Portail BAnQ Nétiquette
Instantané, le blogue des archivistes.

Philippe Gaultier de Comporté et le développement des connaissances sur la Nouvelle-France

26 octobre 2016 par Instantanés | Domaine(s) : Diffusion et mise en valeur

Philippe Gaultier de Comporté est né à Sainte-Éanne, dans le Poitou, vers 1641. Soldat dans le régiment de Carignan, il débarque à Québec en 1665. Entre 1668 et 1685, il obtient successivement la charge de commissaire des magasins du roi, de préposé à la recette du 10% sur les marchandises qui arrivent au Canada, de prévôt de la Maréchaussée et, à titre provisoire, de commissaire de la Marine. Il meurt à Québec le 22 novembre 1687.

En 2009, BAnQ acquiert sept pages de documents exceptionnels en lien avec un aspect inconnu de la carrière de Gaultier de Comporté : sa contribution au développement des connaissances sur la Nouvelle-France (P920).

Au XVIIe siècle, la Nouvelle-France offre aux Européens un territoire à conquérir, à évangéliser, à peupler et à exploiter. Objet de curiosité, elle suscite la mise sur pied d’un vaste réseau de collecte et d’échange d’informations, de produits et d’artéfacts. À Paris, le conseiller du roi, Cabart de Villermont entretient, ainsi que son fils, une correspondance soutenue avec Philippe Gaultier de Comporté et le jésuite Thierry Beschefer, ancien supérieur de la mission du Canada.

 

Lettre de Philippe Gaultier de Comporté à Esprit Cabart de Villermont, 6 novembre 1686. BAnQ Québec (P920_6).

Copie d’une lettre de Philippe Gaultier de Comporté à Esprit Cabart de Villermont, 6 novembre 1686. BAnQ Québec (P920_6).

 

Dans ces documents autographes, Philippe Gaultier de Comporté rapporte quelques frictions avec les Anglais qui empiètent sur des territoires appartenant aux Français, signale le travail des coureurs des bois, résume les attaques des Iroquois contre d’autres nations amérindiennes et contre les Anglais. En tant que marchand, de Comporté décrit aussi en détail des articles de fabrication indigène avec l’intention manifestement mercantile de susciter l’intérêt et la curiosité de ses correspondants.

« Mémoire de ce qui etoit dans deux boëttes adresséés a mr gitton a la Rochelle pour les faire tenir a mr de villermont a paris

 La plus grande est toute pleine de sucre d’Erables.

 il y a dans la seconde boëtte

1e divers morceaux d’ecorce figuréé par les sauvages avec les dents

2e une peau de serpent qu’une bonne vieille iroquoise a gardé plus de 40 ans comme une chose qui lui conservait la vie et qui ne la quittéé que lorsqu’elle a esté baptiséé.

3e une tortüe avec quelques grains dedans qui font du bruit, ces sortes d’instruments servent de violons lorsqu’on danse et aux jongleurs ou medecins lorsqu’ils chantent et soufflent sur les malads pour les guerir et pour faire sortir les sorts.

4e des pierres transparentes celle qui l’est d’avantage coupe le vers comme les diamants et fait du feu lorsqu’on frappe dessus avec un morceau d’acier[…] »

 

Lettre de Philippe Gaultier de Comporté à Esprit Cabart de Villermont, 7 septembre 1686. BAnQ Québec (P920_4).

Lettre de Philippe Gaultier de Comporté à Esprit Cabart de Villermont, 7 septembre 1686. BAnQ Québec (P920_4).

 

Si Philippe Gaultier de Comporté occupe des fonctions importantes à Québec, son passé vient le hanter. En 1665, alors qu’il est dans le Poitou, il est impliqué dans une rixe au cours de laquelle deux hommes sont tués. Condamné par contumace, il obtiendra des lettres de rémission du roi en juin 1680. Leur insinuation devant le Conseil souverain de la Nouvelle-France permet de connaître le récit des événements (BAnQ Québec, TP1,S36,P172).

 

Pour en savoir plus :

Laure Conan, Philippe Gaultier de Comporté, premier seigneur de La Malbaie, 1917.

Pierre Georges Roy, La famille Gaulthier de Comporté, 1934

Requête de Charles et Louis Gaultier de Comporté, enfants mineurs du défunt Philippe Gaultier de Comporté, vivant prévôt de la Maréchaussée de ce pays, demandant des lettres d’émancipation; ordre que la dite requête soit communiquée aux sieur François Provost, gouverneur pour le Roi de la ville et du gouvernement des Trois-Rivières, Denis Riverin, conseiller, et Alexandre Peuvret, greffier en chef de ce Conseil . 1701

 

Rénald Lessard, archiviste-coordonnateur – BAnQ Québec

Un commentaire pour “Philippe Gaultier de Comporté et le développement des connaissances sur la Nouvelle-France”

  1. Bonjour, serait-il possible d’avoir traduction de cette lettre svp ? Elle m’intéresse, surtout la partie sur le conflit avec les Anglais en Baie-d’Hudson.

    Merci !

Laissez un commentaire




© Bibliothèque et Archives nationales du Québec