Portail BAnQ Nétiquette

Arbres branchés!

8 mai 2018 par BAnQ   Pas de commentaires

Le printemps semble enfin avoir fait son arrivée dans le sud de la province! À Montréal, les promeneurs et les cyclistes se multiplient, les terrasses se remplissent et les parcs verdissent. Les arbres – érables argentés, marronniers de Bauman, bouleaux gris et chênes rouges – bourgeonnent et se préparent à exposer leurs beautés.

Nous l’oublions, mais il existe une grande variété arboricole dans la métropole. Bonne nouvelle : quelque 200 000 arbres du territoire montréalais sont répertoriés! Il suffisait d’utiliser ces données, conservées par la Ville de Montréal, pour créer Branché, une application mobile formidable! Diffuser in situ ces informations constituait un défi. Grâce au système de géolocalisation de cette application, les arbres qui vous environnent livrent tous leurs secrets.

Identifier les espèces d’arbres

Consultez la carte depuis votre fauteuil ou, mieux, déambulez dans les rues et les parcs. À quelle espèce appartient ce grand costaud qui semble là depuis toujours? Ou cette jeune pousse encore fragile? Vous n’avez qu’à toucher l’icône de l’arbre en question sur la carte pour avoir la réponse.

Chaque arbre répertorié apparaît sur la carte. Ci-dessus, les environs de la Grande Bibliothèque.

 

Téléphone à la main, vous pouvez vous exercer. En vous concentrant, vous parvenez à les reconnaître. Amusant! Oui, ici un chêne… Un coup d’œil à l’écran et l’appellation apparaît. En faisant défiler les pages, on peut en apprendre davantage sur cette espèce : description, habitat, utilisation, pathologies… Mais ce n’est pas si simple, car des chênes il y en a plusieurs variétés : bleu, pédonculé, à gros fruits, des marais…

En savoir plus

Vous découvrirez aussi des arbres aux noms moins familiers comme le micocoulier, le chicot et le robinier. Parmi ceux-là, lesquels ont des feuilles à dents simples et fines? On comprend qu’on en a beaucoup à apprendre! Mais nos efforts ne sont pas vains lorsqu’on en découvre un qui se nomme « charme de Caroline ». Et quelle récompense d’admirer la fleur du pommier ou le fruit du noisetier! Le plus beau, c’est que nous ne sommes pas dans un jardin : nous marchons tout bonnement le long des avenues.

Les feuilles, les fleurs et les fruits du chicot du Canada dont on trouve un spécimen à proximité de la Grande Bibliothèque.

 

Pour chaque spécimen inventorié, l’application fournit :

  • le nom de l’espèce à laquelle l’arbre appartient,
  • une photographie d’une feuille, d’une fleur et d’un fruit type de cette espèce,
  • un lien menant vers une page Wikipédia dédiée à cette espèce d’arbre,
  • la date de plantation de l’arbre lorsqu’elle est connue,
  • la localisation de l’arbre (adresse civique),
  • le nom de l’organisme ou de l’individu qui a identifié l’arbre.

Collaborer

Ce ne sont toutefois pas tous les arbres qui sont inscrits au répertoire. Voilà pourquoi l’option « identifier » permet d’évaluer, grâce aux photos et descriptions des feuilles et des aiguilles, l’espèce associée. Un spécimen vu au détour du chemin ou le cerisier qu’on a planté chez soi peuvent ainsi être ajoutés à la liste. Ils seront alors mieux connus des passants.

 

En contexte urbain, les aires boisées sont prisées. Sur la rue, dans les parcs et dans les aires publiques, reconnaître nos feuillus et conifères est sans doute un premier pas pour parvenir à les préserver.

 

 

 

 

L’application est disponible en français et en anglais.

Votre appareil doit être muni d’un GPS.

L’application nécessite une connexion réseau.

 

Vous en êtes à vos premières armes avec les applications mobiles? Suivez le guide.

 

Comment s'abonner à BAnQ

 

 

__________

Pour recevoir les billets par courriel, inscrivez votre adresse sous Suivre le blogue dans la colonne de gauche.


Catégorie(s) : Applications, Environnement




© Bibliothèque et Archives nationales du Québec