Portail BAnQ Nétiquette
Instantané, le blogue des archivistes.

Censure lors de la Semaine du film français

11 mai 2016 par Instantanés | Domaine(s) : Diffusion et mise en valeur

La Semaine du film français se tient à Montréal du 3 au 9 novembre 1958 en présence de plusieurs vedettes dont Arletty, Jean-Pierre Aumont, Daniel Gélin, René Clair, Charles Vanel, Dany Robin, François Périer et Mijanou Bardot.

 

06M_P278S981

Jean-Pierre Aumont, [1945], BAnQ Vieux-Montréal (P278,S9). Photographe non identifié.

 

Le long-métrage « Maxime » du réalisateur Henri Verneuil doit inaugurer cet événement organisé par Unifrance Films, association chargée de la promotion et de l’exportation du cinéma français dans le monde. À la suite des coups de ciseaux du Bureau de censure des vues animées de la province de Québec, qui ampute la pellicule de 40 minutes, le distributeur refuse de présenter l’œuvre cinématographique prévue en première mondiale.

 

06M_E188_2 (a)

Liste des coupures du film « Les amants de Montparnasse » approuvées le 28 octobre 1958, BAnQ Vieux-Montréal (E188)

 

Le film d’ouverture est remplacé par « Les amants de Montparnasse » de Jacques Becker mettant en vedette les acteurs Gérard Philipe et Anouk Aimée, que l’on a allégé de quelques scènes ne totalisant qu’une minute. Basé sur l’histoire tragique de Jeanne Hébuterne et d’Amedeo Modigliani, le titre original est toutefois rebaptisé « Montparnasse 19 », le mot « amants » étant tabou à l’époque.

Le Bureau de la censure y insère également un « prologue » dans lequel les censeurs inventent de toutes pièces le mariage du peintre et de sa maîtresse. Les censeurs indiquent d’ailleurs de manière erronée, que le peintre Modigliani, nom orthographié « Mogliani » deux fois plutôt qu’une, est mort en 1919 alors qu’il est décédé en 1920.

 

06M_E188_1 (a)

Texte du prologue annexé à la fiche du film « Les amants de Montparnasse », approuvé le 18 novembre 1958, BAnQ Vieux-Montréal (E188)

 

 

Le fonds de la Régie du cinéma (E188), conservé à BAnQ Vieux-Montréal, compte quelques milliers de fiches de censure qui témoignent d’une époque au cours de laquelle les pellicules étaient régulièrement tronçonnées afin de correspondre aux valeurs morales de la société. La Régie du cinéma, abolie en 2015, cesse d’appliquer la censure dans les films en 1967.

 

Marthe Léger, archiviste – BAnQ Vieux-Montréal


En complément :

Un commentaire pour “Censure lors de la Semaine du film français”

  1. Très bon texte qui nous montre un aperçu de la censure au Québec.

Laissez un commentaire




© Bibliothèque et Archives nationales du Québec