Portail BAnQ Nétiquette
Instantané, le blogue des archivistes.

Barbus et moustachus / A Hair Affair

5 décembre 2017 par Instantanés | Domaine(s) : Diffusion et mise en valeur

 

Le 29 novembre dernier, au Siboire Dépôt de Sherbrooke, s’est tenue l’inauguration de l’exposition virtuelle bilingue intitulée Barbus et moustachus / A Hair Affair consacrée aux barbes et aux moustaches portées par la gent masculine aux 19e et 20e siècles.

 

Le projet a été réalisé par des étudiants de la maîtrise en histoire de l’Université de Sherbrooke, grâce à la collaboration du Centre de ressources pour l’étude des Cantons-de-l’Est (CRCE), sous les auspices de l’Université Bishop et de Bibliothèque et Archives nationales du Québec – BAnQ Sherbrooke.

 

Le regard des étudiants

Barbus et moustachus / A Hair Affair est une exposition qui met en scène un sujet peu étudié en histoire : les barbes et les moustaches. Au moyen de photographies d’époque, cette exposition illustre ce que la pilosité faciale masculine a pu représenter dans le paysage social. Les styles de barbes et de moustaches sont-ils liés aux classes sociales ou à un métier en particulier? La moustache est-elle un signe de prospérité ? L’exposition aborde ces questions en trois axes : les styles de barbes et de moustaches, leur rôle social et le rôle social des salons de barbiers.

 

 

 

 

Homme jovial ([189-?]). BAnQ Sherbrooke (P12,P12). Photographe non identifié. Le sujet porte une moustache pyramidale.

 

 

 

 

 

George Frederick Bowen, protonotaire du district judiciaire de Saint-François (1898). Centre de ressources pour l’étude des Cantons-de-l’Est (P006-006-004-005). Photographe non identifié. Le sujet porte une barbe Burnsides.

 

 

 

Le regard des archivistes

Exercer le métier d’archiviste, c’est parfois travailler dans l’ombre afin de redonner vie à des inconnus. Une imposante partie du matériel photographique dévoilé lors de l’exposition Barbus et moustachus / A Hair Affair n’était pas identifié au début du projet. À l’aide d’indices laissés par-ci par-là, nos recherches ont permis de rétablir l’identité de plusieurs personnes, de les localiser dans leur village, de dévoiler leur métier et de dater leur passage sur terre.

 

 

On peut en dire beaucoup lorsque l’on regarde la photographie d’un inconnu. Par exemple, on peut identifier le support photographique, qu’il soit en verre, en métal ou qu’il soit le résultat d’une image colorisée. De même, on peut, par l’habillement, préciser le statut social d’un individu. Enfin, certains éléments, comme la moustache, ressortent comme des signes distinctifs. Cependant, il n’y a rien de plus satisfaisant que de trouver ce qui se cache au-delà d’un regard ou derrière l’esthétique d’un cliché photographique. Cette mission fut un succès pour l’identification de plusieurs portraits.

 

 

 

 

Familles Lippé et Gendreau ([1908?]). BAnQ Sherbrooke (P39). Photographe non identifié. Les sujets portent respectivement une moustache pyramidale, une barbe Spade et une moustache Walrus.

 

 

 

 

 

Homme avec un manteau de fourrure (1884). Centre de ressources pour l’étude des Cantons-de-l’Est (P006-010-001A). Photographe Presby & Son. Le sujet porte une barbe Hulihee.

 

 

 

 

Le regard des organisateurs

Ce partenariat entre le milieu universitaire, le CRCE et BAnQ fut une expérience à la fois intense et très positive. Intense, d’une part, car une exposition réalisée en trois mois est sans conteste un exploit (la planification normale d’une exposition s’échelonne habituellement sur plus d’un an). Et positive, d’autre part, parce que des liens étroits se sont créés pour l’avenir, favorisant, qui sait, la réalisation d’autres projets hors des sentiers battus.

 

 

Cette réalisation, assurément formatrice pour les étudiants, a aussi donné l’opportunité aux visiteurs de découvrir leurs institutions anglophone et francophone de conservation des archives, mais aussi de constater comment l’histoire peut être populaire et vivante. De fait, avec cette thématique insolite, l’histoire s’est avérée décidément très ludique !

 

 

 

 

 

Crédit photo [#676] : Bernard Bilodeau. L’événement a attiré plus de 140 personnes!

 

 

 

 

 

Crédit photo [#685] : Bernard Bilodeau. Le mur ouest de l’exposition laissait paraître les grandes cuves à bière du Siboire.

 

 

 

 

 

 

Crédit photo [#23] : Yves Plante. Les étudiants de la maîtrise en histoire et leur professeur : Vicky Constantineau, Philippe Beauchemin, Éléanor Acier, Dominic Martin, Karl Moffat, Gabrielle Thériault et Julie Allard, chargée de cours à l’Université de Sherbrooke. Saluons Emmanuel Nadeau qui ne pouvait être des nôtres lors de cette soirée.

 

 

 

 

 

Crédit photo : Vicky Martineau. Les complices du projet, Julie Roy et Vicky Martineau, respectivement archiviste-coordonnatrice à BAnQ Sherbrooke et archiviste au Centre de ressource pour l’étude des Cantons-de-l’Est.

 

 

 

 

L’exposition virtuelle est hébergée sur le portail du Centre de ressources pour l’étude des Cantons-de-l’Est à l’adresse suivante : http://www.etrc.ca/fr/explorer-les-archives/expositions. Nous vous invitions à aller la visiter, à naviguer entre ses divers volets, et à constater par vous-même la richesse et la variété du patrimoine archivistique estrien.

Bonne visite!

 

 

Julie Roy, archiviste-coordonnatrice, BAnQ Sherbrooke

Laissez un commentaire




© Bibliothèque et Archives nationales du Québec