Portail BAnQ Nétiquette
Instantané, le blogue des archivistes.

« Kamouraska » d’Anne Hébert, où la réalité rivalise avec la fiction

14 septembre 2016 par Instantanés | Domaine(s) : Diffusion et mise en valeur

Le roman Kamouraska d’Anne Hébert relate l’histoire d’Elisabeth d’Aulnières qui se remémore les événements dramatiques de 1839 qui ont conduit à l’assassinat de son mari, Antoine Tassy, seigneur de Kamouraska, par Georges Nelson, son amant. Nelson médecin à Sorel, fit en traîneau à travers la neige et le froid le trajet aller-retour de 700 km entre Sorel et Kamouraska afin de commettre son crime. Ce classique de la littérature québécoise publié en 1970, a remporté le Prix du livre de Paris, le Prix des libraires de France et a été adapté au cinéma.

Anne Hébert a non seulement basé son roman sur des faits réels mais il est étonnant de constater à quel point la vraie histoire s’approche du récit de la romancière. Le centre BAnQ Rimouski conserve le fonds George Holmes (P107) qui contient de la correspondance et les dépositions de nombreux témoins des événements tragiques qui ont servi de contexte au roman d’Anne Hébert. Joséphine Éléonore d’Estimauville a été accusée en 1841 de complot en vue d’assassiner son mari, Louis-Paschal-Achille Taché, mais faute de preuves, elle fut acquittée. Son amant, le docteur George Holmes, s’enfuit au Vermont. Toutes les demandes d’extradition de ce citoyen américain furent rejetées et Holmes ne fut jamais revu.

 

01R_P107D2P66_001 (a)

Acte d’internement envers Joséphine d’Estimauville, de Sorel, veuve de Louis-Paschal-Achille Taché . 21 février 1839, BAnQ Rimouski (P107, D2, P66).

 

03Q_P1000S4D83PT9 (a)

Éléonore D’Estimauville, Mme Louis-Paschal-Achille Taché, [Vers 1882], BAnQ Québec (P1000,S4,D83,PT9). Photographe inconnu.

 

En consultant les dépositions des témoins, on constate que plusieurs renseignements précis se retrouvent dans le roman : les noms de certains personnages, les dates, le contenu des témoignages, même la description des vêtements du médecin lors de son voyage.

01R_P107D2P02_001 (a)

Déposition de Michel-Eustache Letellier, aubergiste de Saint-Vallier . 15 février 1839, BAnQ Rimouski (P107, D2, P2).

 

01R_P107D2P02_002 (a)

Déposition de Michel-Eustache Letellier, aubergiste de Saint-Vallier . 15 février 1839, BAnQ Rimouski (P107, D2, P2).

 

Par exemple, la servante qui a tenté sous les ordres du médecin d’empoisonner le mari ivrogne et violent, les tantes maternelles issues de la bourgeoisie locale qui ont plaidé l’innocence de leur nièce, un paysan de Sorel qui a surpris les amants en pleins ébats amoureux, les nombreux témoins qui ont reconnu George Holmes lors de son périple à tombeau ouvert vers Kamouraska. Tous ces événements ont bien eu lieu, et madame Hébert les relate avec exactitude.

La force du récit d’Anne Hébert dans Kamouraska provient surtout de sa réussite à décrire l’histoire de l’intérieur, avec toute la fureur et la passion des personnages, et à son style d’écriture captivant.

Le fonds George Holmes est entièrement numérisé, et les documents d’archives sont disponibles en ligne sur le site de BAnQ.

 

Guillaume Marsan, archiviste-coordonnateur – BAnQ Rimouski et Gaspé

 

Pour en savoir plus sur ce drame historique

  • Sylvio Leblond, « Le drame de Kamouraska d’après les documents de l’époque », Les Cahiers des Dix, n° 37, 1972, p. 239-273.
  • Béatrice Chassé, « L’assassinat du seigneur Achille Taché », L’estuaire, Revue d’histoire des pays de l’estuaire du Saint-Laurent, n° 68, 2008, p. 17.
  • Alex Gagnon, La communauté du dehors. Imaginaire social et représentations du crime au Québec (XIXe – XXe siècle), thèse de doctorat (littératures de langue française), Université de Montréal, 2015.
  • Les chercheurs peuvent consulter les journaux d’époque disponible en ligne sur le site de BAnQ dans la Collection numérique.

5 commentaires pour “« Kamouraska » d’Anne Hébert, où la réalité rivalise avec la fiction”

  1. Super intéressant!

  2. Bon, maintenant j’ai juste le goût d’aller relire Kamouraska. Merci!

  3. Informations fort intéressantes! Un drame qui s’éloigne de la fiction d’où l’on croyait qu’il provenait.

  4. Je suis toujours heureuse de suivre vos publications. Je suis une lectrice intéressée. Et je fais venir des manuscrits à ma bibliothèque souvent suite à vos articles. Merci à BANQ !

  5. En fait, si je ne m’abuse, c’est l’histoire de son ancêtre, car  » Anne Hébert est de descendance noble par son grand-père maternel, Eugène-Etienne Taché, l’architecte du parlement de Québec, dont l’aieul, Achille Taché, fut seigneur de Kamouraska. « Ma mère, quand j’étais petite, me racontait l’histoire de Kamouraska, pas comme moi je l’ai racontée bien sûr »…
    http://www.anne-hebert.com/p.php?i=180

Laissez un commentaire




© Bibliothèque et Archives nationales du Québec