De la poésie à lire et à écouter en ligne!

Pour les amateurs et les amatrices de poésie, et pour celles et ceux qui souhaiteraient s’y initier, voici quelques suggestions de titres que vous pourriez découvrir dans nos ressources numériques. Elles se veulent le reflet de la richesse et de la diversité de l’écriture poétique au Québec et ailleurs, au Canada, en France et aux États-Unis.

Manifeste Assi*
Natasha Kanapé Fontaine (Mémoire d’encrier)

Un manifeste poétique pour la défense de la Terre et contre l’exploitation de ses ressources. L’incontournable poète, interprète, comédienne et militante Natasha Kanapé Fontaine y présente une parole comme un chant, imprégné d’angoisse, d’amour et de colère. Ce recueil a été finaliste au prix Émile-Nelligan en 2015.

Comment nous sommes nés* 
Carole David (Les Herbes rouges)

Dans les lieux populaires d’une Amérique en déclin, ce recueil s’attache aux voix de personnages qui s’éteignent. Poète qui s’intéresse aux figures des femmes et de l’Amérique, Carole David a remporté avec Comment nous sommes nés le Grand Prix du livre de Montréal en 2019.

Ce qui existe entre nous*
Sara Dignard (Du Passage)

Vingt-deux écrivaines de différentes origines et de plusieurs générations ont échangé entre elles, partageant leurs univers poétiques. Ce recueil présente le résultat de ces dialogues, en prose ou en vers. On y retrouve entre autres les textes de Virginie Beauregard D., Nicole Brossard, Louise Dupré, Marie-Andrée Gill, Chloé Savoie-Bernard, Élise Turcotte, France Théorêt et Ouanessa Younsi.

La raison des fleurs*
Michaël Trahan (Le Quartanier)

Lauréat du Prix du Gouverneur général en 2018, catégorie Poésie, pour La raison des fleurs, Michaël Trahan a tiré son inspiration d’une photo trouvée dans une brocante, représentant une femme debout devant des vagues. Photo perdue d’une scène oubliée, elle est le prétexte de poèmes qui cherchent à dire la disparition.

Milk and honey*
Rupi Kaur (Andrews McMeel Publishing)

Disponible aussi en version sonore et en français

En fragments courts qu’elle accompagne d’illustrations, Kaur livre une poésie intime, qui traite de violence, de traumatisme, d’amour, dans un style dépouillé, avec une écriture simple et directe et une graphie à l’avenant (aucune majuscule, que des points en guise de ponctuation). Véritable phénomène éditorial, ce recueil s’est écoulé à des millions d’exemplaires et a été traduit en plus de 20 langues, faisant de la poète canadienne une figure emblématique de l’« instapoésie » (instapoetry), des compositions qui embrassent une structure et une esthétique qui conviennent à la diffusion sur les réseaux sociaux (Twitter, Instagram).

 

Nous vous proposons également quelques autres recueils à découvrir en ligne. Cette sélection donne un tour d’horizon des différentes maisons d’édition québécoises et francophones publiant de la poésie et disponibles sur PRÊTNUMÉRIQUE.CA* :

Gisements*, Michael Delisle (Du Noroît)

Carnet de parc*, Véronique Grenier (Ta mère)

Nu-pieds dans la rosée*, Catherine Laratte (David)

Particules mélancoliques*, Simon Poirier (Le lézard amoureux)

Une tonne d’air et Un drap. Une place*, Maude Smith Gagnon (Triptyque)

Couleur de l’âme*, Mario Cyr (Annika Parance)

Baiser vertige*, Nicole Brossard (Typo)

Nous rêvions de robots*, Isabelle Gaudet-Labine (La Peuplade)

Le Grand Feu*, Georgette LeBlanc (Perce-Neige)

Paysages avec figures absentes*, Philippe Jaccottet (Gallimard)

 

Dans OverDrive*, vous trouverez aussi plusieurs titres intéressants en anglais, dont ceux-ci : 

Ariel*, Sylvia Plath (McClelland & Stewart)

The Complete Poetry*, Maya Angelou (Random House Publishing Group)

The Circle Game*, Margaret Atwood (House of Anansi Press Inc.)

Holy Wild*, Gwen Benaway (BookThug)

Écoutez plutôt la poésie en empruntant des titres en version sonore :

Textes pour un poème, poèmes pour un texte*, Andrée Chedid (Éditions des femmes)

La longue chaîne de l’ancre*, Yves Bonnefoy (Éditions des femmes)

Poésies*, Arthur Rimbaud (Gallimard audio)

The Poetry of William Butler Yeats* (Phoenix Books)

 

Et pourquoi ne pas intéresser vos jeunes à la poésie, avec les recueils suivants :

Peigner le feu*, Jean-Christophe Réhel (La courte échelle)

Perruche*, Virginie Beauregard D. (La courte échelle)

The Crossover*, Kwame Alexander (HMH Books)

The Poet X*, Elizabeth Acevedo (HarperCollins) (disponible aussi en version sonore*)

 

En partenariat avec Debout : Actes de paroles, une compagnie de création et de production de spectacles qui célèbre la parole performée, BAnQ a produit des vidéopoèmes, que vous pouvez consulter sur la Fabrique culturelle. Ces vidéopoèmes ont été créés dans le cadre des Corps-poèmes, des ateliers de médiation sociale alliant danse et poésie qui se sont tenus à la Grande Bibliothèque à l’été 2018.

Pour encore plus de suggestions, retournez au billet intitulé Pour souligner le 50e anniversaire de La Nuit de la poésie du 27 mars 1970, publié sur le blog BAnQ chez moi le 27 mars dernier. Vous y trouverez, entre autres, un lien vers l’enregistrement de La Nuit de la poésie qui a eu lieu le 27 mars 1970. Un billet soulignant le 50e anniversaire de la parution du recueil L’homme rapaillé de Gaston Miron y a également été publié le 8 avril. 

Des revues de création littéraire disponibles sur Érudit* proposent des textes de poésie, dont Moebius* et Les écrits*.

Visitez le site du Festival de la poésie de Montréal (FPM), qui a habituellement lieu à la fin du mois de mai, et écoutez les balados de la série PoésieGo! Ces balados sont d’ailleurs diffusés sur les réseaux sociaux depuis le début du mois d’avril, sous le titre #poétisezchezvous. Des vidéopoèmes y sont également disponibles pour écoute et visionnement.

Le site La poésie partout permet de retrouver les événements de poésie qui ont lieu au Québec et dans le Canada francophone. Les événements actuellement listés dans le calendrier ont lieu en ligne. 

Enfin, plusieurs balados reliés à la poésie sont disponibles sur le site de France Culture.

 

* Pour utiliser ces ressources offertes par BAnQ, il faut être abonné à BAnQ et s’authentifier.
Abonnez-vous.