Portail BAnQ Nétiquette

Les Statistiques de l’édition au Québec en 2016 : tendances

18 avril 2018 par Carnet de la Bn   Pas de commentaires

par Amélie Proulx,Technicienne en documentation

Direction du dépôt légal et de la conservation des collections patrimoniales

Les Statistiques de l’édition au Québec présentent la production annuelle de livres et de brochures et, dans une moindre mesure, celle des journaux, des revues et des annuels imprimés édités au cours de l’année et reçus en dépôt légal. Les Statistiques de l’édition au Québec sont publiées annuellement par BAnQ depuis 1983 et disponibles en format numérique depuis 1998.  Auparavant, les statistiques étaient diffusées dans le Bulletin de la Bibliothèque nationale et ce, dès 1969 alors que plus de 800 titres avaient été déposés.

Les données de 2016 viennent tout juste d’être publiées et plusieurs éléments retiennent notre attention dans cette nouvelle mouture. En effet, on dénote une baisse de 18% du nombre de titres de monographies imprimées publiées depuis 10 ans, de même qu’une baisse de 72% du nombre de nouveaux titres (incluant les changements de titres) de périodiques imprimés publiés depuis 10 ans.  L’édition numérique joue probablement un rôle important dans cette baisse, nous y reviendrons plus loin.

Depuis plusieurs années déjà, l’autoédition connait un essor important. Encore cette année, la proportion de titres de monographies imprimées publiés par des individus augmente. Ces publications représentent 10% des titres reçus en 2016, alors qu’ils ne représentaient que 3% des collections acquises en dépôt légal en 2008.

BAnQ acquiert par dépôt légal les publications imprimées éditées au Québec et depuis 2001 s’ajoutent également des documents numériques. Jusqu’à maintenant, ces acquisitions n’étaient pas suffisamment représentatives du marché, leur dépôt étant volontaire, afin d’être comptabilisées. Celles-ci font toutefois leur première apparition dans les Statistiques de l’édition au Québec cette année et elles sont appelées à prendre davantage d’emphase dans le futur. Nous pouvons déjà noter qu’au niveau des publications gouvernementales, les publications numériques surpassent désormais la production imprimée (474 titres imprimés reçus pour 1136 titres numériques, soit plus du double). La réduction des coûts liés à leur production et à leur diffusion explique que de plus en plus d’organismes abandonnent maintenant leurs éditions imprimées au profit d’éditions numériques, autant pour les monographies que pour les publications en série. Dans le secteur commercial, BAnQ a reçu 1441 monographies numériques, provenant de 125 éditeurs commerciaux en 2016. Ces dépôts volontaires ont été rendus possibles notamment grâce à un partenariat avec l’Entrepôt numérique ANEL-DeMarque, qui nous permet de recevoir automatiquement les publications numériques publiées par les éditeurs participant ayant accordé des licences d’autorisation à BAnQ.

Nous vous invitons à consulter les Statistiques de l’édition pour constater l’évolution de l’édition québécoise depuis près de 50 ans!


Catégorie(s) : À propos de la Bibliothèque nationale, Acquisition

Les sites Web : un patrimoine documentaire à conserver

4 avril 2018 par Carnet de la Bn   1 Commentaire

par Carole Gagné,
Bibliothécaire – dépôt des publications numériques et collectes des sites web,
Direction du dépôt légal et de la conservation des collections patrimoniales.

Le Web est désormais une source d’information incontournable avec des contenus souvent exclusifs : blogues, vidéos, etc. Pour nous, il s’agit d’une source primordiale pour l’étude de notre société par les chercheurs d’aujourd’hui et de demain. Les sites Web font partie du patrimoine documentaire québécois et à ce titre ils doivent être conservés et diffusés.

Depuis le début des années 2000, nous menons des travaux de réflexions sur le numérique et les questions relatives au Web.

Carole Gagné
Photo: Martine Renaud

Un programme de dépôt de publications numériques gouvernementales a été mis en place en 2001. Ces publications sont disponibles sur les sites web gouvernementaux en version PDF le plus souvent, mais aussi parfois en HTML. Ces cas nous ont amenés à rechercher une méthode pour conserver et diffuser ces publications dans leur contexte original, afin d’en préserver toute la signification.

La Bibliothèque nationale n’est bien sûr pas la seule institution de mémoire à réfléchir sur ce nouvel aspect du patrimoine documentaire. Nous avons découvert une communauté d’experts en joignant l’IIPC en 2009. L’International Internet Preservation Consortium est un regroupement de 50 institutions, notamment des bibliothèques nationales, des universités et des organisations s’intéressant à la sauvegarde des contenus Web, par exemple Internet Archive.

La mission de l’IIPC est de développer des outils, des normes et des pratiques en matière de collecte de sites web et de faire la promotion de l’accès et de l’utilisation de ce type de contenu. Le regroupement fonctionne selon un mode collaboratif, c’est-à-dire grâce à une mise en commun d’expertise et un développement partagé des outils. Heritrix, le robot qui nous permet de collecter les sites, est né de cette collaboration entre plusieurs membres fondateurs de l’IIPC.

En 2009 ont eu lieu les premières collectes de la Bibliothèque dans le cadre d’un projet pilote, puis en 2012, le programme a officiellement été instauré.

À ce jour, 4 vagues de collectes ont été effectuées :

  • Sites gouvernementaux depuis 2009 jusqu’à présent ;
  • Élections provinciales en 2012 et 2014 ;
  • Élections municipales de 2013 et 2017 ;
  • Collectes thématiques depuis 2015 jusqu’à présent. Il s’agit de 800 sites dans plusieurs secteurs : organismes communautaires, associations, organismes culturels (musées, théâtres, bibliothèques, etc.), individus (artistes, comédiens, musiciens, humoristes, etc.), entreprises privées, organismes parapublics (écoles, hôpitaux, etc.) et sites événements (festivals, conférences, etc.)

Vous pouvez consulter cette collection dans l’interface Archivage web. Dans un prochain billet, nous vous expliquerons quels outils sont utilisés pour rassembler ce patrimoine bien particulier.

 

À titre d’exemple, nous avons collecté le premier site du gouvernement du Québec.  Ce site a été mis en ligne en 1995, alors qu’il n’y avait que 23 000 sites diffusés.

 

 


Catégorie(s) : Acquisition




© Bibliothèque et Archives nationales du Québec