Portail BAnQ Nétiquette
Instantané, le blogue des archivistes.

Qui êtes-vous ? Patrice L’Ecuyer découvre la traite des fourrures

9 novembre 2013 par Instantanés | Domaine(s) : Diffusion et mise en valeur, Généalogie et histoire familiale

CN601S3 Engagement René L'écuyer 1719-05-01

Acte d’engagement de Lescuyer au Sr. Guillet tiré du greffe du notaire Jean-Baptiste Adhémar, 1er mai 1719. (CN601,S3).
_______________

Lors de la première émission de la série Qui êtes-vous ? diffusée sur les ondes de Radio-Canada, Patrice L’Ecuyer découvre que ses premiers ancêtres installés en Nouvelle-France ont participé à la traite des fourrures au XVIIIe siècle. Des centaines de colons français se sont engagés comme eux pour le grand voyage vers les Pays-d’en-Haut. Certains partaient pour quelques mois alors que d’autres allaient y passer les longs mois de l’hiver. On les appelait les hivernants. Leurs histoires ne nous sont pas toutes connues, néanmoins de nombreux congés de traite et des contrats d’engagements signés devant notaire en témoignent et sont conservés précieusement par BAnQ.

Les congés de traite étaient octroyés par le gouverneur de la colonie, sinon par son représentant local, à un ou plusieurs individus afin d’équiper un ou plusieurs canots pour aller faire le commerce et la traite avec des Amérindiens à un poste spécifique dans l’arrière-pays. Les destinations les plus fréquentes étaient les postes de Détroit et de Michillimakinac, au Michigan, ceux de la Baie-des-Puants et de Chagouamigon, au Wisconsin, ceux de Michipicoton et de Kaministiquia, en Ontario, le poste des Miamis, en Indiana, celui de la Rivière au Bœuf, en Pennsylvanie, et parfois ceux du Lac Ouinipigon et du Fort La Reine, au Manitoba.

Des passebords étaient aussi accordés à des individus qui souhaitaient se rendre dans les colonies anglaises au sud afin de livrer des documents diplomatiques ou pour régler des affaires personnelles. Les autorités accordaient aussi la permission à certaines familles de quitter la vallée du Saint-Laurent pour aller s’installer dans un poste de l’Ouest. Il s’agissait en général des membres de la famille d’un interprète ou d’ouvriers spécialisés tels que les charpentiers ou les maçons.

SAVIEZ-VOUS QUE :

  • Plus de 1140 congés de traite pour la période 1721-1752 sont décrits dans Pistard, le moteur de recherche des archives de BAnQ, sous la cote TL4,S34. On peut également trouver de nombreux livres sur la traite des fourrures en consultant le catalogue Iris sur le portail de BAnQ.

Denyse Beaugrand-Champagne, archiviste de référence – Centre d’archives de Montréal

Laissez un commentaire




© Bibliothèque et Archives nationales du Québec