Dans la foulée de Parasite : sept films sud-coréens à voir en ligne

par Éric Solitude, bibliothécaire
Musique et films, Grande Bibliothèque

La Palme d’or et l’Oscar du meilleur film décernés au film Parasite de Bong Joon-Ho est la consécration d’un cinéma qui a explosé sur la scène internationale autour des années 2000 avec la sortie des films The Isle de Kim Ki Duk et de Sympathy for Mr. Vengeance de Park Chan-Wook. Depuis 20 ans maintenant, l’impressionnante vitalité de ce cinéma ne cesse d’étonner les cinéphiles du monde entier, Quentin Tarantino en tête.

Pour vous accompagner dans la découverte de ce cinéma, BAnQ vous propose une sélection de films sud-coréens disponibles sur la plateforme Kanopy.

The Isle (Kim Ki-duk, 2000)

« Une femme muette, gardienne d’un parc de maisons flottantes, s’éprend d’un jeune meurtrier après l’avoir sauvé du suicide. » (Source : Mediafilm)

Disponible également sur AVOD.

Une note de 7/10 sur IMDB.

Ce que les médias en ont dit :

  • « Jamais histoire de pêche n’aura eu des allures aussi angoissantes et incongrues. » (Le Devoir)
  • « Le réalisateur sud-coréen Kim Ki-duk réussit un tour de maître. » (La Presse)
  • « Fable ambiguë aux splendides images. » (Mediafilm)
  • « L’une des œuvres les plus étonnantes du festival Fantasia 2001. » (Séquences)

Oasis (Lee Chang-dong, 2002)

« En dépit de toutes les difficultés créées par leur entourage, un délinquant un peu simplet et une jeune handicapée développent une idylle. » (Source : Mediafilm)

Une note de 7,9/10 sur IMDB.

À savoir :

  • Prix de la mise en scène et prix de la meilleure actrice (Mostra de Venise 2002)

Ce que les médias en ont dit :

  • « Oasis est une véritable gifle balancée à la gueule du monde […]. Et on restera ému longtemps devant la beauté́ de cette finale. » (Séquences)
  • « Touchante variation sur le thème de l’amour impossible. (Mediafilm)
  • « Un des meilleurs films de l’année. » (Positif)
  • « Oasis est une histoire d’amour comme on a peu d’occasion d’en voir. » (La Presse)
  • « Le cinéaste ne cultive jamais un sentimentalisme niais, donnant à voir deux êtres complexes, en quête de respect et d’amour. » (Le Devoir)

Joint Security Area (Park Chan-Wook, 2000)

Après la mort de deux soldats de l’armée nord-coréenne dans la Zone Commune de Sécurité séparant les deux Corées, une enquêtrice suisse est chargée d’enquêter. Elle va se rendre compte que l’histoire est bien complexe qu’elle n’y parait.

Une note de 7,8/10 sur IMDB.

À savoir :

  • Meilleur film (Grand Bell Awards les récompenses du cinéma sud-coréen)
  • Un des plus grands succès commerciaux en Corée du Sud
  • On retrouve l’acteur qui joue le personnage du père dans Parasite Song Kang-Ho
  • Un des films préférés de Quentin Tarantino
  • Premier succès du réalisateur de Old Boy (2004)

Ce que les médias en ont dit :

  • « La mise en scène clinique, étouffante est impressionnante. » (Première)

Save the Green Planet! (Jang Joon-hwan, 2003)

Un marginal persuadé que les extraterrestres sont sur le point de conquérir la planète Terre kidnappe un homme d’affaires, pensant qu’il est l’un d’eux.

Une note de 7,3/10 sur IMDB.

À savoir :

  • Grand Bell Award du meilleur réalisateur (récompenses du cinéma sud-coréen)

Ce que les médias en ont dit :

  • « Une perle. » (Séquences)
  • « Une brillante alternance de comédie noire et de polar violent. » (Positif)

The Handmaiden (Park Chan-wook, 2016)

Sorti au Québec sous le titre Mademoiselle

« Dans les années 1930 en Corée, une orpheline est envoyée dans un manoir isolé, avec pour mission de gagner la confiance d’une riche héritière afin qu’elle épouse son complice. » (Source : Mediafilm)

Une note de 8,1/10 sur IMDB.

Ce que les médias en ont dit :

  • « Le film est l’œuvre gracieuse d’un vrai plasticien du cinéma, qui fait vibrer chaque plan, chaque tableau. » (Mediafilm)
  • « Tout n’est que mise en scène et le grand ordonnateur suprême et magnifique est Park Chan-Wook. » (Positif)
  • « Film d’une qualité et d’une originalité exceptionnelles.  (Positif)
  • « D’une beauté envoutante. » (La Presse)
  • « Ce qui est présenté à l’écran est d’une splendeur telle qu’on suit le déroulement de l’histoire béat, trop ébloui pour songer à l’analyser. » (La Presse)
  • « À la fois tour de force scénaristique et mise en scène classique, le film donne l’impression d’une succession de tableaux de grands maîtres. » (Séquences)
  • « Le chef-d’œuvre de Park Chan-wook. » (Séquences)

Sea Fog (Shim Sung-Bo, 2014)

Pour rembourser ses dettes, le capitaine d’u bateau décide de transporter des immigrés clandestins chinois vers la Corée du Sud, mais une tempête vient contrarier ses plans.

Une note de 6,9/10 sur IMDB.

À savoir :

  • Coécrit par Bong Joon-ho, réalisateur de Parasite .

Ce que les médias en ont dit :

  • « Intéressant à plus d’un titre par ses résonances sociales et émotionnelles. » (Positif)
  • « La mise en scène, qui fait passer la vérité humaine avant le spectaculaire, sait exploiter la tension et la claustrophobie liées à l’espace limité du navire. » (Première)
  • « Efficace. » (Séquences)

My Sassy Girl (Kwak Jae-young, 2001)

Un jeune étudiant sauve une fille dans le métro. Il la revoit un peu plus tard et commence à s’attacher à elle.

Une note de 8/10 sur IMDB.

À savoir :

  • Grand Bell Award de la meilleure actrice et du meilleur scénario (les récompenses du cinéma sud-coréen).
  • Prix du film le plus populaire au Festival Fantasia de Montréal.
  • La comédie romantique sud-coréenne la plus connue et la plus aimée (IMDB, Rotten tomatoes).

Les autres films sud-coréens disponibles sur Kanopy

Arirang (Kim Ki-Duk, 2011)

Bad Guy (Kim Ki-Duk, 2001)

Breath (Kim Ki-Duk, 2007)

Time (Kim Ki-Duk, 2006)

Moebius (Kim Ki-Duk, 2013)

Scandal Makers (Kang Hyeong-cheol, 2008)

Seoul Station (Yeon Sang-ho, 2016)

Natural City (Min Byung-cheon, 2003)

In Between Days (So Yong Kim, 2006)

Le Grand Chef 2 – Kimchi Battle (Baek Dong-Hoon, 2010)

Another Public Enemy (Woo-Suk Kang, 2005)

Nameless Gangster (Yun Jong-bin, 2012)

The Royal Tailor (Wonsuk Lee, 2014)

Miracle in Cell No. 7 (Hwan-kyung Lee, 2013)

The Loyalist (Minji Kang, 2015)

Fly Me to Minami (Kah-wai Lim, 2013)

 

Pour utiliser Kanopy, il faut être abonné à BAnQ et s’authentifier.
Abonnez-vous.