Portail BAnQ Nétiquette

Restauration d’un trésor du fonds J. E. Livernois Ltée

9 mai 2019 par Carnet de la Bn   Pas de commentaires

par Jessica Régimbald, Restauratrice,
Direction de la conservation et de la numérisation

 

La direction de la conservation et de la numérisation reçoit de nombreuses demandes de la part des archivistes et des bibliothécaires de BAnQ pour effectuer des traitements de restauration et de conservation sur les documents précieux de nos fonds et de nos collections. L’une de ces demandes récente concernait une mosaïque d’épreuves photographiques montées sur un carton décoré à l’aquarelle en provenance du fonds J.E. Livernois conservé à BAnQ Québec.  Les documents de ce fonds, dont une partie a été numérisée, ont été produits par quatre générations de Livernois : Jules-Isaïe Benoît dit Livernois (1830-1865) et son épouse Élise L’Heureux-Livernois (1827-1896); leur fils aîné Jules-Ernest (1851-1933); Jules (1877-1952), issu du premier mariage de Jules-Ernest, et enfin diverses personnes sous la direction de Victor et de Maurice jusqu’à la fermeture des studios en 1974.

La mosaïque est constituée des portraits des finissants du Petit Séminaire de Québec datant de 1920[i].  Ce document fait partie d’une série illustrant une section importante de la production des photographes Livernois, soit des mosaïques de maisons d’enseignements tels que les collèges et les couvents.  Les photographies regroupées dans cette série du fonds J. E. Livernois Ltée ont d’ailleurs été inscrites en 2018 au Registre de la Mémoire du monde du Canada / Commission canadienne pour l’UNESCO (CCUNESCO).  Ce registre répertorie des œuvres et des documents exceptionnels témoignant de la richesse et de la diversité du patrimoine documentaire canadien.

 

Cette mosaïque est un excellent exemple des dommages pouvant se produire lors de mauvaises manipulations.  Son poids et sa grande dimension la rendent fragile lors de manipulations et c’est pour cette raison que trois des quatre coins sont brisés. Ce type d’objet doit être déplacé avec un plateau en dessous pour qu’il soit supporté le plus possible dans son entièreté.  

 

 

 

 

 

 

Pour débuter le traitement, un ruban adhésif qui était présent le long d’une cassure a été retiré mécaniquement à l’aide d’air chaud.  Le recto et le verso ont été nettoyés à sec afin d’enlever la saleté de surface.  Toutes les cassures ont été réparées à l’aide de colle d’amidon et de papier japonais et les petites lacunes, dans la partie supérieure du carton, ont été comblées.

 

La grande lacune le long de la bordure gauche a été comblée en laminant des papiers avec de la colle d’amidon afin de simuler l’épaisseur du carton et le papier supérieur a été teint à l’aquarelle afin d’harmoniser la couleur avec le reste de l’objet.  La lacune de la photo a été également comblée.  Le traitement de restauration a nécessité une vingtaine d’heures de travail et vient assurer la pérennité de cette mosaïque de photos d’une grande valeur historique.

[i] Fonds J. E. Livernois Ltée, BAnQ Québec, P560,S2,P300388.


Catégorie(s) : Restauration

Le laboratoire de restauration de BAnQ

28 mars 2018 par Carnet de la BN   Pas de commentaires

par Marie-Claude Rioux, restauratrice,
Direction du dépôt légal et de la conservation des collections patrimoniales.

 

Photo: Michel Legendre

Dans le but de mieux répondre à sa mission de conserver et de diffuser le patrimoine documentaire québécois, Bibliothèque et Archives nationales du Québec a inauguré dans les années 1990 un laboratoire de restauration. À l’aide de son équipement et de ses installations spécialisés, ce laboratoire a permis d’ajouter un volet plus scientifique et plus technique à la conservation des collections de l’institution

Le laboratoire de restauration est constitué de quatre espaces de travail permettant une série de traitements différents. En premier lieu, sur une grande table près d’une fenêtre, sont faits les traitements dits « secs », soit l’enlèvement de la poussière superficielle, la réparation de déchirures, l’enlèvement d’adhésifs, etc. La lumière du jour provenant de la fenêtre permet d’évaluer adéquatement l’état du document et de déterminer les traitements de restauration nécessaires.

Photo: Michel Legendre

On trouve aussi dans le laboratoire un grand évier réservé aux traitements dits « mouillés ». En effet, on dispose à l’intérieur de ce grand évier de petits bassins permettant le nettoyage de documents à l’aide d’eau distillée. Ces bassins peuvent aussi servir de chambre d’humidification pour dérouler les documents avant leur mise à plat.

Un autre plan de travail comporte une table aspirante. Celle-ci permet de faire d’autres types de traitements dits « mouillés ». En effet, lorsqu’il est impossible ou peu souhaitable d’immerger complètement un document dans l’eau, la table aspirante permet de le nettoyer très localement et d’enlever certaines taches à l’aide de solvants. Le dôme situé au-dessus de la table aspirante permet également d’utiliser celle-ci comme chambre d’humidification.

Finalement, deux grandes tables constituent une autre zone où peuvent être effectués des traitements secs, tels la mise à plat ou la couture de reliure abîmée. Une hotte en forme de trompe permet d’aspirer les vapeurs dégagées lors de l’utilisation de solutions chimiques dans les traitements de restauration. Il est à noter que les béchers contenant les solutions chimiques ne sont pas déposés sur les tables de travail, mais bien sur des chariots à roulettes. Ainsi, si par mégarde la solution est renversée, elle ne risque pas de s’étendre sur le document et de causer des dommages.

Photo: Michel Legendre

L’assignation d’un espace de travail à chaque type de traitement de restauration permet de bien gérer les espaces et d’assurer le meilleur rendement possible, en plus de garantir la sécurité des documents. Plusieurs documents transitent par le laboratoire de restauration de BAnQ. Après leur passage, ils ont souvent une seconde vie et sont prêts à poursuivre leur mission.

 

 

 

Article publié à l’origine dans le numéro 92 d’À rayons ouverts.


Catégorie(s) : Conservation, Restauration




© Bibliothèque et Archives nationales du Québec