Poètes autochtones

Joséphine Bacon s’est récemment vu remettre le Prix des libraires 2019 dans la catégorie poésie. Elle est également une invitée du Festival de la poésie de Montréal qui bat son plein jusqu’au 2 juin. Pour l’occasion, nous vous proposons de découvrir quelques poètes autochtones du Québec dont les œuvres sont disponibles pour emprunt en format numérique*.

Joséphine Bacon

Innue originaire de Pessamit, Joséphine Bacon est probablement la plus connue. Cette grande poète québécoise a publié son premier recueil en 2009, alors qu’elle était une jeune sexagénaire. C’est Uiesh. Quelque part, hommage au territoire de ses ancêtres publié cette année, qui lui a valu le Prix des libraires.

Je n’ai pas la démarche féline

J’ai le dos des femmes ancêtres

Les jambes arquées

De celles qui ont portagé

De celles qui accouchent

En marchant

Louis-Karl Picard-Sioui

Le performeur multidisciplinaire Louis-Karl Picard-Sioui est membre du clan du Loup de la nation athinye’nonnyahak du peuple wendat. Il œuvre à la diffusion de la culture et des arts autochtones. Son recueil Les grandes absences a été publié en 2013.

mes doigts caressent les touches
je fais le plein de souvenirs
me laisse balloter par les voix
je borde les grands titres d’hier
trois pensées pour m’enraciner :

du temps qui n’en finit plus de ne plus finir
d’une immaculée perfection
de ce qu’il reste de moi

un retour mérité
une terre familière

Marie-Andrée Gill

C’est le témoignage intime d’un grand chagrin d’amour écrit dans une langue ancrée dans le territoire que livre Marie-Andrée Gill dans Chauffer le dehors, son troisième recueil de poésie paru en 2019. Elle est née dans la communauté ilnue de Mashteuiatsh, sur les rives du lac Saint-Jean.

L’amour c’est une forêt vierge
pis une coupe à blanc
dans la même phrase

Virginia Pésémapéo Bordeleau

Virginia Pésémapéo Bordeleau est d’abord peintre (voir ses œuvres). Dans De rouge et de blanc (2012), celle qui est à la fois crie et métisse évoque la rencontre de ses deux mondes d’origine.

Je suis de demi-frères suicidés
dans leur silence des réserves.
Je suis de demi-frères criards
qui veulent et la chèvre et le chou.
Je suis de deux races en mal de vivre,
de leur incapacité à se rejoindre.

Jean Sioui

Pour son huitième recueil intitulé A’yarahskwa’. J’avance mon chemin (2018), Jean Sioui propose des poèmes de résistance. Aussi éditeur et auteur de romans pour la jeunesse, ce Wendat du clan de l’Ours a, comme Joséphine Bacon, publié son premier recueil assez tard, soit à 49 ans.

Les hommes nous ont nommés indiens
pour tracer la carte de leur voyage

Les hommes nous ont donné des noms
dans le sarcasme de leur langue

Au fond de leurs yeux brillaient des fourrures d’or

Natasha Kanapé Fontaine

Le nom de Natasha Kanapé Fontaine vous est probablement familier. Innue de Pessamit, cette poète est aussi comédienne (Unité 9), artiste en arts visuels et militante (elle a été active au sein du mouvement Idle No More). C’est après s’être sevrée de l’alcool qu’elle a publié en 2018 son recueil Nanimissuat, Île-tonnerre portant sur la transmission des blessures de mères en filles. Elle a été finaliste pour le Prix des libraires 2019.

shakassineu tipishkau-pishimu

Nous sommes infinies

Nous traversons le cristal
Les ères de glace de cassure
Les diamants et les améthystes

Peaux et plumes d’oiseaux cousues
Avec vos os et vos opales
Le lazuli de vos mâchoires est
Notre prédilection

Nous sommes venues du matin
Avec l’odeur de nos plaies.

Louise Canapé, Louve Mathieu et Shan dak (Jeanne d’Arc Vollant)

Sous la direction de Francine Chicoine, trois femmes innues natives de la Côte-Nord offrent leurs haïkus dans un livre bilingue en français et en innu. S’agripper aux fleurs est paru en 2012.

jeune fille assidue
à l’école Uashkaikan
huitième mois de grossesse
    (Louise Canapé)

veillée funèbre
cornées par l’enfilage des perles
les mains de grand-mère
    (Shan dak)

épicerie du mois 
faire semblant d’être blanche 
à la caisse de Walmart
    (Louve Mathieu)

* Pour emprunter ces livres numériques, il faut être abonné à BAnQ et s’authentifier.