de façon définitive de l’ancienne et véritable ligne du côté est qui sépare les terres des Fraser de la réserve indienne. Les autochtones sont clairs : sans cette action immédiate, l’arpenteur-géomètre ne pourra compter sur leur assistance dans le travail projeté.

 

Heureusement, dix jours après son arrivée, les Micmacs acceptent finalement d’aider l’arpenteur. Sans plus tarder, les travaux d’arpentage débutent. Très rapidement, le constat apparaît : certains propriétaires des lots avoisinants la réserve ont tracé, de façon arbitraire, de nouvelles lignes et ils pillent sans scrupule le bois des Amérindiens. Dans son rapport, F.-X. Fafard nous présente un historique des revendications territoriales des autochtones et les données techniques du nouvel arpentage qu’il a réalisé au cours de son séjour à Ristigouche. En conclusion, il constate un empiètement des Fraser sur la réserve et il recommande énergiquement au gouvernement fédéral d’intervenir contre les héritiers Fraser afin de mettre un terme au pillage des ressources et de rétablir les droits des Micmacs.

 

 

 

 

Rapport et correspondances concernant le réarpentage de la réserve indienne de Ristigouche Co. Bonaventure, 2 mars 1899. BAnQ Rimouski (P9). François-Xavier Fafard, pages 5 et 6.

 

 

La lecture du document nous donne une bonne description de la réserve et révèle les possibilités financières qu’offre l’exploitation des ressources forestières qui s’y trouvent. De plus, l’arpenteur mentionne les noms des Amérindiens qui ont bien voulu apporter leur aide dans ses travaux d’arpentage.

 

 

 

 

Rapport et correspondances concernant le réarpentage de la réserve indienne de Ristigouche Co. Bonaventure, 2 mars 1899. BAnQ Rimouski (P9). François-Xavier Fafard, pages 18 et 19.

 

 

Les revendications territoriales des Premières Nations sont toujours d’actualité. En 2015, le gouvernement fédéral a accordé à la communauté micmaque de Listuguj une compensation financière de plus de 64 millions afin de les dédommager de la perte de leurs terrains depuis deux siècles. Ces négociations périlleuses ont abouti à un règlement heureux pour les autochtones grâce à la découverte, au Musée de la Gaspésie, d’une carte de 1829 réalisée par l’arpenteur Joseph Hamel et, à BAnQ Rimouski dans le fonds de la Mission des Pères Capucins de Sainte-Anne-de-Ristigouche, d’un bail de location daté de 1787.

 

 

 

 

 

Bail de location de Joseph Claude, 14 mai 1787. BAnQ Rimouski (P9).  Auteur non identifié.

 

 

En terminant, mentionnons que BAnQ Québec conserve le plan réalisé par l’arpenteur Fafard en 1899. Il est disponible dans Pistard sous la cote E21,S555,SS1,SSS17,P16.

 

http://pistard.banq.qc.ca/unite_chercheurs/description_fonds?p_anqsid=201707051037541030&p_centre=03Q&p_classe=E&p_fonds=21&p_numunide=1039687

 

En complément :

  • GOUDREAU, Michel. Micmacs : l’éternel conflit sur la propriété des terres! Bulletin de la Société historique Machault. Volume 1, numéro 4, été 1998.
  • GOUDREAU, Michel. La maison Busteed ou Bordeaux et ses trésors historiques. Magasine Gaspésie. Volume 48, numéro 171, été 2011.
  • GOUDREAU, Michel. Des archives qui valent leur pesant d’or : 64,5 millions $. Bulletin de la Société historique Machault. Printemps 2015.

 

 

 

André Ruest, technicien en documentation – BAnQ Gaspé

 

Un commentaire pour “Revendications territoriales – D’hier à aujourd’hui”

  1. Bonjour André,
    Bravo, ton texte est intéressant, a les vielles archives on se pourrait pas sans passer.
    Bonne fin de semaine

Laissez un commentaire




© Bibliothèque et Archives nationales du Québec