Portail BAnQ Nétiquette
Instantané, le blogue des archivistes.

Archives : mai 2017

Des documents uniques de la Nouvelle-France conservés dans les archives judiciaires du 19e siècle !


Les dossiers des Matières civiles supérieures de la Cour du banc du roi / de la reine du district de Montréal (TL19,S4,SS1) regroupent des documents qui témoignent de toute la gamme des litiges civils : droit familial (séparation de corps et de biens jusqu’à la renonciation de la paternité); droit commercial (litiges d’entreprises financières, commerciales et industrielles); causes en dommages-intérêts; litiges découlant des héritages, des testaments et des donations.   Les chercheurs y trouveront aussi des causes concernant la propriété foncière… Lire la suite
 

Malbrough Asselin s’en-va-t-en guerre!


Le major Olivar Asselin arrive en France au mois de mars 1917. Le journaliste et officier décrit à son fils cadet Pierre l’équipement du soldat britannique lors de son arrivée aux tranchées.     « Quand on part d’Angleterre pour le front, on se charge comme un mulet de toute sorte de machins qui ne vous serviront de rien. Moi, à mon arrivée, j’avais l’air de ceci.     Tout de suite, je me suis mis à jeter du lest…. Lire la suite
 

À bas les fortifications !


    Ce document consultable à la salle de recherche de BAnQ Vieux-Montréal, est un plan d’arpentage datant de 1803, dessiné par Louis Chartrand. C’est une des dernières représentations des fortifications de Montréal avant leur démolition complète.   Les Montréalais étant de plus en plus nombreux et la ville ayant besoin d’espace pour développer les faubourgs, une pétition citoyenne pour l’abattement des murailles délabrées conduit à l’Acte pour abattre les Anciens Murs et Fortifications qui entourent la Cité de Montréal,… Lire la suite
 

Jouons à cache-cache avec les Allemands!


Le major Olivar Asselin, au front français depuis des semaines, décrit à son ami et collègue journaliste, Jules Fournier, le portrait qui s’offre à lui dans les tranchées. Au printemps de 1917, la guerre semble s’éterniser : les hommes passent des semaines dans les tranchées sans voir leur ennemi et tirent vers le camp adverse sans penser faire un véritable gain tactique.   «J’ai déjà fait avec le 22e (auquel je suis attaché pour trois mois à fin d’instruction) j’ai déjà… Lire la suite
 

Louis Riel raconté au théâtre et à l’opéra


  En novembre 1967, la fresque historique « Bois-brûlés », nom donné aux Métis du Nord-Ouest, inaugure la 17e saison du Théâtre du Nouveau Monde.     Écrite et mise en scène par Jean-Louis Roux, cette production est consacrée à la vie de Louis Riel et au soulèvement des Métis, communauté issue de l’union d’Amérindiens et de Canadiens-français surtout établie dans les territoires devenus les provinces du Manitoba et de la Saskatchewan.     Des chants métis sont d’ailleurs intégrés… Lire la suite
 

Montréal, mon pays, mes amours ! C’n’est pas encore Athènes ou Paris, mais c’est chic « en titi »


En cette année commémorative de l’arrivée de Jeanne Mance et de Paul Chomedey de Maisonneuve nous vous convions à la lecture d’un texte humoristique. Ce texte rappelle par de nombreuses références historiques, les défis des élus municipaux et des Montréalais et Montréalaises, à la veille du déclenchement de la Deuxième Guerre mondiale.   Cet article, écrit par un jeune diplômé du Collège Jean-de-Brébeuf, Louis Beaugrand-Champagne, fut publié en janvier 1938 dans la revue mensuelle CAN-CAN dont les numéros de décembre… Lire la suite
 

Prévisions météo dans les tranchées : ensoleillé, avec probabilités d’averses d’obus et de shrapnels d’avions.


Olivar Asselin, officier volontaire et créateur du 163e régiment, est envoyé sur le front avec le 22e bataillon pour fins d’instruction. Il est affecté aux tranchées du front français. Le 11 mars 1917, il raconte à son épouse Alice ses premiers jours dans les tranchées. Certains passages de la lettre ont été découpés et supprimés, victime de la censure militaire de l’époque.     «Je passe aujourd’hui mon premier dimanche dans les tranchées. […] J’ai fait mes après-midis avec le… Lire la suite
 

Annie MacDonald Langstaff – Courage et détermination


Parmi les dossiers de Cour conservés à BAnQ Vieux-Montréal, on retrouve le cas peu commun d’Annie MacDonald Langstaff, qui fit appel à la justice afin d’obtenir le droit de passer les examens d’admission du Barreau du Québec en juillet 1914 (TP11, S2, SS2, SSS42, 1914, dossier 528). Née en Ontario le 6 juin 1887, elle épouse Samuel Gilbert Langstaff en 1904. Après avoir donné naissance à une fille, le couple se sépare en 1906 et Annie déménage à Montréal l’année… Lire la suite
 

Ça coûte cher être officier dans l’armée britannique!


Au début de l’année 1917, Olivar Asselin est en Angleterre pour parfaire son entraînement et attendre son déploiement sur le front français. Le 5 mars, à la veille de son départ pour la France, il écrit à son épouse Alice. Il y mentionne les coûts associés à l’achat de son uniforme ainsi qu’à la vie d’officier, et il lui exprime ses regrets d’être un mauvais époux.   «Je pars demain pour la France […] Je serai bien désappointé si, en… Lire la suite
 

Il y a 75 ans, la conscription… et ses suites!


Dès le déclenchement de la Deuxième Guerre mondiale, des Canadiens s’enrôlent volontairement pour freiner les visées d’Adolf Hitler en Europe alors que d’autres se précipitent dans le mariage car, dit-on, les hommes mariés seraient épargnés d’un appel sous les drapeaux. En 1940, l’élection fédérale porte au pouvoir William Lyon Mackenzie King qui promet qu’il n’y aura pas de conscription au pays pour combattre outre-mer. Les soldats volontaires canadiens qui traversent l’Atlantique sont encore suffisamment nombreux pour faire face à l’envahisseur…. Lire la suite
 




© Bibliothèque et Archives nationales du Québec