Portail BAnQ Nétiquette
Instantané, le blogue des archivistes.

Expropriation : quand bâtir veut dire partir

25 septembre 2014 par Instantanés | Domaine(s) : Diffusion et mise en valeur

À la suite de l’expropriation annoncée de la rue May dans l’arrondissement de Verdun en faveur de la reconstruction du pont Champlain, nous constatons qu’il est possible de repérer de l’information historique concernant la réappropriation de terrains par les autorités gouvernementales. De tout temps, se sont imposés, à l’intérieur des axes de développement de la géographie urbaine et rurale, de grands projets de construction tels que le métro de Montréal ou l’aéroport de Mirabel, la construction de l’immeuble de la Société Radio-Canada menant à l’expropriation du Faubourg à m’lasse, le chantier de la Baie James; la création du parc Forillon qui ont tous exigé le déplacement de la population locale ou provoqué la migration d’une région. Ces déplacements obligés, dont les impacts sont justifiés par le développement du transport routier ou la croissance économique et touristique, ont engendré leur part de drames personnels vécus par les citoyens ciblés par l’expropriation.

En ce qui concerne les projets dont la responsabilité relève exclusivement du gouvernement provincial, il est toujours possible de retracer l’historique des expropriations en consultant les documents d’archives conservés dans le réseau de BAnQ. Ainsi, les archives des tribunaux administratifs et judiciaires (E49, E123, E257, TP11, TP13), celles du ministère des Transports (E23) et des arpenteurs-géomètres (CA601) figurent parmi les sources d’informations les plus représentatives et sont disponibles dans tout le réseau des centres d’archives de BAnQ. Une recherche dans Pistard, en sélectionnant l’option « Tous les centres d’archives » à laquelle on ajoute le mot Expropriation, permet de ramener des résultats exhaustifs.

En complément, nous vous invitons à aller consulter un document vidéo conservé à BAnQ Québec traitant de l’expropriation des terrains à proximité du pont Papineau-Leblanc reliant Montréal à Laval (Pont Papineau). Il comprend des témoignages des expropriés, des manifestations contre les travaux et des entrevues avec des représentants du gouvernement. Ces témoignages saisis sur le vif illustrent les impacts subis et les difficultés vécues par les citoyens impliqués. Leur vie en est marquée à jamais. Enfin, nous présentons un dossier en ligne qui témoigne de la destruction de l’église Saint-François d’Assise de la Longue-Pointe, située dans ce quartier maintenant disparu (Disparition de Longue-Pointe), et qui cède le passage au pont-tunnel Louis-Hippolyte-LaFontaine. Ces images rendent compte de l’aspect spectaculaire de la démolition de ce bâtiment religieux au profit de la voie de circulation.

 

Travaux de démolition de l'église Saint-François-d'Assise à Longue-Pointe. 1964 BAnQ Vieux-Montréal.

Travaux de démolition de l’église Saint-François-d’Assise à Longue-Pointe. 1964 BAnQ Vieux-Montréal.
E6,S7,SS1,D640640 À 640652
Photographe : Adrien Hubert

 
Travaux de démolition de l'église Saint-François-d'Assise à Longue-Pointe. 1964 BAnQ Vieux-Montréal.

Travaux de démolition de l’église Saint-François-d’Assise à Longue-Pointe. 1964 BAnQ Vieux-Montréal.
E6,S7,SS1,D640640 À 640652
Photographe : Adrien Hubert

 

Derrière chaque projet de construction nécessitant une expropriation, nous constatons qu’au-delà du compte-rendu administratif, le contenu des archives nous rappelle que des familles, des hommes et des femmes auront aussi renoncé à leur maison, lieu symbolique de l’épanouissement familial.

Références

E35 Fonds Régie des services publics 1921-1973

E49 Tribunal de l’expropriation 1973-1976

E257 Bureau des expropriations de Montréal 1962-1973

TP11,S2,SS12 Ex parte 1850-1975

TP11,S2,SS13 Expropriations (1864-1982)

CA601  Fonds des arpenteurs géomètres

 

Johanne Mont-Redon, archiviste – BAnQ Vieux-Montréal

Laissez un commentaire




© Bibliothèque et Archives nationales du Québec