Portail BAnQ Nétiquette
Instantané, le blogue des archivistes.

De la bande dessinée à la science-fiction : aventures littéraires d’un adolescent des années 1930.

20 juillet 2016 par Instantanés | Domaine(s) : Diffusion et mise en valeur

Nous sommes sur les bords de la rivière des Outaouais, au milieu des années 1930. Ernest Bilodeau, bibliothécaire-adjoint au Parlement d’Ottawa, collabore depuis plusieurs années à divers journaux et publie ses carnets de voyage. Son épouse, Juliette Madore, est la nièce de l’écrivain Louis Fréchette; il va donc sans dire que la littérature occupe une place très importante chez les Bilodeau.

Entre 1933 et 1940, la famille crée un petit journal littéraire dans lequel parents et enfants rédigent des poèmes, des contes et même de petites chansons. Par ce journal, les enfants Bilodeau explorent diverses formes littéraires.


07H_P119 S1 P5

Page titre du journal littéraire de la famille Bilodeau, 1933-1940. BAnQ Gatineau (P119, S1, page 5)

 

Deux de ces textes retiennent notre attention. Le premier, par son format. Il s’agit de petites bandes dessinées, forme de littérature plutôt rare dans le Québec des années 1930. La bande dessinée de la province est alors dominée par les comic strips américains qui paraissent dans la majorité des quotidiens de l’époque. En ce qui concerne les auteurs québécois, il y a bien eu des adaptations de romans commanditées par le clergé, et, à partir de 1935, le Petit Journal publie des séries humoristiques (L’Oncle Pacifique, Casimir) alors que La Patrie publie Bouboule.

Il est donc intéressant de trouver ces quelques narrations graphiques dans le carnet de la famille Bilodeau. Ces dernières sont signées par Ulois de Labiou (Louis Bilodeau) alors âgé de 15 ans et étudiant au Collège Saint-Alexandre de Limbour (aujourd’hui un quartier situé au centre de Gatineau).


07H_P119 S1 P22 23 (a)

Comment Rond Carré devint fou, juin 1934, Ulois de Labiou. BAnQ Gatineau (P119, S1, pages 22-23)

07H_P119 S1 P24 25 (a)

Comment Rond Carré devint fou, juin 1934, Ulois de Labiou. BAnQ Gatineau (P119, S1, pages 24-25)


Un autre texte est particulièrement intéressant et dans un style tout aussi rare pour l’époque. Le même Louis Bilodeau reprend l’histoire du Petit Chaperon rouge mais la situe en l’an 2000. Très peu de romans de science fiction sont publiés au Québec à l’époque. Ce style ne connaîtra vraiment son essor qu’au cours des années 1960. Il est fascinant de voir comment un adolescent de 1934 imaginait l’époque dans laquelle nous vivons présentement.


07H_P119 S1 P17

Le Petit Chaperon rouge moderne (En l’an 2000), 1934, Ulois de Labiou, BAnQ Gatineau (P119, S1, page 17).

07H_P119 S1 P18 (a)

Le Petit Chaperon rouge moderne (En l’an 2000), 1934, Ulois de Labiou, BAnQ Gatineau (P119, S1, page 18).

07H_P119 S1 P19 (a)

Le Petit Chaperon rouge moderne (En l’an 2000), 1934, Ulois de Labiou, BAnQ Gatineau (P119, S1, page 19).

07H_P119 S1 P20

Le Petit Chaperon rouge moderne (En l’an 2000), 1934, Ulois de Labiou, BAnQ Gatineau (P119, S1, page 20).


Louis Bilodeau fera carrière comme traducteur à l’emploi du gouvernement fédéral. Toujours intéressé par la littérature, il fera partie de plusieurs associations littéraires et publiera de nombreuses lettres ouvertes dans les journaux. Puis, en 1963, il réalisera un de ses rêves d’adolescence en publiant son roman Belle et grave aux Éditions Beauchemin. M. Bilodeau est décédé le 29 décembre 1991 à Sillery.


07H_P174 S1 D32218

Louis Bilodeau lors du lancement de son livre Belle et grave à l’École Reboul de Hull, 1963. BAnQ Gatineau (P174, S1, D32218). Photo: Champlain Marcil.

 

Nos remerciements aux professeurs Michel Viau et Sylvain Lemay de l’École multidisciplinaire de l’image, programmes en bande dessinée, de l’Université du Québec en Outaouais.


Jacinthe Duval, archiviste-coordonnatrice – BAnQ Gatineau

2 commentaires pour “De la bande dessinée à la science-fiction : aventures littéraires d’un adolescent des années 1930.”

  1. Ça m’amuse de voir le cahier qu’ils ont utilisé… Les gens faisaient de la récupération dans ce temps-là car ils ne dépensaient pas inutilement. Une bonne habitude à reprendre, ne serait-ce que pour des raisons écologiques. MH

  2. Félicitations! Merci de partager ce petit trésor avec nous tous!

Laissez un commentaire




© Bibliothèque et Archives nationales du Québec