Les films d’Amérique latine à découvrir sur Kanopy (partie 3)

par Éric Solitude, bibliothécaire
Musique et films, Grande Bibliothèque

Voici le dernier de trois billets sur les films latino-américains à voir sur Kanopy. Aujourd’hui, gros plan sur le Mexique et l’Argentine.

Babel (Alejandro Gonzalez Inarritu, 2006, Mexique)  

La réaction en chaîne provoquée par un coup de feu bouleverse les destins de différentes personnes aux quatre coins du monde. (Source : Mediafilm)

7,4 / 10 sur IMDB

À savoir :

  • Dernier volet d’une trilogie conçue par Inarritu après Amoros Perros (2000) et 21 grams (2003)
  • Prix de la mise en scène au Festival de Cannes
  • En 4 ans, 3 réalisateurs mexicains ont reçu l’oscar de la meilleure réalisation (Alfonso Cuaron pour Gravity en 2015, Alejandro Gonzalez Inarritu pour Birdman en 2016 et Guillermo Del Toro pour The Shape of Water en 2018).

Ce que les médias en ont dit :     

  • « Une mise en scène virtuose et vertigineuse. » (Mediafilm)
  • « Un puzzle spatio-temporel qui parle des malentendus qui divisent la grande famille humaine. » (Mediafilm)
  • « Un des meilleurs films de l’année. » (Première)
  • « Alejandro Gonzalez Inarritu possède décidément l’une des plus belles voix du cinéma contemporain. » (La Presse)
  • « Une mise en scène digne du plus fin horloger. » (Ciné-Bulles)
  • « Inarritu nous avertit des dangers de l’incommunicabilité humaine. » (Ciné-Bulles)
  • « Une œuvre phare et douloureuse. » (Ciné-Bulles)
  • « Un film foisonnant et bouleversant. Une des grandes œuvres de la mi-décennie. » (Séquences)

Our Time (Carlos Reygadas, 2018, Mexique)    

La relation ouverte entre un poète éleveur de taureaux et son épouse bat de l’aile quand cette dernière se met à éprouver des sentiments ambigus pour un dresseur de chevaux américains. (Source : Mediafilm)

6.9 / 10 sur IMDB

À savoir :

  • Avec Cuaron (Roma), Del Toro (The Shape of Water) et Innaritu (The Revenant), Reygadas est considéré comme l’un des plus grands réalisateurs mexicains contemporains.
  • Contemplatifs et exigeants, ses films sont cependant plus appréciés des festivals que du grand public.

Ce que les médias en ont dit :     

  • « Le plus grand cinéaste mexicain vivant. » (Le Monde)
  • « Carlos Reygadas filme avec lyrisme un couple au bord du gouffre. » (Le Monde)
  • « La captation sensuelle et brutale du dressage des taureaux sauvages dans des open ranges sud-américains démontre l’expression d’un talent incontestable. » (Positif)
  • « CarlosReygadas  est l’un des très grands cinéastes naturalistes qui propose ni plus ni moins que de grandes gestes métaphysiques, traver- sées par un souffle lyrique et bien souvent dévastateur. » (24 images)
  • « Ce très bergmanien drame conjugal est constamment rehaussé de fulgurances formelles d’une grande liberté stylistique. » (Mediafilm)

I Dream in Another Language (Ernesto Contreras, 2017, Mexique)  

Martin, un linguiste, débarque à Vera Cruz pour rencontrer les deux derniers individus parlant encore le zikril. Sa tâche se complique quand il apprend que les septuagénaires, Isauro et Evaristo, ne se sont plus adressé la parole depuis cinquante ans à la suite d’une dispute. (Source : Positif)

7,4 / 10 sur IMDB

À savoir :

  • Ariel du meilleur film (équivalent mexicain des Oscars)
  • Prix du public au festival du film de Sundance

Ce que les médias en ont dit :

  • « On se laisse envoûter par cette histoire d’amour pleine de mysticisme et de romantisme, au cœur d’une forêt amazonienne peuplée de l’esprit des morts et bercée par les bruits de la jungle enchantée. » (Positif)

Nora’s Will  (Mariana Chenillo, 2008, Mexique)

Le suicide d’une femme juive cause bien des tourments à son ex-époux athée alors que parents et proches convergent vers l’appartement de la défunte. (Source : Mediafilm)

7,2 / 10 sur IMDB

À savoir :

  • Premier film de la réalisatrice Mariana Chenillo
  • Ariel du meilleur film (équivalent mexicain des Oscars)
  • Mariana Chenillo fait partie des dix cinéastes choisis pour participer à Revolucion, œuvre collective pour le centenaire de la révolution mexicaine en 2010.

Ce que les médias en ont dit :

  • « Une chronique douce-amère modeste mais chaleureuse. » (Mediafilm)
  • « Fernando Lujan, charismatique offre une interprétation impeccable. » (Mediafilm)
  • « La mise en scène portée par de jolies trouvailles est simple, concertée et judicieusement proche des comédiens. » (Le Devoir)
  • « Mariana Chenillo signe une comédie à l’humour noir, dans la veine du Bunuel mexicain. » (Positif)

The Violin (Francisco Vargas, 2005, Mexique)

Un vieux violoniste vient en aide à son fils engagé dans une rébellion paysanne contre une dictature militaire. (Source : Mediafilm)

7,7 / 10 sur IMDB

À savoir :

  • Distribué seulement dans 20 salles, le film a été un succès immense et inattendu au Mexique.
  • Ariel du meilleur premier film (équivalent mexicain des Oscars)

Ce que les médias en ont dit :

  • « Des acteurs non professionnels d’une intensité et d’une sincérité bouleversantes. » (Mediafilm)
  • « Évocation poignante de diverses luttes révolutionnaires au Mexique. » (Mediafilm)
  • « Une œuvre austère mais très cohérente qui comporte des instants d’une drôlerie irrésistible. » (Mediafilm)
  • « Le film affiche la splendeur de cadres formidablement maîtrisés. » (Cahiers du cinéma)
  • « Le magnifique vieillard qui prête ses traits à Don Plutarco illumine chacun des plans dans lesquels il est présent. »(Le Monde)
  • « Une fable puissante qui appelle à l’insoumission tout en célébrant les vertus d’un cinéma expressionniste. » (Première)
  • « L’histoire la plus universelle qui soit : celle d’une résistance envers l’oppresseur. » (La Presse)
  • « Sans effets racoleurs ou larmoyants, Le Violon illustre le courage d’un homme devant la bêtise de l’oppression. » (Le Devoir)
  • « Une mise en scène d’une étonnante fluidité́. » (Ciné-Bulles)

Pan’s Labyrinth (Guillermo Del Toro, 2007, Mexique)

En 1944 en Espagne, près de la demeure de son beau-père franquiste, une fillette découvre un labyrinthe mystérieux habité par un faune magique. (Source Mediafilm) 

8,2 / 10 sur IMDB

À savoir :

  • Le film est une coproduction hispano-mexicaine.

Ce que les médias en ont dit :

  • « Chef-d’œuvre émotionnel et viscéral d’une beauté rare. » (Positif)
  • « La réalisation fluide est rehaussée par une photographie sublime et une direction artistique minutieuse. » (Mediafilm)
  • « Plus inspiré que jamais, Del Toro compose une fable tragique à l’imaginaire exalté et exaltant. » (Première
  • « Une beauté plastique et une invention sidérante. »(Le Monde)
  • « Sans contredit, le film est l’œuvre la plus accomplie de Del Toro. » (Séquences)

La Fenêtre (Carlos Sorin, 2008, Argentine)

Dans son hacienda, un romancier octogénaire très malade attend la visite de son fils, un pianiste renommé qu’il n’a pas vu depuis des années. (Source : Mediafilm)

Disponible également sur AVOD.

6,7 / 10 sur IMDB

Ce que les médias en ont dit :

  • « Une réalisation subtile et une grande attention portée aux détails significatifs. » (Mediafilm)
  • « Sorin choisit la poésie, la sensualité, la tendresse, l’humour, pour se livrer à une peinture humaine qui assume avec élégance sa mélancolie. » (Positif)
  • « La même sensation qu’une nouvelle réussie – concision dans l’expression, exactitude des sentiments. » (Le Monde)

XXY (Lucia Puenzo, 2007, Argentine)

Sur la côte uruguayenne, une hermaphrodite vit une crise identitaire après une expérience sexuelle troublante avec le fils d’un chirurgien esthétique qui s’intéresse à son cas. (Source : Mediafilm)

Disponible également sur AVOD.

7,1 / 10 sur IMDB

À savoir :

  • Prix Sur du meilleur film (équivalent argentin des Oscars)
  • Lucia Puenzo est la fille du réalisateur Luis Puenzo, récipiendaire de l’Oscar du meilleur film en langue étrangère pour La historia oficial en 1986.
  • L’acteur Ricardo Darin est bien connu des cinéphiles (Les neuf reines, Dans ses yeux, Les nouveaux sauvages).

Ce que les médias en ont dit :

  • « La performance bouleversante d’Inès Efron restera dans les mémoires. » (Mediafilm)
  • « Lucia Puenzo signe un impressionnant premier long métrage, dans lequel elle aborde avec intelligence et sensibilité un sujet éminemment délicat. » (Mediafilm)
  • « Lucia Puenzo offre, sans voyeurisme larmoyant, un vibrant plaidoyer pour l’intégrité physique, la tolérance, l’acceptation de soi, et des autres. » (La Presse)
  • « Une sensibilité exceptionnelle. » (Le Devoir)
  • « C’est loin de tout voyeurisme que LuciaPuenzo dépeint la souffrance d’une gamine de 15 ans exposée à la rumeur sociale, la brutalité de la médecine et la curiosité malsaine. » (Le Monde)
  • « Cette bouleversante histoire d’amour et d’initiation adolescente nous ramène aux plus belles réussites de Ken Loach ou de Luigi Comencini. » (Positif)

Clandestine Childhood (Benjamin Avila, 2012, Argentine)

À Buenos Aires en 1979, la vie clandestine d’une famille d’opposants à la dictature, vue à travers les yeux d’un garçon de douze ans. (Source : Mediafilm)

Disponible également sur AVOD.

7 / 10 sur IMDB

À savoir :

  • Prix Sur du meilleur film (équivalent argentin des oscars)
  • Le film est en partie autobiographique.

Ce que les médias en ont dit :

  • « La réalisation souple, aux cadrages serrés, induit un climat de tension soutenu. » (Mediafilm)
  • « Ce nouveau flash-back sur l’Argentine d’hier ne manque pas de qualités ou de pertinence. » (Le Devoir)
  • « La photographie et la reconstitution d’époque sont impressionnantes. » (La Presse
  • « À la fois récit initiatique et chronique intimiste, le film fait preuve d’une maîtrise et d’une sensibilité également singulières. » (Positif)
  • « Délicat, subtil, Enfance clandestine est toujours au diapason de son héros. » (Ciné-Bulles)
  • « L’atmosphère de secret et de danger permanent rend le film aussi captivant qu’un polar. » (Séquences)

The Boss: Anatomy of a Crime (Sebastián Schindel, 2014, Argentine)

Un travailleur humble et sa femme rêvant d’une vie meilleure quittent leur pauvre village de Santiago pour s’installer à Buenos Aires. Cependant, la promesse d’un avenir brillant aura un prix élevé. (Source : IMDB)

7,4 / 10 sur IMDB

À savoir :

  • Silver Condor du meilleur film et du meilleur acteur (équivalent des Golden Globes américains)
  • Prix Sur du meilleur acteur (équivalent des Oscars américains)

Quiz

En complément, testez vos connaissances avec ce quiz sur le cinéma latino-américain. Cliquez sur le bouton « Afficher la note » à la fin pour connaître votre résultats et voir les bonnes réponses.

 

Pour utiliser Kanopy, il faut être abonné à BAnQ et s’authentifier.
Abonnez-vous.