Portail BAnQ Nétiquette
Instantané, le blogue des archivistes.

Archives du mois – Un clin d’œil de Québec

4 février 2016 par Instantanés | Domaine(s) : Diffusion et mise en valeur

03Q_P560S2D1P0579

Chevalier Louis Lacorne, vers 1690. BAnQ Québec (P560, S2, D1, P579).

À première vue, ce portrait semble celui d’un jeune homme clignant d’un œil en signe de connivence, mais une recherche historique nous apprend plutôt qu’il s’agit d’une blessure de guerre. Celui qui en est affublé est Jean-Louis de La Corne de Chaptes (1666-1732), parti de son Auvergne natale et débarqué en Nouvelle-France en 1685.

Au fil d’une riche carrière militaire, M. de La Corne est notamment capitaine au fort Frontenac (1706) avant de devenir major de Trois-Rivières (1714) et major des troupes coloniales, à Québec (1716). Preuve de son talent et de son dévouement, il obtient non seulement la croix de l’Ordre royal et militaire de Saint-Louis faisant de lui un chevalier, mais également de nombreuses blessures qui lui valent un bras estropié. La Corne devient finalement lieutenant du roi, à Montréal, en 1726.

De son mariage à Marie Anne de Pécaudy de Contrecœur, six garçons voient le jour sur le nouveau continent; plusieurs d’entre eux, comme Louis et Luc de La Corne, marchent dans les traces de leur père. Ainsi, les de La Corne s’occupent à la fois de missions militaires, d’enjeux commerciaux et de questions religieuses. Au bout du compte, la famille prend une part active au développement de la Nouvelle-France, de la Province de Québec et du Bas-Canada.

Plusieurs documents d’archives concernant Jean-Louis de La Corne de Chaptes sont conservés à BAnQ Québec. En voici quelques-uns :

Procès de Louis de La Corne, sieur de Chapt (Chap), écuyer, sieur dans les troupes, contre Marguerite Coulon de Villiers, veuve de François Lefebvre, écuyer, sieur Duplessis Fabert (Faber), du 27 mai 1725 au 7 mai 1738. BAnQ Québec (TL5, D1129).

 

Arrêt qui continue l’audience à lundi dans la cause entre Louis de La Corne de Chapt, officier dans les troupes, appelant de la sentence rendue en la Juridiction de Montréal, le 18 avril 1737, contre Madeleine Coulon de Villiers, veuve de François Lefebvre Duplessis, 18 novembre 1737. BAnQ Québec (TP1, S28, P18590).

Journal de Madame Bégon, 15 novembre 1748. BAnQ Québec (P2, P4).

Journal de Madame Bégon, 14 décembre 1748. BAnQ Québec (P2, P32).

Aveu et dénombrement de Jean-Louis de Lacorne (La Corne), écuyer, sieur de Chaptes (Chapt), chevalier de l’Ordre militaire de Saint-Louis, major des troupes du détachement de la Marine en Nouvelle-France, au nom et comme ayant épousé dame Marie de Pécaudy, fille et héritière de feu Antoine de Pécaudy, de son vivant écuyer, sieur de Contrecœur et capitaine du régiment de Carignan, et de dame Barbe Denis, ses père et mère, pour quarante-trois arpents de terre de front dans le fief de Contrecœur, 9 juin 1724. BAnQ Québec (E1, S4, SS3, P69).

Acte de foi et hommage d’Henri Hiché, conseiller du Roi et Son procureur au siège de la Prévôté de Québec, fondé de procuration de dame Marie de Pécaudy de Contrecoeur, veuve de feu Jean-Louis de Chaptes (Chapt), de son vivant écuyer, sieur de Lacorne (La Corne), chevalier de l’Ordre militaire de Saint-Louis et lieutenant du Roi à Montréal, pour dix-neuf à vingt arpents de front à prendre et à détacher du fief de Saint-Denis ci-devant nommé Dumesny-Noré (Noray), 25 mai 1745. BAnQ Québec (E1, S4, SS2, P438).


Marie-France Leclerc, agente de bureau – BAnQ Vieux-Montréal

Marie-Pierre Nault, archiviste – BAnQ Vieux-Montréal



Bibliographie

Dupré, Céline. « La Corne de Chaptes, Jean-Louis de », Dictionnaire biographique du Canada, vol. 2, Université Laval/University of Toronto, 2003- , http://www.biographi.ca/fr/bio/la_corne_de_chaptes_jean_louis_de_2F.html (page consultée le 14 juillet 2015).

« Jean Louis de La Corne de Chaptes et Marie Anne Pécaudy de Contrecœur, famille #7460 », Programme de recherche en démographie historique (PRDH), http://www.genealogie.umontreal.ca/Membership/fr/PRDH/Famille/7460 (page consultée le 14 juillet 2015).

Laissez un commentaire




© Bibliothèque et Archives nationales du Québec