Portail BAnQ Nétiquette
Instantané, le blogue des archivistes.

Archives : juillet 2017

Adorables petits officiers à quatre pattes!


  Olivar Asselin passe la majeure partie de l’année 1918 dans différents camps des forces canadiennes installés dans la campagne anglaise afin d’y compléter sa formation d’officier. Au camp de Witley, il commence à rédiger pour Pierre, son plus jeune fils, des « histoires de chien », racontant la vie d’un chien qui vit au camp auprès des soldats. En juin, le 10e de réserve est posté dans un autre camp à Branshott, où Asselin rédige une nouvelle lettre au… Lire la suite
 

Le Chantier du siècle


La tour centrale du Parlement de Québec, 1948. BAnQ Québec (E6,S7,SS1,P65275). Paul Carpentier.

Le 28 juillet 1876, le gouvernement provincial achète officiellement au gouvernement fédéral le Cricket Field pour y établir le siège de la vie parlementaire de la province. Ce terrain, acheté au coût de 15 000$, est situé tout juste à l’extérieur des fortifications, près de la porte Saint-Louis. Pendant les dix années qui suivront, Eugène-Étienne Taché sera le maître d’œuvre de ce Chantier du siècle, employant pas moins de 400 ouvriers.   Architecte autodidacte et arpenteur-géomètre de formation, Eugène-Étienne Taché travaille… Lire la suite
 

Présence des Trudeau père et fils au Lac-Saint-Jean


  La Traversée internationale du lac St-Jean bat son plein depuis le 22 juillet. Parmi les nombreuses activités organisées à cette occasion, notons, entre autres, le traditionnel souper dans les rues de Roberval qui aura lieu le 26 juillet et auquel le premier ministre du Canada, monsieur Justin Trudeau, participera.  En 1969, il y a de cela 48 ans, son père, monsieur Pierre Elliott Trudeau, donnait le coup d’envoi de cet événement. BAnQ Saguenay conserve plusieurs photographies qui témoignent de… Lire la suite
 

La guerre n’est pas que morts et blessés…il y a de la vie au camp!


  Olivar Asselin passe la majeure partie de l’année 1918 dans différents camps des forces canadiennes installés dans la campagne anglaise afin d’y compléter sa formation d’officier. Au camp de Witley, il commence à rédiger pour Pierre, son plus jeune fils, des « histoires de chien », racontant la vie d’un chien qui vit au camp auprès des soldats.     « Il y a au 10e de réserve un chien si beau, si bon, si fin, que je me… Lire la suite
 

Les 4 jours marquants de la visite du général de Gaulle au Québec


  Dans la foulée des événements commémorant les 50 ans de l’Exposition universelle de Montréal de 1967, il ne faudrait pas oublier de souligner la visite mémorable du président français Charles de Gaulle dans la Belle Province du 23 au 26 juillet 1967, en réponse à l’invitation du gouvernement québécois.   Lors d’une visite officielle à l’Élysée en mai 1967, Daniel Johnson père, alors premier ministre du Québec, demande à Charles de Gaulle de le soutenir dans sa démarche pour… Lire la suite
 

Le luxe, c’est très relatif!


Après son mandat de secrétaire pour la mission britannique à Paris, Olivar Asselin retourne en Angleterre pour poursuivre sa formation d’officier, afin de pouvoir diriger des troupes sur le front. En décembre 1917, il est envoyé avec le 10e bataillon de réserve au camp Witley. Dans cette lettre, il décrit à son fils cadet, Pierre, le logement des soldats et des officiers, ainsi que la vie au camp.   « Les soldats logent dans des baraques en bois, trente ou quarante… Lire la suite
 

La médecine au temps de la Nouvelle-France


  En Nouvelle-France, le corps médical était très hiérarchisé. Tout d’abord, le médecin, de par sa formation universitaire, jouissait d’un prestige élevé. Le thérapeute, quant à lui, était un érudit et un gestionnaire, dont les fonctions principales consistaient à écrire des articles scientifiques, à enseigner, à contrôler les admissions dans les hôpitaux et à distribuer des directives aux chirurgiens et aux aides-soignants ecclésiastiques. Pour sa part, le chirurgien, contrairement au médecin, traitait les blessures et les maladies de façon concrète…. Lire la suite
 

Le polémiste est outré!


Depuis le mois d’août 1917, Olivar Asselin, évacué du front après avoir souffert de la fièvre des tranchées, demeure actif en France à titre d’attaché militaire à Paris, afin de promouvoir la mission britannique et l’implication canadienne. Dans cette lettre envoyée à un ami, Rodolphe Lemieux, le major y déplore l’attitude des journalistes français et du Bureau de la Censure de la France. La lettre fait également référence à la bataille de la Côte 70 (« affaire de Lens »),… Lire la suite
 

1970 ou la décennie consacrée à l’inventaire du patrimoine culturel québécois


L’inventaire est un acte culturel profond qui permet aux institutions, et plus précisément à l’État, de répertorier l’ensemble des richesses d’une collectivité afin de déterminer ce qui doit être transmis aux futures générations. BAnQ Québec conserve 725 000 négatifs (E6,S8,SS2) provenant d’inventaires effectués par le ministère des Affaires culturelles et qui sont parfois devenus les témoins d’un patrimoine culturel aujourd’hui disparu ou profondément modifié. Au Québec, pour faire suite à l’adoption de la Loi sur les biens culturels en 1972,… Lire la suite
 

C’est si merveilleux la propreté!


Lorsqu’un soldat était évacué du front après avoir contracté la fièvre des tranchées (maladie transmise par les poux, qui proliféraient dans les tranchées à cause des conditions d’hygiène déplorables), il était envoyé, dans la plupart des cas, à l’hôpital de Boulogne pour y être soigné. C’est au début de juin 1917 que le major Olivar Asselin écrit à son fils Jean, pour lui parler notamment de son séjour à l’hôpital en France, de son retour éventuel en Angleterre, de sa… Lire la suite
 




© Bibliothèque et Archives nationales du Québec