Où donc se cachait l’arrière-grand-père de Guylaine Tremblay?

Depuis son enfance, Guylaine Tremblay croit que son arrière-grand-père, Herménégilde Simard, a abandonné femme et enfants et qu’il est disparu dans la nature. Lors de la diffusion de l’émission Qui êtes-vous? vous constaterez que la famille Simard habitait dans le Village de Beaurivage-de-la-Longue-Pointe (Montréal), au grand étonnement de notre invitée !

C’est en utilisant un outil incontournable en recherche généalogique, les recensements canadiens, que nous avons localisé Herménégilde Simard et son épouse Marcelline Bluteau ainsi que leurs enfants: Antoinette (12 ans), Rosa (11 ans), Olivine (9 ans), Antonio (7 ans) et Rolland (4 mois) dans le recensement de 1911. La grand-mère de Guylaine Tremblay, Marie-Ange Simard, n’est pas mentionnée puisqu’elle naîtra l’année suivante.

La famille Simard habitait sur la rue Perreault qui a pris le nom de rue Bruneau après l’annexion du Village de Beaurivage-de-la-Longue-Pointe à la ville de Montréal. En étudiant attentivement le recensement, on découvre que les Simard partageaient leur maison avec trois autres familles, soit 19 personnes en tout !



carte_longue-Pointe_174399_434 - extrait
Chas. E. Goad, Atlas of the City of Montreal and vicinity, 1914, vol. IV, plate 434, “Part of Longue Pointe Ward” [extrait].


Augustin Bluteau, le frère de Marcelline, habitait aussi sur la rue Perreault. Un peu plus loin, sur la même rue, Léonard Simard de la Petite-Rivière-Saint-François et Raoul Simard, qui travaillait de façon saisonnière comme navigateur sur le Saint-Laurent, partageaient un logement avec des Tremblay et des Lavoie. Ainsi donc, la famille de Guylaine Tremblay côtoyait sur la rue Perreault, plusieurs familles originaires de Kamouraska, Baie-Saint-Paul et Petite-Rivière-Saint-François. Une étude plus approfondie nous ferait sans doute découvrir que d’autres familles de ces mêmes localités étaient installées sur les rues avoisinantes sans doute venues y chercher du travail.

Marcelline Bluteau est décédée en 1913. Les jeunes enfants du couple furent placés chez les différentes familles de sa parenté. Malgré la dispersion de ses enfants, Herménégilde Simard demeurera toujours en contact avec eux.

 

Denyse Beaugrand-Champagne, archiviste de référence – BAnQ Vieux-Montréal