Portail BAnQ Nétiquette

La restauration d’œuvres faites de matériaux inusités

19 juillet 2018 par Carnet de la Bn   Pas de commentaires

par Marie-Claude Rioux, restauratrice,
Direction du dépôt légal et de la conservation des collections patrimoniales

Dans la création de leurs œuvres, les artistes contemporains québécois utilisent une variété de matériaux et de techniques. Aux matériaux plus familiers tels le papier, la peinture et l’encre s’ajoutent parfois d’autres plus inusités, tels des produits alimentaires, des éléments provenant du corps (par exemple des poils ou du sang), des appareils multimédias ou encore de l’eau… L’artiste qui choisit d’utiliser des matériaux moins habituels fait souvent fi des conséquences à long terme sur la durabilité et l’apparence de son œuvre. L’artiste crée et le restaurateur doit veiller à trouver des solutions pour conserver l’essence de l’œuvre, malgré sa dégradation.

Yrénée Bélanger et Guy Pressault, Des mêmes auteurs, livre-objet, 18 x 5 cm, Montréal, Éditions de l’Œuf, 1974.

On se retrouve alors devant certains dilemmes. Que faire lorsque l’artiste utilise des matériaux organiques alimentaires tels des pâtes ou du pain dans la création de son œuvre? Doit-on laisser ces matériaux organiques s’altérer puisqu’ils font partie de l’œuvre ou faut-il les remplacer? Que faire lorsque l’artiste utilise des matériaux dont la combinaison, comme le goudron et le papier japonais, a pour conséquence de souder les pages du livre l’une à l’autre? Doit-on précipiter le processus de numérisation avant que l’œuvre ne se détruise complètement ou tenter l’impossible pour renverser le processus de vieillissement? Que faire lorsque l’œuvre se compose d’un lecteur enregistreur et d’une cassette? Doit-on veiller à trouver un autre lecteur pour assurer la lecture de la cassette ou transférer son contenu sur un autre support?

Le restaurateur doit donc souvent prendre des décisions difficiles. Lorsque l’artiste est encore vivant et que son œuvre est endommagée en raison des matériaux utilisés, il arrive que Bibliothèque et Archives nationales du Québec demande à l’artiste de venir faire lui-même quelques interventions pour rétablir la situation. Cette possibilité de faire appel à l’artiste reste cependant exceptionnelle, le restaurateur devant dans la plupart des cas trouver des solutions par lui-même.

Photo: Michel Legendre

La première solution est de conserver ces objets dans des réserves à température et à humidité stables, et de les mettre dans des contenants pour les protéger de la lumière et de la poussière. Ces bonnes conditions permettent de ralentir le processus de vieillissement. Par la suite, si l’œuvre continue de se dégrader, le restaurateur doit veiller à conserver son message en trouvant le traitement de restauration le plus approprié. Il est parfois possible de réaliser cette mission en substituant aux matériaux qui se dégradent de nouveaux matériaux semblables, en effectuant des traitements de restauration usuels ou plus complexes ou, quand rien ne semble possible, en procédant à la numérisation qui permet au moins de garder la trace de l’œuvre qui a existé.

 

Ces œuvres faites de matériaux moins usuels sont souvent de merveilleux casse-têtes et de fabuleux défis pour les restaurateurs chargés de les conserver.

La préservation des documents patrimoniaux vous tient à cœur et vous souhaitez nous aider à remplir cette importante mission? Participez au projet Adoptez un livre! Vous contribuerez directement à préserver le patrimoine québécois pour les générations à venir!

Article publié à l’origine dans le numéro 95 d’À rayons ouverts.


Catégorie(s) : Conservation

Le laboratoire de restauration de BAnQ

28 mars 2018 par Carnet de la BN   Pas de commentaires

par Marie-Claude Rioux, restauratrice,
Direction du dépôt légal et de la conservation des collections patrimoniales.

 

Photo: Michel Legendre

Dans le but de mieux répondre à sa mission de conserver et de diffuser le patrimoine documentaire québécois, Bibliothèque et Archives nationales du Québec a inauguré dans les années 1990 un laboratoire de restauration. À l’aide de son équipement et de ses installations spécialisés, ce laboratoire a permis d’ajouter un volet plus scientifique et plus technique à la conservation des collections de l’institution

Le laboratoire de restauration est constitué de quatre espaces de travail permettant une série de traitements différents. En premier lieu, sur une grande table près d’une fenêtre, sont faits les traitements dits « secs », soit l’enlèvement de la poussière superficielle, la réparation de déchirures, l’enlèvement d’adhésifs, etc. La lumière du jour provenant de la fenêtre permet d’évaluer adéquatement l’état du document et de déterminer les traitements de restauration nécessaires.

Photo: Michel Legendre

On trouve aussi dans le laboratoire un grand évier réservé aux traitements dits « mouillés ». En effet, on dispose à l’intérieur de ce grand évier de petits bassins permettant le nettoyage de documents à l’aide d’eau distillée. Ces bassins peuvent aussi servir de chambre d’humidification pour dérouler les documents avant leur mise à plat.

Un autre plan de travail comporte une table aspirante. Celle-ci permet de faire d’autres types de traitements dits « mouillés ». En effet, lorsqu’il est impossible ou peu souhaitable d’immerger complètement un document dans l’eau, la table aspirante permet de le nettoyer très localement et d’enlever certaines taches à l’aide de solvants. Le dôme situé au-dessus de la table aspirante permet également d’utiliser celle-ci comme chambre d’humidification.

Finalement, deux grandes tables constituent une autre zone où peuvent être effectués des traitements secs, tels la mise à plat ou la couture de reliure abîmée. Une hotte en forme de trompe permet d’aspirer les vapeurs dégagées lors de l’utilisation de solutions chimiques dans les traitements de restauration. Il est à noter que les béchers contenant les solutions chimiques ne sont pas déposés sur les tables de travail, mais bien sur des chariots à roulettes. Ainsi, si par mégarde la solution est renversée, elle ne risque pas de s’étendre sur le document et de causer des dommages.

Photo: Michel Legendre

L’assignation d’un espace de travail à chaque type de traitement de restauration permet de bien gérer les espaces et d’assurer le meilleur rendement possible, en plus de garantir la sécurité des documents. Plusieurs documents transitent par le laboratoire de restauration de BAnQ. Après leur passage, ils ont souvent une seconde vie et sont prêts à poursuivre leur mission.

 

 

 

Article publié à l’origine dans le numéro 92 d’À rayons ouverts.


Catégorie(s) : Conservation




© Bibliothèque et Archives nationales du Québec