Portail BAnQ Nétiquette
Instantané, le blogue des archivistes.

Un déménagement inhabituel ! La translation des restes du cimetière Saint-Antoine vers le cimetière Notre-Dame-des-Neiges (1854-1871)

22 juin 2016 par Instantanés | Domaine(s) : Diffusion et mise en valeur

Porter quelqu’un à son dernier repos. Cette locution s’appuie sur l’idée que le défunt, lorsque mené à sa sépulture, ne la quittera jamais. Du moins, pas par ses propres moyens ! L’histoire des grandes villes a souvent contredit cette croyance, notamment avec la fermeture de cimetières et leur reconversion en parcs. C’est ainsi que plusieurs parcs publics ont vu le jour en Amérique du Nord comme le Madison Square Park à New York ou encore le New Mission Park à San Francisco. Montréal est au nombre de ces villes avec le square Dominion construit entre 1872 et 1880 (maintenant square Dorchester).

Ce parc est aménagé sur le terrain du cimetière Saint-Antoine qui dessert la ville de 1799 à 1854. Ce cimetière n’est pas le premier de Montréal. Il y a d’abord eu celui de la Pointe-à-Callières, puis celui de l’église Notre-Dame (angle des rues Saint-Pierre et Saint-Jacques); le premier était situé hors les murs de la ville, puis le second intra-muros.


Plan_Cimetière-Sant-Antoine_georeference01

Plan de 1860 géoréférencé à l’aide d’une carte actuelle extraite du portail OpenStreetMap. Source : Office Plot of Outline Boundaries of the Old Roman Catholic Cemetery St. Antoine Ward, with Projected Streets. 1860. BAnQ Vieux-Montréal (CA601, S53, SS1, P433). Henri Maurice Perrault.

 

En 1795, les autorités montréalaises décident, pour des soucis sanitaires, de ne plus permettre le développement de cimetières à l’intérieur de la ville. En décembre 1799, la Fabrique de la paroisse Notre-Dame décide donc d’acquérir un terrain de quatre arpents hors des murs appartenant à Pierre Guy. C’est à partir de ce site que le cimetière Saint-Antoine est créé.


Plan d’une propriété,_appartenant à la Fabrique de Montréal, connue sous le nom de l’ancien cimetière catholique_située au quartier St Antoine_02

« Plan d’une propriété, appartenant à la Fabrique de Montréal, connue sous le nom de l’ancien cimetière catholique, située au quartier St Antoine. », 1868. BAnQ Vieux-Montréal (CA601, S53, SS1, P548). Henri Maurice Perrault.

 

La croissance de la ville rattrape vite ce cimetière; les craintes d’épidémies et les ambitions foncières poussent les autorités en 1853 à ne plus permettre son agrandissement. Une fois de plus, la Fabrique se voit prier de chercher ailleurs un emplacement moins dérangeant. Cette fois, on choisit un site situé à la campagne et pratiquement inaccessible, propriété du docteur Pierre Beaubien.


Plan of property belonging to the Montreal Cemetery Company situate at the Mountain of Montreal Canada East _03

Plan of property belonging to the Montreal Cemetery Company situate at the Mountain of Montreal Canada East, 1852, (CA601,S53,SS1,P2648). Henri Maurice Perrault.

 

Avec la fermeture du cimetière Saint-Antoine, on pense pouvoir récupérer l’espace pour le développement de la ville. Le terrain est même divisé en lots. Ce qui est certain, par contre, c’est que les ambitions des promotteurs immobiliers sont abandonnées avec l’acquisition du terrain de cet ancien cimetière par la ville de Montréal en 1871. Les lots déterminés en 1868, par l’arpenteur Henri Maurice Perrault, ne sont donc pas vendus.


Plan d’une propriété_appartenant à la Fabrique de Montréal, connue sous le nom de l’ancien cimetière catholique,_située au quartier St Antoine_04

« Plan d’une propriété, appartenant à la Fabrique de Montréal, connue sous le nom de l’ancien cimetière catholique, située au quartier St Antoine. », 1868. BAnQ Vieux-Montréal (CA601, S53, SS1, P557). Henri Maurice Perrault.

 

Nous savons que plusieurs translations de restes du cimetière Saint-Antoine vers le nouveau cimetière sont effectuées entre 1854 et 1871. Le nombre exact est toutefois inconnu. Mais qui sont les individus qui ont bénéficié de ce déménagement inhabituel ? Les informations à ce sujet sont rares.


L_entrée du cimetière catholique Mont-Royal_05

« L’entrée du cimetière catholique Mont-Royal », A.J. Rice, Laprés & Lavergne, dans Le Monde illustré vol. 13, no 652 (31 octobre 1896), p. 417. Dans Collection numérique de BAnQ : http://collections.banq.qc.ca/ark:/52327/2075135.

 

La base de données du cimetière Notre-Dame-des-Neiges sur Ancestry Library Edition, disponible à BAnQ, permet néanmoins d’identifier plusieurs individus tous décédés avant 1854:

  1. John McNamara Hayes, décédé vers 1817
  2. Helen Dickson, décédée vers 1820
  3. Aimé Comte, décédé vers 1821
  4. Aline Byette, décédée vers 1827
  5. John McCormank, décédé vers 1828
  6. Andrew Skeine McDonald, décédé vers 1836
  7. Anthony Walsh, décédé vers 1839
  8. Adolphe Sanders, décédé vers 1842
  9. Alphonse Filiatrault, décédé vers 1843
  10. Angélique Moreau, décédée vers 1843
  11. Esther Longpré, décédée vers 1845
  12. Bernard Lemaire St-Germain, décédé vers 1844
  13. Tardif, décédé vers 1844
  14. Jacob Wurtele, décédé vers 1844
  15. Rose De Lima Benoit, décédée vers 1846
  16. Adélaïde Letourneux, décédé vers 1846
  17. Daniel McLaughlin, décédé vers 1846
  18. Appoline Curot, décédé vers 1849
  19. Mathilde McGill, décédée vers 1849
  20. Ann Jane Hawkins, décédé vers 1850


On remarque peu de noms francophones dans cette liste, sans doute parce que le transfert d’une sépulture implique des frais qui ne sont pas à la portée de tous. N’oublions pas que seules les familles disposées à acheter un lot à ce nouveau cimetière pouvaient installer une pierre tombale pour identifier le défunt. Dans le cas contraire, les sépultures sont simplement enfouies dans une fosse commune. Pour le défunt, c’est donc l’anonymat après un repos perturbé par la modernité!


Denis Boudreau, bibliothécaire – BAnQ Vieux-Montréal



Pour en savoir plus

 

Base de données

 

 

Fonds d’archives

 

  • Fonds Cour supérieure. District judiciaire de Montréal. Greffes d’arpenteurs. Henri-Maurice Perrault. Plans d’arpentage. BAnQ Vieux-Montréal (CA601, S53, SS1).

 

Livres et articles de journaux

 

 

 

 

Portail de la ville de Montréal

 

Un commentaire pour “Un déménagement inhabituel ! La translation des restes du cimetière Saint-Antoine vers le cimetière Notre-Dame-des-Neiges (1854-1871)”

  1. Beau travail de recherche, bravo!.

Laissez un commentaire




© Bibliothèque et Archives nationales du Québec