Portail BAnQ Nétiquette
Instantané, le blogue des archivistes.

Les origines d’une légende irlandaise… montréalaise !

27 juin 2016 par Instantanés | Domaine(s) : Diffusion et mise en valeur

Nous sommes le matin du 27 juin 1879. Des policiers se présentent au 242, rue William à l’angle de la rue Murray. Ils y découvrent une véritable scène d’horreur : le corps décapité d’une femme irlandaise, Mary Gallagher. Dans un seau, tout près du poêle, sa tête gît dans le sang. Dans un lit, dans la même pièce, les policiers trouvent une jeune femme qui prétend dormir : il s’agit de Susannah Kennedy, amie et collègue de travail de la victime. C’est la naissance, dans le défunt quartier Griffintown (aujourd’hui Faubourg-des-Récollets), d’une légende qui perdure jusqu’à nos jours : celle de Mary Sans Tête. Le dossier de cette cause est conservé à BAnQ Vieux-Montréal (Fonds Cour du banc du roi ou de la reine, 1850-1975). Les documents qu’on y retrouve offrent une perspective bien différente des propos des journaux contemporains.

 

Blogue_DB_Susannah_Kennedy_Dossier_01 (a)

Page couverture du dossier judicaire : The Queen vs Susannah Kennedy, Michael Flannagan and Jacob Mears. Murder. Coroner Inquisition and Proceedings. 7th July 1879. BAnQ Vieux-Montréal (TP9, S2, SS1, SSS1 [contenant 2010-06-003/97] )


 

Par exemple, les journaux de l’époque désignent simplement la victime en tant que prostituée. Les documents judiciaires nous apprennent toutefois qu’elle est l’épouse d’un certain James Connolly, employé à la Montreal Brewing Company. Connolly et Gallagher sont séparés depuis deux ans au moment du meurtre. Susannah Kennedy, âgée d’environ 20 ans, est pour sa part mariée à Jacob Mears, irlandais protestant, employé de la fonderie de Messieurs Clendinning. Le lieu du crime est le domicile du couple Mears et Kennedy qui est locataire d’un certain James Hartford.

 

Blogue_DB_Susannah_Kennedy_Maison du meutre_02

Édifice dans lequel s’est déroulée la tragédie. « Meutre de M. Gallahger ». Tiré des albums de rues Édouard-Zotique Massicottte (1870-1920). En ligne : http://collections.banq.qc.ca/ark:/52327/2084892.

 

C’est d’abord Michael Flannagan, un client, qui est soupçonné du meurtre. Puisqu’on ne retrouve pas de sang sur lui, la police cherche toutefois un autre suspect. Suite à l’enquête du détective Andrew Cullen, Susannah Kennedy devient le principal suspect. Bien connue de la police, elle a été arrêtée à plusieurs reprises sur des accusations de « drunk and disorderly », c’est-à-dire pour avoir troublé la paix publique en état d’ivresse. On ne sait pas si tel est le cas pour la victime, mais des témoins ont affirmé les avoir souvent vus ensemble en état d’ébriété.

L’attitude de Kennedy lors des interrogatoires est ambivalente. Elle maintient à tout prix l’innocence de Flannagan, mais plusieurs de ses commentaires laissent croire qu’elle cherche pourtant à lui faire porter le blâme. Il faut dire que son comportement au moment de l’arrivée de la police avait aussi été surprenante : faisant semblant de dormir, un policier la « réveille » en mettant sa main sur son épaule et lui demande si elle est au courant qu’il y a une femme morte chez elle. Ce à quoi elle répond par la négative !

 

File written by Adobe Photoshop¨ 5.0

L’emplacement du meurtre est indiqué par le cercle rouge sur cette portion d’un plan d’assurance de 1879. Atlas of the city and island of Montreal, including the counties Jacques Cartier and Hochelaga. [Quebec (Province)] : Provincial Surveying and Pub. Co, Henry W. Hopkin, manager, 1879. Collection numérique de BAnQ : http://services.banq.qc.ca/sdx/cep/document.xsp?id=0000174244 (consulté le 6 juin 2016)


 

Blogue_DB_Susannah_Kennedy_Emplacement du meutre sur google map_04

Emplacement de l’évènement sur une carte actuelle. L’intersection des rues Murray et William localisée à l’aide de Google Maps. En comparent les deux cartes, on remarque que le secteur est beaucoup moins peuplé de nos jours.

 

Le rapport du coroner Joseph Jones nous apprend que c’est un mélange d’alcool et de jalousie qui est le catalyseur de l’assassinat. N’ayant pas supporté que l’attention de Flannagan se porte sur Mary et non sur elle, Susannah décapite sa collègue lors de son sommeil à l’aide d’une hache dans la nuit du 26 au 27 juin 1879. À l’issue du procès, le 16 octobre 1879, elle est condamnée à la pendaison. La peine est prévue pour le 5 décembre 1879. La sentence est cependant commuée en prison à vie. À la lecture du dossier, on peut penser que c’est la santé mentale de la meurtrière qui lui sauve la vie. Le coroner Joseph Jones écrit notamment :

In visiting the Cells we were shown the condemned women Susan Kennedy and were informed by the Sister and Chaplain who have had means of carefully noticing her behavior for the past 4 years, more or less, as she was then, that her conduct has always been strange, and the they consider she is not of sound mind […]

Ce verdict ne semble pas permettre à la victime de reposer en paix. Son fantôme condamné à chercher sa tête tous les sept ans à l’anniversaire du crime aurait en effet été aperçu dans le quartier à plusieurs reprises dans les années qui suivirent. Autre fait surprenant : Michael Flannagan, le suspect initial, meurt noyé à la suite d’un accident subvenu le 5 décembre 1879, soit le même jour initialement prévu pour l’exécution de Susannah Kennedy!

Au moment de la condamnation de la meurtrière, le pénitencier Saint-Vincent-de-Paul ne possède pas encore une section pour les femmes. Susannah Kennedy est donc transférée à la prison de Kingston, en Ontario. Elle y arrive le 24 novembre 1879. Selon les rapports annuels du pénitencier, elle y meurt le 26 septembre 1890 à l’âge de 30 ans des séquelles de la tuberculose. Au moment de sa mort, elle est toujours décrite en tant que « folle ».

 

Blogue_DB_Susannah_Kennedy_Corone_05r

Première page du rapport de la visite du coroner Joseph Jones à la prison: The Queen vs Susannah Kennedy, Michael Flannagan and Jacob Mears. Murder. Coroner Inquisition and Proceedings. 7th July 1879. (TP9, S2, SS1, SSS1 [contenant 2010-06-003/97] )


Denis Boudreau, bibliothécaire – BAnQ Vieux-Montréal

 

Références et sources
Un grand merci à monsieur Cameron Willis, assistant de recherche au musée pénitentiaire du Canada (http://www.penitentiarymuseum.ca/fr/) qui nous confirme la mort de Susannah Kennedy à Kingston et non pas à Montréal. Monsieur Willis précise aussi que tous les documents relatifs aux dossiers des prisonniers des pénitenciers fédéraux de cette époque sont disponibles à Bibliothèque et Archives Canada. Dans le cas du dossier Kennedy : http://collectionscanada.gc.ca/ourl/res.php?url_ver=Z39.88-2004&url_tim=2016-06-08T18%3A56%3A10Z&url_ctx_fmt=info%3Aofi%2Ffmt%3Akev%3Amtx%3Actx&rft_dat=1385131&rfr_id=info%3Asid%2Fcollectionscanada.gc.ca%3Apam&lang=eng

 

Archives

  • Montreal, Court of Queen’s Bench, September Term, 1879, The Queen vs Susannah Kennedy, On Conviction of Murder, Extract from the Resentment made by the Grand Jury, 16th October, 1879.
  • Annual Return of deaths in the Hospital, Kingston Penitentiary, from 1st July 1890 to June 30, 1891, Report of the Minister of Justice As To Penitentiaries In Canada, 1891. Ottawa: Queen’s Printer, 1892. pg. 9

 

Ouvrages publiés

  •  Hustak, Alan. The ghost of Griffintown : the true story of the murder of Mary Gallagher, Montreal : Redlader Pub., cop. 2005. 104 p. Disponible pour le prêt à la Grande Bibliothèque – Niveau 3 – Documentaire: 345.71402523 G1626h 2005
  • Goyette, Danielle, «Fantôme et lieux étranges», Waterloo, Québec : Éditions Michel Quintin, 2009, 144 p. Disponible pour le prêt à la Grande Bibliothèque – Niveau 3 – Documentaire: 133.109714 G724f 2009

 

Articles de journaux

  • Delacour, Emmanuel, «Mary sans tête hante les rues de Griffintown», in http://24hmontreal.canoe.ca/24hmontreal/actualites/archives/2012/06/20120627-091827.html [consulté le 6 mars 2015].
  • ProQuest Historical Newspapers: The Globe and Mail :
  • A BRUTAL MURDER: A Woman’s Dead Severed From Her Body A REVOLTING … The Globe (1844-1936); Jun 30, 1879.
  • LATEST FROM MONTREAL: ARRIVAL OF EMIGRANTS–RAID ON A SAUSAGE … Our Own Correspondent The Globe (1844-1936); Jul 8, 1879.
  • THE MARY GALLAGHER MURDER: SENTENCE OF THE COURT ON SUSAN KENNEDY– … The Globe (1844-1936); Oct 6, 1879.
  • CANADIAN NEWS: THE DOUBLE LIABILITY CLAUSE IN BANKING ENFORCED FOR … The Globe (1844-1936); Dec 6, 1879.

 

Un commentaire pour “Les origines d’une légende irlandaise… montréalaise !”

  1. Quelle reconstitution fascinante, et aussi tous ces documents et références, dont ces livres québécois sur les fantômes… Passionnant!

Laissez un commentaire




© Bibliothèque et Archives nationales du Québec