Portail BAnQ Nétiquette
Instantané, le blogue des archivistes.

La vie au front : un legs photographique d’Eugène Mackay-Papineau

20 décembre 2017 par Instantanés | Domaine(s) : Diffusion et mise en valeur

 

 

À la suite des récentes commémorations du jour du Souvenir le 11 novembre dernier, nous  vous présentons aujourd’hui un intéressant fonds d’archives conservé à BAnQ Québec traitant de la Grande Guerre.

 

 

Le fonds Eugène Mackay-Papineau (P859) témoigne, entre autres, de l’expérience des soldats et des officiers canadiens postés outre-mer lors de la Première Guerre mondiale.

 

 

 

 

Soldats canadiens dans les tranchées, date inconnue. BAnQ Québec (P859). Photographe non identifié.

 

 

 

 

Constitué de près de 600 photos[1], d’une correspondance étoffée, du journal personnel d’Eugène Mackay-Papineau, ainsi que de divers autres types de documents, le fonds P859 regorge de pièces captivantes pour quiconque s’intéresse à l’histoire militaire et aux expériences vécues sur le terrain par les soldats canadiens.

 

 

En ce sens, soulignons que plutôt que de présenter exclusivement des scènes à caractère militaire, ce fonds d’archives nous permet de voir l’envers du décor et de découvrir les soldats dans des situations du quotidien.

 

 

 

 

Soldats canadiens profitant d’un repos, date inconnue. BAnQ Québec (P859). Photographe non identifié.

 

 

 

 

Descendant de la célèbre lignée Papineau, Eugène Mackay-Papineau est né à Saint-Vincent-de-Paul le 9 novembre 1891. Il est le fils de Gordon-Benjamin Papineau (1856-1939) et d’Eugénie Mackay (1856-1897). Il épouse Gabrielle Rodier à Montréal le 14 octobre 1925. Il  décède à Lanoraie le 23 juin 1972.

 

 

 

 

Eugène Mackay-Papineau posant avec un chiot, date inconnue. BAnQ Québec (P859). Photographe non identifié.

 

 

 

 

Pendant la Première Guerre mondiale, il est l’un des officiers du tout nouveau 22e Bataillon canadien-français (qui deviendra le Royal 22e Régiment). Il est blessé à l’œil droit durant la bataille de Kemmel, dans les Flandres, le 2 mars 1916. Cette blessure sérieuse le force à aller se rétablir quelques mois en sol canadien. Il retourne ensuite sur le champ de bataille où il se voit éventuellement attribuer la médaille des officiers des corps coloniaux auxiliaires (Victoria Decoration).

 

 

 

 

Eugène Mackay-Papineau dans une tranchée, date inconnue. BAnQ Québec (P859). Photographe non identifié.

 

 

 

 

Continuons avec quelques photographies mettant en scène des soldats et des officiers dans différentes situations. Nous ignorons à quels endroits ont été pris les clichés; soit en Belgique, soit en France. Rappelons que le 22e Bataillon canadien-français est arrivé au front en Belgique au mois de septembre 1915. Il a pris part à divers affrontements, dont les engagements majeurs de Courcelette en France au mois de septembre 1916, ainsi qu’à la bataille de Vimy au mois d’avril 1917.

 

 

 

 

Soldat portant un masque à gaz, date inconnue. BAnQ Québec (P859). Photographe non identifié.

 

 

 

 

 

Soldats profitant d’un repos pour faire une séance de toilettage, date inconnue. BAnQ Québec (P859). Photographe non identifié.

 

 

 

 

 

Soldats chaudement habillés, date inconnue. BAnQ Québec (P859). Photographe non identifié.

 

 

 

 

Officiers en conversation avec un habitant local, date inconnue. BAnQ Québec (P859). Photographe non identifié.

 

 

 

 

En terminant, nous vous présentons une lettre extraite de la correspondance d’Eugène Mackay-Papineau et datée du 16 novembre 1915. On y dresse le portrait d’une semaine particulièrement éprouvante : décès, pluie de balles allemandes, température exécrable, etc.

 

 

 

 

 

 

 

Lettre d’Eugène Mackay-Papineau à sa tante, 16 novembre 1915. BAnQ Québec (P859).

 

 

 

Voilà donc un bref aperçu de la diversité documentaire de ce fonds d’archives. En espérant que ce tour d’horizon aura suscité un certain intérêt et un désir de venir dans nos locaux afin d’en apprendre davantage sur ce personnage.

 

 

 

Jean-Philippe Asselin, Technicien en documentation – BAnQ Québec

 

 

 

[1] À noter que ce fonds n’est malheureusement pas encore numérisé. La consultation des documents devra donc se faire lors de votre prochaine visite au centre d’archives de BAnQ Québec!

Un commentaire pour “La vie au front : un legs photographique d’Eugène Mackay-Papineau”

  1. Félicitations à BAnQ et à vous monsieur Asselin pour ce magnifique mémorial en l’honneur de mon oncle, le lieutenant-colonel Eugène Papineau.
    Je l’ai connu vers 1945 à sa résidence de Lanoraie où il avait constitué un petit musée de souvenirs de sa participation à la guerre de 14-18.
    J’ai maintenant 89 ans et depuis Mont-Tremblant étant à mobilité réduite, je regrette de ne pouvoir aller consulter ces archives à Québec.
    Quand j’étais attaché économique à la Délégation du Québec à Paris en 1965, c’est l’oncle Eugène et son frère Denis-Benjamin, aussi lieutenant-colonel ayant participé à cette guerre, qui m’ont guidé pour trouver la ville vendéenne d’où était parti le premier ancêtre Papineau en 1688.
    De nouveau, je vous dis BRAVO.

Laissez un commentaire




© Bibliothèque et Archives nationales du Québec