Portail BAnQ Nétiquette

Une affiche inusitée et un défi de restauration

24 janvier 2019 par Carnet de la Bn   3 Commentaires

par Daniel Chouinard
Bibliothécaire, Direction du dépôt légal et des acquisitions
et
Marie-Claude Rioux,
Restauratrice, Direction de la conservation et de la numérisation

On pourrait croire  que l’ensemble des acquisitions faites pour les collections de la Bibliothèque nationale se font auprès de marchands prestigieux ou lors de ventes aux enchères solennelles. Certes, c’est régulièrement le cas, mais il arrive aussi que des pièces remarquables fassent leur entrée dans les collections par des voies moins traditionnelles. C’est ce qui est arrivé pour une affiche produite en sérigraphie sur métal par le Département des Terres et Forêts entre 1940 et 1965.

À la fin de février 2018, un particulier nous a signalé par courriel qu’une affiche québécoise ancienne portant sur la prévention des feux de forêts était offerte sur le site Internet d’une maison montréalaise de ventes aux enchères qui nous était inconnue. Une visite sur place ne fit qu’ajouter à notre surprise : l’endroit était un vaste entrepôt dans lequel s’entassaient pêle-mêle des milliers d’objets disparates, dont beaucoup semblaient provenir de ventes de débarras ou de successions. Une fois l’affiche (difficilement) repérée, nous avons pu constater qu’il s’agissait d’une affiche double face produite en sérigraphie sur métal, du jamais vu dans notre  collection d’affiches. De toute évidence destinée à un affichage de longue durée à l’extérieur, elle était dans un assez piteux état : très sale, peut-être contaminée par des moisissures ou détériorée par des insectes. En raison de son évidente rareté, nous avons tout de même misé et obtenu l’affiche pour la somme de 100 $, c’est-à-dire trois fois rien pour un document de ce type malgré son état. Nous n’étions toutefois pas au bout de nos peines.

 

Un patient travail de restauration

Lors de son arrivée au laboratoire de restauration, l’affiche de métal était très souillée. En effet, il y avait plusieurs fils d’araignées visibles, ainsi qu’une épaisse couche de saleté noire sur le cadre de bois et sur la surface de l’affiche.

 

 

Notre premier traitement a été de vérifier que derrière cette salissure ne se cachaient pas d’insectes. Pour ce faire, nous avons emballé hermétiquement l’affiche dans du plastique et placé des pièges autocollants à l’intérieur. Après deux semaines d’attente, nous avons constaté qu’aucun insecte ne s’y était mis les pattes! Satisfaits,  nous étions prêts à commencer le nettoyage.

 

La saleté de surface a été enlevée à l’aide d’un aspirateur et d’une brosse douce. Cette opération a été profitable, mais beaucoup de travail restait encore à faire.

 

 

Grâce à de petites éponges trempées dans une solution d’eau distillée et d’éthanol, nous avons commencé le nettoyage du métal. Cette étape a exigé beaucoup de soins, puisqu’à certains endroits le métal était plus fragile. Plusieurs heures et une multitude d’éponges plus tard, nous avons complété le nettoyage du recto et du verso de l’affiche. Le résultat était très concluant, les couleurs vives originales sont apparues! Le cadre de bois a été nettoyé quant à lui à l’aide d’un tissu légèrement humide.

 

Une restauration réussie

L’affiche est maintenant protégée dans un contenant de préservation sur mesure et sera conservée dans des conditions optimales dans les réserves des collections patrimoniales. Grâce aux efforts faits pour la restaurer et la protéger, cette ressource précieuse pourra maintenant être numérisée et mise à la disposition de la collectivité.


Catégorie(s) : Acquisition, Affiches, Affiches, Conservation




© Bibliothèque et Archives nationales du Québec