Portail BAnQ Nétiquette
Instantané, le blogue des archivistes.

DES SUDISTES COMPLOTAIENT À MONTRÉAL!

19 octobre 2014 par Instantanés | Domaine(s) : Diffusion et mise en valeur

La décennie 1860 fut marquée par de grands événements politiques autant au Canada qu’aux États-Unis. Alors que les colonies canadiennes tentaient de trouver un terrain d’entente qui conduira à la Confédération de 1867, la guerre civile (ou guerre de Sécession) faisait rage chez nos voisins du sud entre 1861 et 1865.

Les soldats confédérés (ou Sudistes) s’opposaient à l’Union dirigée par Abraham Lincoln, qui représentait la cause des abolitionnistes. Plusieurs de ces Confédérés résidaient à Montréal en toute quiétude puisque la majorité des Canadiens leur accordaient leur appui.

Le 19 octobre 1864, il y a donc 150 ans cette année, eut lieu le « St.Albans Raid », une attaque orchestrée par des Confédérés résidant à Montréal contre le village et les habitants du village de St. Albans au Vermont. Une vingtaine d’hommes armés cambriolèrent trois banques, volèrent des chevaux et tentèrent d’incendier le village. Un citoyen perdit la vie et trois autres furent blessés. Treize raiders se réfugièrent au Québec, mais devant les réactions internationales, les autorités eurent tôt fait de les arrêter.

Un procès présidé par le juge Charles-Joseph Coursol de la Cour des sessions de la paix débuta le 2 novembre et le 13 décembre, les prisonniers furent remis en liberté. Non seulement Coursol déclara que cela ne relevait pas de la compétence de sa cour, mais le chef de police de Montréal, Guillaume Lamothe, leur remit les quelque 87 000$ retrouvés sur eux lors de leur arrestation!

2731723

Des raiders devant la Prison de Montréal, entre 1870 et 1920. BAnQ Vieux-Montréal (MAS 3-191-e ). Photographe non identifié.



Dès que la nouvelle fut connue, le juge James Smith de la Cour supérieure émit des mandats d’arrestation : cinq des treize prisonniers furent repris et un deuxième procès débuta le 27 décembre contre le lieutenant Bennett H. Young, William H. Hutchinson, Squire T. Teavis, Charles M. Swager et Marcus A. Spurr. Le juge Smith conclut que la demande d’extradition des différents intervenants américains ne s’appliquait pas selon les articles du traité Webster-Ashburton.

Pour en savoir plus sur le sujet, vous pouvez consulter des journaux, dont La Minerve et Le Canadien, qui ont rapporté le déroulement des événements. On retrouve à BAnQ Vieux-Montréal les interrogatoires de certains témoins ainsi qu’une copie manuscrite d’une lettre de J. G. K. Houghton, avocat des raiders, qui a rencontré le président Lincoln, sous la cote TP11, S2, SS2, SSS999 (contenant 22). Dans la collection numérique de BAnQ, on trouve une version numérisée de David Têtu et les raiders de Saint-Alban : épisode de la guerre américaine, 1864-1865, publié en 1891. De même, l’enquête instituée en 1864 contre Lamothe, The St. Albans raid : investigation by the Police Committee, of the City Council of Montreal, into the charges preferred by Councillor B. Devlin, against Guillaume Lamothe, esq., chief of police, est disponible sur le site du Répertoire du patrimoine culturel du Québec. Au Vermont, le St Albans Raid Commemoration Committee a mis en ligne un site qui coordonne les événements commémoratifs.

Denyse Beaugrand-Champagne, archiviste – BAnQ Vieux-Montréal

Un commentaire pour “DES SUDISTES COMPLOTAIENT À MONTRÉAL!”

  1. Ce billet est fort intéressant et nous renseigne sur un fait très méconnu de l’histoire montréalaise… enfin, moi je ne le connaissais pas!

Laissez un commentaire




© Bibliothèque et Archives nationales du Québec