Regard sur Raphaël, génie de la Renaissance

par Jean-François Barbe, bibliothécaire
Histoire, sciences humaines et sociales, Grande Bibliothèque

Il y a 500 ans décédait à l’âge de trente-sept ans l’immense Raffaelo Sanzio, dit Raphaël (1483-1520).

À cette occasion, le musée romain Scuderie del Quirinale (Écuries du Quirinal) a organisé une grande exposition d’environ deux cents chefs-d’œuvre, qui se tiendra jusqu’au 30 août.

À défaut de se déplacer dans la Ville éternelle, le musée propose une visite virtuelle – en italien – d’une douzaine de minutes.

Visite virtuelle du musée Scuderie del Quirinale

« Raphaël a longtemps été considéré comme le plus grand peintre qui ait jamais existé », constate l’encyclopédie Universalis*. 

Grand maître de la haute Renaissance aux côtés de Léonard de Vinci et de Michel-Ange, Raphaël a frappé l’imagination populaire par de puissantes fresques et tableaux de dévotion, ainsi que par de très subtils portraits.

Portrait du pape Jules II, Raphaël, 1511-1512

Dans son Dico atlas des peintres : 60 peintres de la Renaissance à nos jours*, l’historienne de l’art Christine de Langle souligne qu’à « la clarté de la construction de l’espace, Raphaël allie la grâce des figures et crée des images aux proportions parfaites qui rencontrent un grand succès ». De façon plus précise, Christine de Langle estime que son portrait du pape Jules II joint « la dignité de la fonction à une analyse psychologique du personnage ».

Écrit sous forme de questions/réponses, l’intéressant livre d’introduction à l’histoire de l’art The Handy Art History Answer Book* affirme que « ses peintures se caractérisent par une douceur et une harmonie fréquemment imitées mais rarement, voire jamais égalées. »

L’encyclopédie Oxford Art Online* comporte un article de fond sur ce génie de la Renaissance. Raphaël, lit-on, « a été l’un des artistes européens les plus admirés et sa grandeur se mesure à la diversité de l’art qu’il a influencé ou inspiré ». Toutefois, ajoute cette encyclopédie, « ce que l’on sait de sa vie n’a pas toujours contribué à sa réputation ». Ainsi, poursuit la Oxford Art Online, son caractère affable et obligeant, sa grande capacité à intégrer les innovations des autres et ses compétences de gestionnaire ne s’accordent pas avec les notions modernes du génie artistique. « De telles notions sont mieux illustrées par Léonard de Vinci et Michel-Ange, avec lesquels Raphaël est inévitablement comparé. »

Un article de la revue Connaissance des Arts explique la constance de la popularité de cet artiste par sa parfaite mise en œuvre des idéaux de la Renaissance « comme l’aspiration à l’harmonie, à la grâce et à la beauté – tant au sens physique qu’au sens spirituel – (…) l’intensité des « sentiments », élans et passions du cœur (…) [et la] faculté de communication d’apparence facile et immédiate, soutenue par une extraordinaire force de sympathie ».

L’École d’Athènes, fresque de Raphaël,

Film

D’une durée de 48 minutes, le film Titian and Raphael* est signé par une maison de production britannique appelée Seventh Art Productions. Selon son fondateur, un bon film documentaire sur l’art donnera à ses auditeurs l’impression de se sentir seuls avec l’art – puis seuls avec le conservateur ou les meilleurs experts mondiaux du domaine couvert. Titian and Raphael relève-t-il le défi? À vous de juger!

 

* Pour utiliser ces ressources, il faut être abonné à BAnQ et s’authentifier.
Abonnez-vous.