Portail BAnQ Nétiquette
Instantanés, la vitrine des archives de BAnQ.

Qui êtes-vous? De la réalisation d’un arbre généalogique à la rédaction d’une histoire familiale

14 décembre 2013 par Instantanés | Domaine(s) : Diffusion et mise en valeur, Généalogie et histoire familiale

Au-delà des recherches menant à la production d’un arbre généalogique, une richesse se cache dans les archives qui sont conservées partout au Québec et ailleurs. Ce billet ne vise pas à explorer les sources puisque certaines ont déjà été évoquées dans l’émission Qui êtes-vous?, notamment les archives judiciaires et notariales, les documents cartographiques et les annuaires municipaux. Il vise plutôt à mettre en lumière les étapes subséquentes à une recherche permettant au chercheur d’écrire et de publier son histoire de famille, comme celle consultée par Dominique Michel dans laquelle on trouve des photographies de ses ancêtres.

blogue_msj

Photographies des grands-parents de Dominique Michel  dans J.O. Paquin, La famille Dumontier depuis 1600 jusqu’à nos jours, Montréal , La cie. d’imprimerie Paquin, 1908.
____________

C’est tout d’abord un travail d’analyse qui attend le chercheur. Il doit utiliser les documents qu’il a trouvés et noter les informations qui lui seront utiles pour rédiger son histoire. Le Coffre à outils du chercheur débutant de Jocelyn Létourneau offre des conseils pertinents aux néophytes. Que ce soit pour l’interprétation des images, des documents cartographiques ou des documents textuels, l’auteur propose des pistes de réflexion pour celui qui s’aventure dans la rédaction d’une histoire de famille.

C’est ensuite un travail de synthèse qui attend le rédacteur. Celui-ci a pour tâche de rendre compréhensible une histoire souvent fragmentaire à tous ceux qui la liront. Pour ce faire, il se doit de trouver un fil conducteur et de structurer son texte. Un texte qui n’est pas bien structuré perdra l’intérêt du lecteur, même si les faits qu’il relate sont pertinents.

La rédaction n’est pas la plus simple des étapes. Elle oblige parfois le rédacteur à retourner dans les centres d’archives et les bibliothèques pour approfondir certains aspects de son texte qui demande plus de précisions. La rédaction peut parfois être longue et peut-être n’est-elle pas votre étape préférée. Si c’est le cas, il serait judicieux de planifier des séances d’écriture.

Une fois votre texte rédigé, on pourrait croire que la tâche est terminée. Ce n’est pas le cas! Il est recommandé de faire lire votre texte par des amis ou par un correcteur professionnel. Souvent, certains passages du texte peuvent être clairs pour le rédacteur qui connaît les faits, mais pas pour le lecteur. À cette étape, il faut être attentif aux critiques. Un bon texte devrait être aussi clair pour le lecteur que pour celui qui l’a écrit.

En somme, la rédaction d’une histoire de famille est une belle aventure qui exige une recherche poussée dans les archives, de bonnes aptitudes de synthèse ainsi qu’une dose de ténacité. À vous de découvrir le plaisir de s’imprégner des mots qui témoigneront de la vie de vos ancêtres.

 

Marc St-Jacques, technicien en documentation – Centre d’archives de l’Outaouais

_____________________

Le saviez-vous?

Il existe des bibliographies d’ouvrages généalogiques publiés au Québec pour les périodes 1980 à 1990 et 1900 à 2000. À les consulter, vous découvrirez peut-être une histoire de famille qui pourrait vous intéresser.

Laissez un commentaire

© Bibliothèque et Archives nationales du Québec