Portail BAnQ Nétiquette
Instantané, le blogue des archivistes.

Un manuscrit bien particulier

10 août 2016 par Instantanés | Domaine(s) : Diffusion et mise en valeur

BAnQ Saguenay possède un journal manuscrit très précieux, de plus de 200 ans; un document particulièrement rare dans une région qui a été « fondée » officiellement en 1838! Nous vous présentons aujourd’hui son auteur et son parcours peu banal.

Le 29 novembre 1957, Joseph-Henry McLaren, habitant alors à Port-au-Persil dans Charlevoix, vend aux Archives de la Province de Québec pour la somme de 200.00$, un journal écrit de la main de son arrière-grand-père, Neil McLaren. Ce document, en anglais, couvre la période de 1800 à 1805 alors que Neil était gardien ou gérant du poste de traite de fourrures appartenant à la Compagnie du Nord-Ouest, situé à Chicoutimi. Le précieux manuscrit s’est donc transmis de génération en génération pendant 150 ans! Il est conservé dans la Collection Centre des archives nationales du Québec à Chicoutimi sous la cote P1000,D3 et aujourd’hui le journal est disponible en ligne!


02C_P1000D3 pages centrales

Journal de Neil McLaren, vue du journal ouvert, 13 juillet 2016. BAnQ Saguenay (P1000, D3). Photographe André Leblanc.


Mais qui était donc l’auteur de ce fameux document? Neil McLaren est né à Loch Earn, en Écosse, en 1766. Il immigre au Bas-Canada dès 1791. Entré au service de la Compagnie du Nord-Ouest, il est affecté au poste de Chicoutimi en avril 1800. Pendant cinq ans, McLaren, par la rédaction de son journal, fait connaître au lecteur la vie quotidienne dans un tel établissement. Tout est noté méticuleusement: les visiteurs, Amérindiens ou Blancs, le travail effectué par les hommes, employés pour l’entretien des bâtiments, les travaux saisonniers, le temps qu’il fait et les vents, les résultats de la chasse, fructueux ou non, de même que l’élevage des bêtes domestiques.


02C_P1000D3_051

Journal de Neil McLaren, page du 29 décembre 1801. BAnQ Saguenay (02C_P1000D3_051).


Le 4 octobre 1804, Jean-Baptiste Taché (qui deviendra plus tard notaire et député) est nommé à la tête du poste de traite en remplacement de McLaren pour des raisons nébuleuses. McLaren se retrouve ainsi à Musquaro, ancien poste de traite situé en amont de Natashquan. De la mi-octobre 1804 à juillet 1805, McLaren n’écrit pas. Il reprend l’écriture le 25 juillet 1805 jusqu’au début novembre suivant. Particularité : McLaren écrit le dimanche 29 septembre 1805 et à l’entrée suivante, il inscrit le lundi 29 septembre au lieu du 30 septembre ainsi les jours suivants sont tous décalés, et ce, jusqu’à la fin de son journal puisque le gérant ne semble pas s’être aperçu de son erreur…


02C_P1000D3_136 bas

Journal de Neil McLaren, page du 29 septembre 1805, où l’on retrouve deux fois la même date. BAnQ Saguenay (02C_P1000D3_136).


À l’automne 1805, il quitte la Compagnie du Nord-Ouest et accepte un emploi de garde-chasse à La Malbaie. Il épouse à Québec, le 10 août 1811, Margaret Hewitt, fille de John Hewitt, administrateur de la seigneurie de Murray-Bay, avec qui il aura neuf enfants.

McLaren s’établit à Port-au-Persil entre 1806 et 1812. Il en sera d’ailleurs le premier habitant. Pratiquant l’agriculture et la pêche tout au long de sa vie, McLaren décède à cet endroit le 25 septembre 1844 à l’âge de 78 ans.


Myriam Gilbert, archiviste-coordonnatrice – BAnQ Saguenay


Pour en savoir plus

Un commentaire pour “Un manuscrit bien particulier”

  1. Je suis descendante de François Lagrange dont les explois de son fils Pascal Lagrange sont décris dans ce livre.

    J’apprécie énormément pouvoir lire ce livre que j’ai consulté aux archives nationales du Canada à Ottawa dans sa versin dactylographié.

    gros mercis

Laissez un commentaire




© Bibliothèque et Archives nationales du Québec