À vos manuscrits ! Ressources pour les autoéditeurs

par Amélie Proulx,Technicienne en documentation
Direction du dépôt légal et des acquisitions

 

Pendant que le Québec est en pause et que l’on observe la distanciation sociale, alors que le rythme ralentit et que l’on revient à l’essentiel, nombreux sont ceux qui cherchent à meubler le temps en se lançant dans de nouveaux projets stimulants. Sur les médias sociaux, on voit apparaître de nombreuses initiatives permettant de donner libre cours à sa créativité : cuisine, tricot et même fabrication de masques maison ! 

Pourquoi donc ne pas profiter de cette pause pour reprendre ce vieux manuscrit jamais terminé ou se donner le petit coup de pouce nécessaire pour démarrer le processus de publication d’un ouvrage ?

BAnQ met à la disposition des éditeurs et autoéditeurs de nombreux outils pour les guider dans cette démarche. 

BAnQ a publié, l’année dernière, un ouvrage très utile recensant les questions qui nous sont posées le plus fréquemment. En effet, le Petit guide de l’autoédition au Québec se veut un outil de vulgarisation et de synthèse sur ce qu’il faut savoir avant de se lancer dans un tel projet.

L’Agence ISBN, dont il a été question dans un précédent billet, est également ouverte pendant cette période. Il demeure donc possible de faire des demandes de numéros ISBN et de nous contacter par courriel.

 

La place de l’autoédition dans nos collections

L’autoédition occupe chaque année une place de plus en plus importante dans nos collections. En effet, en 2017, 6 % des titres numériques publiés et reçus en dépôt volontaire sont issus de l’autoédition et 10,2 % des publications imprimées. « Dans le domaine de l’imprimé, il est intéressant de constater que le nombre d’individus qui s’autoéditent a plus que doublé, passant de 304 en 2008 à 675 en 2017. Quant au numérique, le nombre d’individus qui s’autoéditent a substantiellement augmenté de 2008 à 2017, passant de 7 à 101, toujours dans le contexte d’un dépôt volontaire. »1

Les sujets abordés dans ces publications sont aussi variés qu’au sein des corpus publiés par les autres types d’éditeurs. Sans grande surprise, les sujets les plus populaires sont la littérature, la généalogie et les biographies. On écrit toutefois aussi sur des sujets aussi variés que la religion, la psychologie ou encore l’histoire du Québec.

 

Une bande dessinée publiée en autoédition, récipiendaire du Prix Bédélys indépendant : Hillerød, Frédéric-Vivianne Auln, 2017.

 

Le clergé du diocèse de Joliette : 1904-2005 avec le complément d’avant la fondation, Édition Privée, 2013.

 

 

Projets d’écriture

L’offre culturelle est en ébullition par les temps qui courent. Des artistes mettent leurs performances en ligne gratuitement, plusieurs chaînes de télévision sont débrouillées pour être accessibles à tous et nos institutions culturelles se démènent pour offrir des contenus originaux à la fois amusants et stimulants. Des capsules vidéo ont même été développées par madame Janette Bertrand pour guider ceux et celles qui souhaitent profiter de ce temps de pause pour démarrer un projet d’écriture autobiographique. 

On entend souvent que l’inspiration peut se trouver partout. Ces initiatives et cette effervescence culturelle sauront-elles faire germer la graine de l’écrivain en vous ?

 
1. Bibliothèque et Archives nationales du Québec, Statistiques de l’édition au Québec en 2017, Montréal, 2019.