Portail BAnQ Nétiquette
Instantané, le blogue des archivistes.

Les Filles du roi à la rescousse de la Nouvelle-France

4 août 2014 par Instantanés | Domaine(s) : Diffusion et mise en valeur

Entre 1663 et 1673, plusieurs navires français naviguant vers la Nouvelle-France transportent de précieuses cargaisons pour l’avenir de la jeune colonie. En effet, au long de ces 10 années, environ 800 jeunes femmes s’embarquent pour une longue et fastidieuse traversée de l’Atlantique qui les mène vers une terre et un destin inconnus.

De condition modeste et parfois orphelines, ces femmes qu’on appellera les Filles du roi  aspirent à améliorer leur sort en trouvant un mari et en fondant une famille. L’État encourage cette migration en leur offrant une dot devant faciliter leur installation en Nouvelle-France. La venue de ces Filles du roi s’inscrit dans un plan de peuplement de la colonie mis en place par l’intendant Jean Talon. Les buts de l’opération sont clairs : assurer le développement de la colonie en incitant la population masculine déjà sur place à s’établir, à défricher les terres et à fonder des familles.

Les efforts de Jean Talon sont récompensés puisque l’arrivée des Filles du roi permet de rééquilibrer dans la colonie le ratio hommes / femmes et de tripler la population en 15 ans. 

Les archives conservées par Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) lèvent un voile sur le destin de ces jeunes femmes. Laissez-nous vous conter l’histoire de l’une d’elles.

En 1663, le navire royal L’Aigle d’or quitte le port de La Rochelle à destination de la Nouvelle-France avec à son bord 36 Filles du roi.

Parmi ces premières Filles du Roi  arrivées à Québec le 22 septembre 1663 se trouve Marie Targer, née le 22 février 1642.  Baptisée selon la religion protestante à La Rochelle, elle arrive en Nouvelle-France  avec 150 livres de dot. Elle se mariera deux fois et aura 14 enfants. Elle épouse d’abord, deux mois après son arrivée à Château-Richer, Jean Royer avec qui elle aura sept enfants. Devenue veuve, Marie épouse Robert Tourneroche le 17 février 1676. Le nouveau couple s’établit à Saint-Jean et six enfants naissent de cette union.   

Acte de mariage de Marie Targer et Jean Royer, 22 novembre 1663, Château-Richer, Original : notaire Claude Auber (CN301, S4).

Acte de mariage de Marie Targer et Jean Royer, 22 novembre 1663, Château-Richer, Original : notaire Claude Auber (CN301, S4).

 

 

Marie-Pierre Nault, archiviste, BAnQ Vieux-Montréal et François David, adjoint au conservateur et directeur général des archives, BAnQ Vieux-Montréal

Laissez un commentaire




© Bibliothèque et Archives nationales du Québec