Portail BAnQ Nétiquette
Instantané, le blogue des archivistes.

Qui êtes-vous? Le parcours du grand-père de Normand Brathwaite retracé grâce à l’annuaire de Montréal

23 novembre 2013 par Instantanés | Domaine(s) : Diffusion et mise en valeur, Généalogie et histoire familiale

La vie était difficile pour les immigrants et les travailleurs sans qualifications dans l’entre-deux-guerres à Montréal, et plus particulièrement pour les Noirs. Le parcours d’Oxford Brathwaite (ou Braithwaite) – le grand-père de Normand Brathwaite – le montre bien. C’est en partie grâce aux annuaires Lovell de Montréal et de sa banlieue que des bribes de sa vie ont pu être retracées pour l’émission Qui êtes-vous? Ancêtres de nos bottins « Pages blanches » et « Pages jaunes » réunis, ces annuaires fournissaient l’adresse civique et souvent la profession des habitants, listés par ordre alphabétique, en plus de répertorier les institutions ainsi que les professionnels et les commerçants, par catégorie de métier.

Lovell1923

Extrait de l’annuaire Lovell de 1923. On y voit en détail le nom d’Oxford Braithwaite listé au 527a de la ruelle Marmette.
.

On constate qu’Oxford Brathwaite a déménagé au moins onze fois entre 1921 et 1950, particulièrement pendant les années 1930, au cours de la Grande Crise économique. Il a surtout vécu dans la Petite Bourgogne (autrefois la ville de Sainte-Cunégonde) et dans Saint-Henri. Cette partie de la ville, qu’on appelait le grand quartier Saint-Antoine, constituait le foyer principal de la communauté noire de Montréal, forcée de s’entasser dans les logements insalubres de maisons délabrées à cause de la discrimination sociale et économique dont elle était victime.

On devine donc les conditions de vie pénibles qu’a connues le grand-père de Normand Brathwaite. Oxford a dû exercer différents métiers pour survivre. Successivement journalier et « steel worker », probablement à la General Steel Wares Ltd dont les bâtiments se trouvaient à proximité, il a surtout été engagé, sporadiquement semble-t-il, par le Canadian Pacific Railway, les chemins de fer constituant alors les principaux employeurs des Noirs de Montréal. Certaines années, son nom dans l’annuaire Lovell est suivi du titre « porter », ce qui peut signifier à la fois qu’il occupait un poste d’employé des voitures-lits dans les trains ou de bagagiste. Peut-être a-t-il aussi été portier. De 1935 à 1938, en plein cœur de la Grande Crise, il semble sans emploi, comme beaucoup d’autres.

Heureusement, les années 1940 paraissent lui avoir apporté une certaine stabilité. Employé de façon ininterrompue par le Canadian Pacific Railway de 1941 (ou 1942) à 1950, il habite pendant dix ans au 5010 rue Notre-Dame Ouest, avant de déménager en 1950 dans le quartier Côte-des-Neiges où son petit-fils Normand Brathwaite a grandi.

Michèle Lefebvre, bibliothécaire, Collection nationale – Grande Bibliothèque

______________________

 

Le saviez-vous?

Les annuaires Lovell de Montréal et de sa banlieue de 1842 à 1999 sont disponibles en ligne sur le portail de BAnQ – accompagnés d’un tutoriel –, de même que les annuaires Marcotte de Québec et leurs prédécesseurs pour les années 1822 à 1920. Ancêtre des annuaires de ville au Québec, les almanachs de Québec de 1780 à 1841, aussi disponibles en ligne, permettent de découvrir la vie quotidienne des citoyens de cette ville autrefois.

Laissez un commentaire




© Bibliothèque et Archives nationales du Québec